Conan Intégrale tome 1 : le Cimmérien – Robert E. Howard

conan_le_cimmerien_integrale_1

Présentation

Avec un pseudonyme comme le mien, issu d’une aventure de Conan (une vieille BD des éditions Lug, pour les connaisseurs, inspirée par une nouvelle de ce volume), est-il besoin de préciser que j’ai toujours été fan du barbare ?

J’en avais lu quelques histoires, dans des recueils chez J’ai Lu, mais cette Intégrale chez Bragelonne se veut plus complète et respectueuse de l’auteur. L’occasion de revenir aux sources de l’heroic fantasy, avec les textes originaux de Robert E. Howard.

Résumé (source éditeur)

« Sache, ô Prince, qu’entre l’époque qui vit l’engloutissement de l’Atlantide et des villes étincelantes… il y eut un Âge insoupçonné, au cours duquel des royaumes resplendissants s’étalaient à la surface du globe… Mais le plus illustre des royaumes de ce monde était l’Aquilonie, dont la suprématie était incontestée dans l’Occident rêveur. C’est en cette contrée que vint Conan, le Cimmérien – cheveux noirs, regard sombre, épée au poing, un voleur, un pillard, un tueur, aux accès de mélancolie tout aussi démesurés que ses joies – pour fouler de ses sandales les trônes constellés de joyaux de la Terre. »

Conan est l’un des personnages de fiction les plus connus au monde. Robert E. Howard l’a créé en 1932 et avec lui, l’Heroïc Fantasy. Ce héros, ainsi que la puissance évocatrice de l’écriture de son auteur, a eu et a toujours une influence majeure, au moins égale à celle de Tolkien, sur tout l’imaginaire occidental. Pourtant, les nouvelles du Cimmérien n’ont jamais été publiées telles que son auteur les avait conçues. Elles ont été réarrangées, réécrites, modifiées, artificiellement complétées après sa mort. C’est pourquoi le livre que vous tenez dans vos mains est un événement.

C’est le premier de trois volumes qui rassemblent l’intégralité des aventures de Conan, présentées dans l’ordre de leur rédaction, restituées dans leur version authentique à partir des manuscrits originaux, avec des traductions nouvelles ou entièrement révisées. Elles s’accompagnent de nombreux inédits, ainsi que d’articles et de notes sur l’œuvre de Robert E. Howard et l’univers de Conan par Patrice Louinet, qui en est l’un des plus éminents spécialistes internationaux. Un ouvrage absolument exceptionnel à tirage limité, superbement illustré par le célèbre dessinateur Mark Schultz.

L’Auteur (source éditeur)

Robert Ervin Howard (1906-1936), est né et a vécu au Texas. Il a publié sa première histoire à 19 ans dans la revue Weird Tales (qui publia les auteurs mythiques de l’âge d’or, dont Lovecraft). Après quelques années difficiles, sa carrière démarra en 1928 avec la parution des récits de Solomon Kane, suivis par de nombreuses nouvelles dans des genres aussi divers que la Fantasy, l’horreur, l’histoire, le western ou la boxe. Mais c’est Conan, créé en 1932, qui lui vaudra la postérité littéraire. Ce héros, ainsi que la puissance évocatrice de l’écriture de son auteur, a eu et a toujours une influence majeure, au moins égale à celle de Tolkien, sur la Fantasy et partant sur tout l’imaginaire occidental.

Mon avis

Une des bonnes idées de cette anthologie est de reprendre les récits de Howard dans leur ordre d’écriture et non dans l’ordre de la chronologie de Conan. Le but étant de voir évoluer le style de l’auteur et non de retracer l’histoire du barbare. Du coup, on le retrouve dans ce premier volume (1932/1933) à des moments différents de sa vie, voleur puis roi puis pirate par exemple. Mais c’est le moyen de voir la montée en puissance du style épique de Howard.

Il faut dire que ces récits datent des années 30, et étaient écrits pour une parution en pulp magazines. Si nous avons la chance que les mondes fantastiques ne vieillissent pas, le style d’écriture change, lui. Ces histoires sont du coup inégales par leur qualité, même si elles sont globalement plaisantes à lire. Certaines se détachent nettement du lot: La Tour de l’Éléphant, La Reine de la Côte Noire, La Citadelle Écarlate par exemple.

Bien sûr, elles n’échappent pas aux clichés (de l’époque et des revues du genre) : les sorciers sont forcément démoniaques , les créatures monstrueuses, les femmes fatales et très peu vêtues y sont légion, et il y a de nombreuses répétions, ainsi qu’un manque d’originalité, certaines histoires étant quasiment des copies conformes les unes des autres. Des lectures qu’il convient donc d’espacer pour mieux les apprécier.

