L’Empire Electrique – Victor Fleury

L'Empire Electrique - Victor Fleury - Bragelonne

J’ai eu la chance de rencontrer Victor Fleury aux Intergalactiques 2016, et de le lire dans l’anthologie Du Plomb à la Lumière (sous le pseudonyme de Vyl Vortex), le voici de retour dans la fameuse collection du Mois du Cuivre de Bragelonne.

Résumé

(source éditeur)

Dans un xixe siècle uchronique, la France domine le monde, les troupes napoléoniennes armées par la science voltaïque garantissant la paix de l’Empire. Dans cet hommage au roman populaire et à l’anticipation, des héros littéraires vivent des aventures bien différentes de celles qui les ont fait connaître. Accompagnez Sherlock Holmes, le capitaine Nemo, Gavroche, Zorro, Watson ou encore Frankenstein dans leur lutte pour la liberté et la vérité. Et sur les pas de Jules Verne, de Conan Doyle ou encore de Victor Hugo, plongez dans les ombres de l’Empire Électrique !

L’Auteur

(source éditeur)

Si vous cherchez Victor Fleury, vous le trouverez souvent à Lyon, dans un café, en train d’écrire ou de refaire le monde entre amis. Il aime ce qui est étrange, caché et oublié, et les littératures de l’imaginaire le passionnent. Il a publié plusieurs nouvelles sous le pseudonyme de Vyl Vortex dans des anthologies, aux éditions Rivière Blanche, Luciférines, Le Grimoire et Arkuiris. L’Empire Électrique est son premier recueil.

Mon avis

L’Empire Electrique est un un recueil de nouvelles ou fixup, puisqu’il s’agit en fait de 6 textes plus ou moins longs (de 60 à 100 pages environ), se situant dans le même univers.

Nous découvrirons celui-ci au fur et à mesure des textes, mais l’essentiel est le moment (fin du XIXème siècle) et le fait que la France soit la (ou une des) plus grande(s) puissance(s) du monde. Une uchronie qui a vu Napoléon Ier envahir l’Europe, et sa dynastie continuer à régner depuis la capitale de l’Empire, Lyon ! (Victor Fleury étant lyonnais, il a décidé de faire revivre la Capitale des Gaules sous une forme plus moderne bien qu’uchronique, ce dont mon côté chauvin ne peut que le féliciter !). Dans ce passé imaginaire, la fée électricité est partout et a remplacé la vapeur, exit donc le steampunk pour suivre ici des aventures voltapunk !

Dans le gambit du détective, c’est un Sherlock Holmes revenu du bagne où son activisme l’a conduit, qui doit aider l’Empire à retrouver le collier volé du roi de l’Ecosse française.

Les légataires de Prométhée met en scène les aventures malheureuses du médecin voltaïque Marc Frankenstein, adapte des électrochocs sur ses patients. On y découvre aussi les dessous de Lyon, capitale de L’Empire Electrique et la lutte de succession au sommet de l’état, mais surtout les malheurs du petit-fils de Victor.

Dans les masques du bayou, direction le Royaume de Louisiane, objet des convoitises de ses voisins américains en pleine guerre civile qui s’éternise, et de la République de Californie qui dépêche un ambassadeur, Don Diego de la Vega. L’occasion de confronter Zorro, aidé du docteur Loveless au Baron Samedi et à Tom Sawyer !

Comment je me suis évadé du bagne a pour héros Gavroche, emprisonné au fin fond de l’Australie, et qui cherche à s’évader avec sa femme Cosette. Il lui faudra l’aide Raspoutine, Fu Manchu, Passepartout ou encore Étienne Lantier pour fuire l’Intelligence Artificielle (voltaïque !) qui dirige le bagne !

Le docteur Watson est sur la piste des éventreurs qui s’en prennent aux filles de joie des rues de Lyon. Mais que vient faire là-dedans le barrage qui alimente un étrange bâtiment sur la colline de la Croix-Rousse, juste en face du palais Impérial de Fourvière ? Le bon docteur et son ami Arsène Lupin iront le découvrir…

Enfin, A la poursuite du Nautilus invoque les mânes du capitaine Nemo, pourchassé par la flotte impériale, mais les surprises seront nombreuses (20 000 lieues) sous les mers !

On l’aura compris, l’auteur s’amuse (et amuse le lecteur) à reprendre des éléments de roman d’aventure, de policier ou des origines de la science-fiction au travers de récits rythmés qui mettent en scène des personnages célèbres. Sans sombrer dans la liste de noms, mais en donnant à chacun une vraie raison d’être, et en multipliant bien sûr les clins d’oeil (Victor Fleury cite en fin d’ouvrage ses inspirations).

Des textes de bonne tenue, un recueil de nouvelles d’aventures distrayantes, une uchronie réussie où Lyon a la part belle, le tout dans un bel écrin puisque l’objet-livre est très réussi avec son embossage et sa tranche cuivrée, je recommande L’Empire Electrique aux amateurs de steampunk qui n’auront aucun mal à se brancher sur le courant voltapunk 🙂

Publicités

14 réflexions sur “ L’Empire Electrique – Victor Fleury ”

  1. Je suis surlecuté, il ne m’a rien dit de cette publication géniale ! Quel filou !
    Moi aussi j’aime bien quand ça se passe à Lyon, ça a été l’une des bonnes surprises des Pousse Pierres que j’suis entrain de lire.
    Hum sinon je ne savais pas que bragelonne publiait des nouvelles, c’est quoi le mois du cuivre exactement stp ?

    J'aime

  2. Moi aussi, mon chauvinisme a été touché. Je vais donc me l’acheter, bien que le steampunk uchronique ne soit pas spécialement ma tasse de thé.

    D’ailleurs, moi aussi dans mon univers, je prends Lyon comme capitale (officieuse vu que Myrelingues n’a pas vraiment de capitale, un peu comme pour la Culture).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s