Bifrost 73

bifrost 73 lovecraft
Le numéro 73 de la revue Bifrost, daté de janvier 2014, est consacré à un écrivain que j’ai beaucoup lu dans les années 80, Howard Phillips Lovecraft.

Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn

Adolescent, je lisais pas mal d’histoires d’horreur, avec une grande prédilection pour Stephen King (avant qu’il ne devienne esclave de son traitement de texte) et H.P. Lovecraft, donc. C’était aussi une époque où j’étais rôliste et où, entre deux parties de Donjons & Dragons, JRTM (le Jeu de Rôle de la Terre du Milieu), Aftermath (post-apo), je découvrais le jdr baptisé, si j’ose dire, L’Appel de Cthulhu, où les points de santé mentale étaient plus rare que les points de vie !

Derrière les histoires d’horreur au charme suranné, car écrites dans les années 30 et se situant souvent dans une Nouvelle-Angleterre froide et humide, pointait aussi ce qui fait la force des écrits de Lovecraft, une indicible dimension cosmique. Ce numéro de Bifrost, mené de main de maître par l’érudit Bertrand Nébal Bonnet, fait le point sur la vie, et les légendes associées au vrai-faux reclus de Providence, ses influences (Poe, Dunsany et Machen principalement), mais aussi la mythologie développée autour de son oeuvre. Car si Cthulhu est passé à la postérité (peut-être grâce à la « facilité » à (se) le représenter ?), comment ne pas évoquer aussi Nyarlathotep le Chaos Rampant, Yog-Sothoth la Clé et la Porte ou Shub Niggurath  la Chèvre Noire des Bois aux Mille Chevreaux…

Analyse intéressante de son écriture par Laurent Kloetzer, historique un peu rébarbatif de son succès en France, exploitation de l’oeuvre par Derleth ou par un merchandising dérivé via de vrais éditions de livres imaginaires (sic), et bien sûr guide de lecture qui donne envie de ressortir illico ses romans (et pire, ou mieux, d’en acheter d’autres pas encore lus, dont le guide de la cité onirique de Kadath chez Mnémos), ce numéro de Bifrost est un excellent opus illustré par une couverture bien dans le ton signée Nicolas Fructus.

Ajoutons à cela les rubriques habituelles dont le guide des sorties récentes, dans lequel j’ai lu pas mal de choses – une fois n’est pas coutume, la rubrique Scientifiction qui analyse sans concession les géants de Pacific Rim (mon avis est à lire par ici, tiens !), des Paroles de Libraire un peu déprimantes (qui font écho à un édito fort peu réjouissant pour le secteur), et terminons en félicitant Christian Léourier, Prix des Lecteurs pour la meilleure nouvelle francophone 2013, avec « Le Réveil des Hommes Blancs », parue dans Bifrost 72 (et téléchargeable ici gratuitement jusqu’au 21 février). Normal, Lanmeur, c’est le bien !

Ah oui, il y a aussi 4 nouvelles à lire dans ce numéro mais je n’en parle pas cette fois, j’attends dimanche ! Le Bifrost 74 lui, fin avril, sera consacré à Léo Henry, encore un auteur que je ne connais pas. Ce sera l’occasion de le découvrir…

Bonus musical

A lire aussi chez : NébalEfelleTigger LillyCanal Hurlant – …

cthulhu

Publicités

9 réflexions sur “ Bifrost 73 ”

  1. Suis en train de terminer ma lecture. Une fois encore, Bifrost me confronte à mes innombrables lacunes littéraires. Je n’ai tout simplement jamais rien lu de Lovecraft, et bien sûr, je n’ai plus qu’une envie : m’y essayer.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s