Chien du heaume – Justine Niogret

chien-du-heaume-justine-niogret

Présentation

J’avais lu beaucoup de bien de Chien du heaume, et été intrigué par le titre du roman, peu banal quand même. Avec sa pléthore de prix littéraires (Grand prix de l’imaginaire 2010, Prix des Imaginales 2010, Meilleur roman français, excusez du peu…), je n’ai donc pas hésité à le prendre dans sa version livre de poche. D’autant que sa faible épaisseur fait du bien entre les pavés auxquels semblent être abonnées mes lectures préférées !

Résumé (source éditeur)

Chien du heaume, un surnom gagné au prix du sang et de la sueur par celle qui ne possède plus rien que sa hache, dont elle destine la lame à ceux qui lui ont pris son nom. Mais en attendant de pouvoir leur sortir les viscères, elle loue son bras et sa rage au plus offrant, guerrière parmi les guerriers, tueuse parmi les loups. De bien curieuses rencontres l’attendent au castel de Broe où l’hiver l’a cloîtrée : Regehir, le forgeron à la gueule cassée, lynge à la voix plus douce que les moeurs, le chevalier Sanglier et sa cruelle épouse de dix printemps. Au terme de sa quête, Chien trouvera-t-elle la vengeance, la rédemption ou… autre chose ?

L’auteur (source éditeur)

Née en 1978 et vivant aujourd’hui dans les Alpes-Maritimes, Justine Niogret est amoureuse de la fantasy et du Moyen Âge. Elle approfondit ses connaissances romanesques et théoriques en pratiquant la forge et l’équitation.

Mon avis

Chien du heaume est une vraie bonne surprise ! Captivé dès le prologue, qui donne tout de suite le ton de ce qui va suivre, j’ai dévoré rapidement le roman.

Un livre court, direct, âpre et sombre. J’ai beaucoup aimé le style de Justine Niogret qui reste accessible bien qu’utilisant des expressions médiévales.  De courts chapitres, des passages remarquables de sobriété, au service d’une histoire et de personnages originaux.

On nage en plein Moyen-Age, tel qu’il a dû être réellement plutôt que tel que nous le supposons (ou l’imaginons ou le fantasmons !). A ce titre, l’étiquette fantasy accolée au roman peut paraître trompeuse, car vous ne trouverez pas dans cette histoire d’elfes ou de dragons, de magiciens ou de monstres. Quoique l’on puisse avoir un léger doute sur certains personnages, et que les pires monstres sont souvent parmi nous…

Une histoire qui parle de la quête de son nom, de ses racines et de son histoire. Mais aussi du temps qui passe, lentement comme l’hiver dans un château glacial, de la fin d’une époque, où les chevaliers vont peu à peu disparaître.

A noter la présence d’un lexique hilarant en fin de tome, qui prend d’autant plus de force que l’histoire lue précédemment est rude et nous donne peu l’occasion de sourire. Un sacré contraste !

Premier livre de Justine Niogret, Chien du heaume est une grande réussite. Des premiers pas impressionnants !

Il me tarde maintenant de poursuivre les aventures de Chien, dans Mordre le bouclier !

D’autres avis chez :

CITRIQ

Publicités

14 réflexions sur « Chien du heaume – Justine Niogret »

  1. Bonjour, je viens de lire ta chronique, elle est très bien, et je crois qu’on a eu le même ressenti sur ce livre, Le deuxième est sorti en poche ? il ne me semble pas l’avoir vu … Je vais me renseigner… je suis en vacances 1 petite semaine alors j’ai un peu déconnectée…

    J'aime

    1. Un super premier livre, en effet. « Mordre le bouclier » n’est pas encore sorti en poche mais j’ai craqué sur le stand de m’éditeur lors du salon de la SF de Lyon et je l’ai pris en grand format (je suis faible^^).

      J'aime

  2. Bonjour ! Je suis bien d’accord une véritable merveille ! D’autant plus impressionnant que Justine Niogret semble à l’aise autant dans un style sérieux que humoristique. Je pense me jeter sur la suite. Dis nous ce que tu en penses !

    J'aime

  3. Et bien moi j’ai trouvé ça ennuyeux au possible ! le début s’avale bien, on prend plaisir à découvrir l’univers. Mais très rapidement, l’enthousiasme laisse place au calvaire de l’ennui, l’histoire n’a aucun intérêt, le style, plutôt sympa au début, devient vite lourd, trop lourd. Chien, c’est chiant, mais d’un chiant !!!
    Ce n’est pas parce que l’auteure est française qu’il faut forcément tisser des trônes d’éloges sur son oeuvre.

    Aimé par 1 personne

    1. Tu as parfaitement le droit de ne pas avoir apprécié, il y a des longueurs, c’est vrai, c’est aussi un bouquin d’ambiance. Dans ce cas, je te déconseille « Mordre le Bouclier » que j’avais moi-même moins aimé.
      Par contre, je donne ici mon ressenti sur mes lectures, la nationalité de l’auteur ne rentre pas en ligne de compte. Je ne fais donc pas plus d’éloges sur les français que sur les autres, seulement à ceux qui le méritent. A mon avis, que chacun est libre de partager… ou pas !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s