Infinités – Vandana Singh

infinites-vandana-singh

Seul rattrapage que j’avais à faire pour les lectures de la shortlist du Prix Planète-SF, voici mon avis sur le recueil de nouvelles Infinités.

Résumé

(source éditeur)

Dans ce recueil de dix nouvelles et un essai se déploie la sensibilité à part d’une auteure de science-fiction spéculative qui n’a de cesse de remettre l’Homme au centre du récit. On y observe un professeur de mathématiques qui aimerait comprendre les tensions inter-religieuses qui déchirent son pays, un étrange tétraèdre subitement apparu dans les rues de New Delhi, une femme convaincue d’être une planète.
Avec ces textes poétiques, humanistes et parfois mélancoliques, Vandana Singh s’impose comme la digne héritière de Ray Bradbury et Theodore Sturgeon.

Éditeur : Denoël Lunes d’Encre – Traduction : Jean-Daniel Brèque – Date de parution : 19/05/2016 – 288 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Née en Inde, à New Delhi, fille de deux professeurs de littérature anglaise, Vandana Singh a grandi à l’ombre de Shakespeare et Keats. Devenue professeur de physique aux États-Unis, elle s’est tournée vers l’écriture, notamment la science-fiction et la fantasy, à cause de la richesse de ces genres et des possibilités qu’offrent leurs thématiques propres. Depuis 2002, elle a publié deux romans pour la jeunesse, une vingtaine de nouvelles et un court roman de science-fiction, Distances.

Mon avis

J’avoue que j’ai attaqué ce livre en y allant un peu à reculons. La nouvelle parue dans le numéro 82 de la revue Bifrost m’avait semblé sympathique, mais sans plus, et celle disponible en version audio sur le site du podcast Coliopod ne m’avait pas plu (la voix de la narratrice non plus). Mais shortlist oblige, je m’y suis attelé…

Sous une superbe couverture d’Aurélien Police se cache un recueil de nouvelles qui parle beaucoup de l’Inde contemporaine. Par contre, le dernier recueil que j’avais lu concernant ce pays était La Petite Déesse d’Ian McDonald (avant le roman Le Fleuve des Dieux), et c’est ici radicalement différent ! La plupart des récits relèvent en effet surtout du fantastique.

Vandana Singh brosse ici le portrait d’un pays mêlant modernité et forte tradition, elle aborde le plus souvent le thème de la condition de la femme, mettant alors l’une d’elles en personnage principal. Du coup, les problèmes de caste, de mariage arrangé, d’image vis-à-vis des proches, de la famille ou des employeurs sont vraiment centraux. Ainsi que la vision rétrograde du couple indien, avec bobonne aux fourneaux et môssieur aux journaux… La nouvelle Le Tétraèdre, ou celle nommée Faim, illustrent bien ces thématiques. Et on bascule quasiment à l’horreur avec Soif et son héroïne fascinée par l’eau…

Mais l’autrice sait aussi parler d’autre chose, par exemple dans la nouvelle Delhi, hymne à la ville où un jeune homme croise des personnages d’autres temps, comme des fantômes évanescents, et arrive parfois, fugacement, à interagir avec eux. Est-ce la volonté de la grande ville de lui donner ce pouvoir ?

Autre aspect évoqué, parfois en filigrane, ou en thème principal dans la nouvelle Infinités : la difficile cohabitation entre les religions dans ce vaste pays, souvent en proie à des émeutes sectaires. Comme celle qui n’épargnera pas un mathématicien au destin bien loin de ses aspirations premières, et son meilleur ami.

Ailleurs, on croisera un récit de SF assez pulp, Les Lois de la conservation, avec voyage sur Mars et personnages extra-dimensionnels. Assez classique et pas vraiment ma tasse de… thé 😉

Dix nouvelles au total, et un petit essai pour nous convaincre que lire de l’Imaginaire, c’est bien (qui en doutait encore par ici ?). Et un glossaire bienvenu, les nouvelles étant saupoudrées de mots indiens et les personnages cités pas forcément bien connus en Occident.

Voilà qui me réconcilie avec l’image un peu tronquée que j’avais de l’autrice. Des nouvelles le souvent sympathiques et réussies, lorgnant plus du côté du fantastique que de la SF, et à la chute parfois hélas un peu terne ou abrupte. Reste le plaisir de retrouver l’Inde, sa complexité, sa culture (sa gastronomie !) et une autrice à suivre, en espérant de futurs récits un peu plus… relevés.

D’autres avis : Blog-o-livre – Le Culte d’Apophis – LorhkanMarieJulietNaufragés Volontaires – Nevertwhere – Reflets de mes lecturesQuoi de neuf sur ma pileRSF blog – Un papillon dans la lune – …

Challenges

Une sixième lecture pour le  Challenge Lunes d’Encre

challenge-lunes-d-encre-denoel

Quinzième chronique pour le challenge « maison » Summer Short Stories of SFFF saison 3

Challenge Summer Short Stories of SFFF - saison 3

Publicités

11 réflexions sur « Infinités – Vandana Singh »

  1. J’avais bien aimé ce recueil, ça permet de découvrir des atmosphères différentes de celles que l’on croise d’habitude. J’espère qu’on aura l’occasion de lire d’autres textes de cette auteure.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s