Bifrost 78 : Ursula K. Le Guin

Bifrost revue ursula le guinLe nouveau numéro de la revue Bifrost met en avant une auteure mythique, Ursula K. Le Guin, célèbre pour ses cycles de Terremer (que j’ai commencé à aborder, si j’ose dire^^) et de l’Ekumen.

Au menu du magazine, trois nouvelles :

Ceux qui partent d’Omelas d’Ursula Le Guin. Un court texte qui présente un village en apparence idyllique, oui, mais à quel coût ? Il a reçu le prix Hugo et m’a paru intéressant bien que d’un style un peu daté.

Ethfrag de Laurent Genefort. Une longue nouvelle rattachée au cycle d’Omale (que je démarrerai… un jour, maintenant que j’ai le premier tome, dédicacé qui plus est). Que j’ai lue en ces jours de commémoration de la Victoire, avec du coup un ressenti étrange quant à ce texte où un scientifique mène des expériences sur un peuple alien, sans jamais ressentir de pitié ni d’empathie. Glaçant.

Le Mot de Déliement d’Ursula Le Guin. Courte nouvelle reliée à Terremer, avec un sorcier prisonnier qui utilise sa magie pour tenter de s’échapper. Jusqu’à une réussite douce-amère, pour un récit qui aurait gagné à étoffer un peu son décor.

Un dossier très complet avec une biographie, une interview intéressante où l’auteur revient sur sa carrière, une approche anthropologique et archéologique de son oeuvre, des articles sur ses cycles principaux (Terremer et l’Ekumen), son attrait pour l’écriture de nouvelles ou ses textes pour la jeunesse etc… On pourra aussi retrouver en ligne par ici les critiques complètes déjà parues dans les précédents numéros de la revue.

Ursula le guin bifrost
Ma toute petite bibliothèque Le Guin

Scientifiction analyse la force de la Force (uh uh) dans Star Wars et la puissance des sabres lasers, ainsi que « l’hérésie » des inutiles midi-chloriens tandis qu’un article rend hommage à Michel Jeury et Terry Pratchett disparus récemment, et qu’on s’interroge sur le déclin, réel ou pas, de la SF dans les récentes parutions.

Le rubriques habituelles complètent le sommaire : critiques des sorties en nouveaux romans ou en rééditions de poche (le Guide de l’Uchronie, Thinking Eternity, American Fays ou Même pas Mort par exemple…), parutions de revues et fanzines, interview de libraire…

Le prochain numéro, à paraître en juillet 2015, sera consacré à Yves et Ada Rémy (dont je n’ai rien lu, inculte que je suis).

je lis des nouvelles et novellas
JLNND #18

Lire aussi l’avis de Noire-Planète

Publicités

3 réflexions sur “ Bifrost 78 : Ursula K. Le Guin ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s