Kane, Intégrale 1 – Karl Edward Wagner

Kane, Intégrale 1 - Karl Edward Wagner

Il y a bien longtemps que je voulais découvrir Kane, personnage dont j’ignorais tout, de même que son auteur m’était complètement inconnu. Et pourtant, l’édition en épais volumes chez FolioSF (aux couvertures assez laides – du coup j’ai gardé celle de LE) reprise depuis la collection Denoël Lunes d’Encres, était tentante malgré son épaisseur. Il faut dire que les trois volumes publiés sont des intégrales, et que le premier tome comprend en fait deux romans, d’environ 300 pages chacun.

Résumé

(source éditeur)

Il s’appelle Kane. On raconte qu’il est immortel, que la pierre de sang qu’il porte au doigt lui a ouvert les portes d’Arellarti, la cité préhumaine perdue au cœur du marais de Kranor-Rill. Tremblez, humains! Car Kane a levé la plus méphitique des armées et a tissé à travers les Terres du Sud les fils d’une intrigue qui lui permettra de devenir empereur… Ce qui ne lui suffira pas, car seul l’univers est à sa mesure.
Guerrier quasi invincible, érudit aux sinistres ambitions, personnage infréquentable évoquant à la fois Conan et Sauron, Kane fait partie des personnages les plus mythiques de la fantasy moderne. Le cycle de ses aventures, considéré comme l’œuvre maîtresse de Karl Edward Wagner, comporte trois romans, quinze nouvelles et deux poèmes.

Editeur : FolioSF en 2012, Denoël Lunes d’Encre en 2007 – Traduction : Patrick Marcel – Date de parution : 2007/2012 – 752 pages en poche, 608 en GF.

L’Auteur

(source Noosfere)

Karl Edward Wagner naît aux Etats-Unis en 1945. Auteur, éditeur et anthologiste, il a écrit de nombreux textes, certains fortement influencés par Robert E. Howard, l’auteur de Conan. Il a reçu le World Fantasy Award à deux reprises. Il meurt en 1994.

Mon avis

Héros atypique, ou plutôt antihéros, Kane rappelle par certains aspects Conan de R.E. Howard (normal quand on sait que l’auteur a écrit des hommages au barbare). Mais pas que. Il est certes fort, musclé, massif, et excellent guerrier tout en étant impitoyable. Mais il est plus que cela. Érudit, polyglotte, on comprendra vite qu’il a une très grande longévité – voire est immortel, s’y connait en magie et est particulièrement retors et manipulateur, ne privilégiant que ses intérêts et n’ayant aucune loyauté durable. Assez jubilatoire à lire, tant le personnage est charismatique et bien plus profond qu’on ne pourrait le croire en le cantonnant à un simple guerrier surpuissant. Il se dégage aussi de son caractère une désillusion, un sentiment de fatalisme, et on apprécie aussi de voir les choses se retourner contre lui, et le héros échouer, malgré son machiavélisme et ses talents.

Dans les deux récits, Kane passe parfois au second plan et l’action se détourne vers d’autres personnages d’intérêt. On notera ainsi des rôles de femmes fortes et indépendantes, ou des adversaires de Kane mis temporairement au premier plan.

Le premier roman de ce premier volume de l’Intégrale est La Pierre de sang. Kane manipule deux souverains ennemis à la fois afin d’affaiblir leurs royaumes puis de pouvoir prendre le pouvoir ! Pour se faire, il mise sur une mystérieuse force tapie dans les jungles, qu’il manipule avec une bague magique. Ici, la technologie s’apparente à la magie, mais c’est bien un arrière-plan de SF que l’auteur utilise, mêlé à des allusions lovecraftiennes. A noter aussi que Kane tombe amoureux, sans pour autant tomber dans la mièvrerie, et le paiera cher.

Le second roman est La Croisade des ténèbres. Cette fois, un culte démoniaque s’installe dans une grande ville. Un chef voleur, piégé par des prêtres, est habité par un dieu meurtrier et devient un prophète invincible. Mais pour étendre sa domination sur le continent, il a besoin d’une armée afin de tout dévaster. Kane se porte donc volontaire pour devenir son général ! Mais entre un soldat ennemi transi d’amour pour une belle héritière, un prophète devenu soupçonneux et une jeune comédienne, les choses se compliquent pour Kane, au bord du gouffre à plusieurs reprises. Réchappant de la mort de justesse, il traversera plusieurs plans d’existence avant de terminer (carrément) à l’autre bout du monde. Là encore, le vent tourne et l’auteur mêle cette fois combats dévastateurs, magie noire et voyages dimensionnels. Mieux écrit que le précédent, ce roman comporte quelques perles d’humour noir et des scènes macabres…

Reconnaissons quelques défauts à ces aventures. Le style est un peu lourd, flirtant parfois avec le lyrisme (mais y échouant aussi régulièrement). L’auteur a également perdu en route son dictionnaire des synonymes, avec des répétitions de mots sur plusieurs lignes de suite, chose qu’il est étonnant de voir passer via le traducteur et l’éditeur. Rien de très grave, qui ne contrarie la lecture de ces aventures atypiques d’un héros tourmenté et maudit (et bien peu connu/lu par chez nous), agissant selon ses intérêts propres sans beaucoup d’égards pour ses alliés, qui ne le sont que tant qu’ils servent ses intérêts. Une quête de connaissances et d’érudition pour lutter contre l’ennui qui le ronge après une existence séculaire, et une capacité à résister à tout de justesse, pour repartir de plus belle dans de nouvelles péripéties.

Pas de doute, je lira prochainement les autres tomes, parce qu’il y en a marre des trilogie avec Élu et prophétie, et des gentils héros qui ne supportent pas la vue du sang, à commencer par le leur…

D’autres avis : Le Culte d’Apophis – Les Lectures d’Efelle – Welcome to Nebalia – …

Une ultime lecture pour le Challenge Lunes d’Encre

challenge-lunes-d-encre-denoel

Publicités

16 réflexions sur « Kane, Intégrale 1 – Karl Edward Wagner »

  1. Oh mais j’adore ta conclusion!!!
    J’ai les Kane dans ma ligne de mire depuis un moment. Je les veux dans leur belle version, alors j’espère que le Père Noël répondra à mes attentes.
    Je dis dire que ta critique me donne encore plus envie de les lire, ces aventures de Kane.
    Un grand merci! 🙂

    J'aime

  2. Je n’en ai pas marre des gentils Élus mais j’aime bien découvrir d’autres choses aussi. J’ai lu ici et là que Kane était un monument de Fantasy donc j’y jetterais certainement un oeil à l’occasion, même si je me suis déjà cassée les dents sur Conan (style trop vieux, lourd et lyrique à mon goût). J’aime beaucoup l’édition en Lunes d’Encres.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s