Malgré les années, le style de Howard reste puissant et évocateur. Un univers qui puise dans un passé imaginaire pas si éloigné que ça de notre antiquité, des personnages hauts en couleurs, des monstres qui lorgnent parfois vers le cosmique – Lovecraft n’est pas loin, d’ailleurs la correspondance entre les deux auteurs n’est pas fortuite…

Et bien sûr la personnalité elle-même du héros, loin de la caricature de la brute sans cerveau à laquelle il est souvent réduit dans l’inconscient collectif. Voleur, pirate, roi ou simple guerrier, Conan est l’archétype du héros de fantasy, le barbare (au sens « noble » du terme) qui trace sa route et se soucie peu des autres, dans un monde hostile qu’il ne comprend pas toujours. Peut-être est-ce pour cela qu’il garde son pouvoir d’attraction, parce qu’il privilégie son propre intérêt, a le goût des choses simples, et n’a pas peur de mourir – pourvu que ce soit l’épée à la main…

Un volume qui comprend de très belles illustrations en noir et blanc de Mark Schultz, qui n’ont pas été sans me rappeler le grand John Buscema. La préface de Patrice Louinet est très intéressante mais peut-être à lire après coup (comme la plupart des préfaces, d’ailleurs !). De nombreux bonus complètent cette édition soignée. L’intérêt est parfois variable. Les brouillons de Howard, ou ses ébauches de nouvelles, me paraissent de trop et n’intéresseront que les fans hardcore. Les développements de l’univers du Cimmérien, ses cartes ou sa chronologie, sont largement plus intéressants.

Ce premier tome consacré à Conan est suivi de deux autres, que j’achèterai bien sûr !

Et pour le plaisir, et la nostalgie, l’album Lug.

conan_forteresse_de_xapur

A lire aussi les avis de : Blackwolf Nébal Lorhkan

Une lecture qui participe au challenge JLNN !

Publicités

14 réflexions sur “ Conan Intégrale tome 1 : le Cimmérien – Robert E. Howard ”

  1. Je l’ai lu aussi cette intégrale, c’est un très beau objet livre en soi. Le côté assez répétitif ne m’a pas franchement motivé à continuer, mais ça fait plaisir de faire connaissance avec THE héros de l’heroic fantasy.

  2. Reste à savoir si la lecture de Gromovar reprend bien les vrais textes d’Howard, et pas ceux massacrés/censurés/traffiqués par Sprague de Camp…

    Bon c’est sûr que ce n’est pas de la grande littérature, mais c’est quand même très efficace, et le côté « pulp » est parfaitement assumé, sans tomber dans des trucs trop décérébrés (quoique certaines nouvelles laissent à désirer sur ce point, mais il fallait bien manger…).

    J’avais bien aimé ce premier tome, très bel objet livre en édition reliée. Ça me donne envie de me lancer dans les tomes 2 et 3 qui d’après les dires de certains (dont Patrice Louinet le spécialiste mondial d’Howard) contiennent d’excellents textes, preuve que quand l’auteur s’en donnait la peine, il pouvait vraiment écrire de belles choses. En tout cas, ça permet de découvrir un Conan finalement bien éloigné du barbare sans cervelle que tout le monde croit connaître.

    1. C’était bien les Howard. Et j’aimerais sûrement encore le côté pulp.
      Mais il y a un grand risque de déception. Tu sais comme quand tu revoies ta photo de classe et que tu trouves la « plus jolie fille » bien moins jolie que dans ton souvenir parce que tes standards ont changé.

      1. Je comprends.
        La nostalgie a tendance à enjoliver les choses, c’est vrai. Et oui, la plus jolie fille de ma classe s’est faite dépassée par les hum… « standards actuels » ! 😀

  3. J’avais moi aussi sauté sur ce 1er tome. J’ai toujours connu Conan (merci Schwarzenegger et le dessin animé). En entendant parler de cette publication, j’ai appris à ma grande surprise que presque toutes les images que j’avais de Conan était issues des modifications faites par Sprague de Camp!

    Du coup, cette intégrale est vraiment une bonne idée, et l’introduction et les bonus expliquent bien la naissance du personnage et ses caractéristiques. Par contre, c’est vrai qu’en soi, tous les récits ne sont pas super emballant, mais ça fait plaisir de découvrir le « vrai » Conan!

    Je me demande si je ne vais pas passer directement au tome 3, qui regroupe deux des nouvelles qui sont le mieux cotées.

    1. Salut par ici, content de voir que les tomes suivants sont meilleurs. Il est vrai que ceux qui ont « exploité » Conan l’ont le plus souvent desservi, hélas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s