Le Voleur Quantique – Hannu Rajaniemi

le voleur quantique hannu rajaniemi

Acheté en numérique lors d’une récente promo de Bragelonne, j’ai voulu lire Le Voleur Quantique de Hannu Rajaniemi, auréolé de plusieurs bonnes critiques, et aussi afin de lire de la SF à tendance cyberpunk transhumaniste (sic). Bien mal m’en a pris…

Résumé (source éditeur)

Jean le Flambeur est un criminel posthumain, un escroc et un manipulateur. Si ses origines restent entourées de mystère, ses exploits sont connus d’un bout à l’autre du système solaire : cambrioler les cerveaux numérisés qui régentent les planètes intérieures, dérober de précieuses antiquités aux aristocrates des cités mouvantes de Mars. Mais Jean finit par commettre une erreur, et se voit condamné à croupir dans la prison du Dilemme pour s’affronter lui-même dans d’infinies variations. Jusqu’à l’arrivée de Mieli, une fière guerrière qui lui propose un marché…

L’auteur (source éditeur)

Né en 1978 en Finlande, Hannu Rajaniemi est docteur en physique mathématique de l’université de Cambridge et a travaillé comme chercheur pour les forces de la défense finlandaise. Il vit actuellement à Édimbourg, où il est membre du Writers’ Bloc qui réunit les écrivains de la ville. Hannu écrit de la SF et de la Fantasy en anglais et en finnois.

Mon avis

Il est rare que je laisse tomber un livre en cours de lecture, même quand je n’aime pas. Tiens, par exemple, j’ai galéré avec Desolation Road de McDonald, mais j’ai été jusqu’au bout car je déteste arrêter. Mais ça c’était « avant ». Car, comme le dit la philosophie gromovarienne, j’ai trop de choses à lire pour perdre de mon précieux temps (limité) à m’infliger des choses que je n’apprécie pas.

Et après avoir lu un tiers du Voleur Quantique, force est de constater que ce livre n’est pas pour moi. Trop confus, trop alambiqué, mélangeant trop de choses (du cyberpunk, du space opera, du récit de détective, Arsène Lupin…), une narration pénible à lire et à suivre, des personnages étranges et décousus, bref un ensemble de choses qui m’a fait décrocher malgré toute ma bonne volonté.

Un mélange indigeste, sans doute érudit et chargé de clins d’oeils et de références (je crois même y avoir croisé Batman et Robin), peut-être à lire au second degré, une sorte de Jack Vance débridé cybermachin ? Et en plus, la couverture est moche !

Tiens, tant qu’à faire, pour que toi, ami lecteur qui cherchait un avis, tu n’aies pas fait le déplacement pour rien, un petit coup de gueule. Il faudrait que les auteurs arrêtent avec le terme quantique. Car je frôle la saturation devant l’emploi de ce mot qui leur sert à (ne pas) justifier tout et n’importe quoi. Vaisseau à propulsion quantique, montre quantique, lunettes quantiques, slip quantique, j’en passe et des meilleures. A l’Age d’Or de la SF, les écrivains mettaient tout à la sauce atomique, maintenant c’est le quantique qui est à la mode (par contre, en fantasy, quand on ne veut pas expliquer, on dira que c’est magique, hein).

Aparté mis à part, cette lecture partielle me permet quand même de comptabiliser une participation au Summer Star Wars, une autre au Challenge Summer Short Stories of SFFF et enfin au Défi SFFF et Diversité. Combo ! Autre consolation : je n’ai payé ce roman que 0.99 €…

D’autres avis : La Grande Bibliothèque d’Anudar – Quoi de Neuf sur ma Pile – …

challenge summer short stories of sfff

logo-challenge-sfff-diversité
items 18 et 20

challenge lecture summer star wars VII

Publicités

19 réflexions sur “ Le Voleur Quantique – Hannu Rajaniemi ”

  1. Je compatis, comme tu le sais j’ai du moi aussi me taper un livre profondément ennuyeux et bancal ces jours-ci.

    Ce roman ne m’inspirait qu’une confiance limitée, après avoir lu ta critique il ne m’en inspirera désormais clairement plus aucune. Et effectivement, les écrivains de SF (surtout les mauvais, d’ailleurs) mettent du « quantique » à toutes les sauces (surtout les plus insipides), sans doute en espérant donner à leur production une aura exotique, mystérieuse ou de respectabilité scientifique qu’elle est en fait le plus souvent loin de posséder.

    J'aime

    1. Oui j’ai lu ton article en souriant et en pensant aussi à celui-ci qui était programmé 😉
      Il y a des modes, comme ça, de termes à la mode et c’est parfois agaçant, là je me suis un peu lâché vu la déception du bouquin.

      J'aime

  2. J’ai ce livre dans ma PAL depuis quasiment sa sortie et les nombreux avis que j’ai vu défiler font qu’il a du mal à en sortir. Après avoir lu le tiens, je pense qu’il va encore y passer un petit moment :S

    J'aime

  3. Une aventure ambitieuse mais dotée d’un background présenté d’une façon un peu nébuleuse ou du moins qui ne fait cadeau au lecteur. Quelle dommage que les deux autres tomes ne sortiront pas en FR.

    J'aime

    1. J’ai trouvé ce que j’ai lu très confus et ça a fortement contribué à me faire abandonner, en effet. Et sans doute un mélange des genres auquel je n’ai pas accoché.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s