Angle Mort 12

Angle Mort 12 revue

Le numéro 12 de la revue numérique Angle Mort est en ligne, j’ai rappelé son principe dans mon avis sur le numéro 11, je ne peux que vous inciter à l’acheter pour un prix modique.

Explorer les limites entre les sciences, l’art et la SF, voici le crédo de la revue et cela se retrouve logiquement dans son sommaire, avec des nouvelles, des interviews mais aussi des articles atypiques.

Un entretien avec l’artiste Bruce Riley, qui a signé la couverture, ouvre le numéro.

Quand l’État écrit de la science-fiction de Peter Galison est un article sur l’utilisation de scénarios, donc l’anticipation voire la SF, par l’armée américaine. On y parle notamment guerre nucléaire et stockage de déchets radioactifs sur des millénaires. Intéressant malgré le style un peu trop académique.

L’Ange au coeur de la pluie d’Aliette de Bodard parle de déplacement de populations, de réfugiés, de la perte progressive de la culture et des traditions ancestrales dans un nouvel environnement, dans un monde différent. C’est plutôt subtil malgré le thème tragique. Une interview suit, je suis toujours intrigué par cette autrice française qui n’écrit qu’en anglais et est peu traduite (sic).

L’Agénésie congénitale de l’idéation du genre par K.N. Sirsi et Sandra Botkin par Raphael Carter est un texte plutôt déroutant sous forme de fausse étude scientifique par un auteur devenu injoignable. Cela ne me gênera pas.

Aujourd’hui je suis Paul de Martin L. Shoemaker est une nouvelle qui met en scène un robot capable d’imiter les proches d’une vieille femme malade. L’interview nous apprend que l’auteur est fan d’Asimov, cette nouvelle plutôt délicate le confirme.

L’Equation du Wagon de Jean-Marc Agrati est un court texte lui aussi déroutant, tout comme son auteur.

Enfin, un entretien avec l’artiste Joëlle Bitton clôture ce numéro. Etant particulièrement hermétique à l’art contemporain, je suis toujours sidéré par les chemins qu’il emprunte et l’ingéniosité de ceux qui l’exercent. Pas au point d’apprécier, n’exagérons rien 😉

En bonus, un court entretien avec l’écrivain Léo Henry et un autre avec Luvan accompagnent la sortie de la version anglaise de la revue. Deux auteurs que je n’ai pas lus, j’ai donc survolé cette partie.

Intéressant mais souvent déroutant, tel est ce numéro 12 de la revue !

site internet

Publicités

7 réflexions sur “ Angle Mort 12 ”

  1. Je vais le lire très prochainement si tout va bien.
    Ça a l’air d’être un numéro un peu particulier, on verra si j’adhère. Ceci dit, on ne peut que saluer cette prise de risques qui sort des sentiers battus de la SF.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s