Transgression – Karen Traviss (Les Guerres Wess’har, tome 2)

transgression-karen-traviss

Après la Cité de Perle, je continue la trilogie des guerres Wess’har de Karen Traviss. Enfin, trilogie pour les francophones car il y a en fait six tomes en VO dont trois sont inédits dans notre langue.

Résumé

(source éditeur)

En menant une mission de sauvetage sur une planète perdue, Shan Frankland a franchi la ligne qui séparait l’honneur et la moralité des humains de celle des extraterrestres, pour qui le respect de la vie et des écosystèmes est une priorité absolue. Désormais, alors que quatre races se dirigent vers un conflit dont les conséquences seraient terrifiantes, Shan doit trouver le moyen d’empêcher cette tragédie. Malheureusement, la Terre est décidée à revendiquer ce monde par tous les moyens – avec à la clé, le secret de l’immortalité – et ce malgré la présence de son redoutable protecteur…

Editeur : Milady (Bragelonne) – Traduction : Cédric Perdereau – Date de parution : janvier 2009 en poche – 480 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Karen Traviss est une autrice anglaise extrêmement talentueuse. Avant de se tourner vers la fiction, elle a travaillé comme journaliste et correspondante pour le ministère de la défense. Elle a également servi dans l’armée de terre et dans la marine. Son premier cycle, les Guerres Wess’har, est une grande saga narrant les rencontres et les conflits entre notre espèce et plusieurs races extra-terrestres. Mêlant de façon remarquable action, intrigue et politique, ce cycle s’impose comme l’un des plus ambitieux de ces dernières années. En parallèle, elle a écrit deux cycles pour l’univers de Star Wars.

Mon avis

En fait, l’action de ce tome se passe essentiellement dans la Cité de Perle (d’où le titre du premier volume), qui est l’enclave du peuple wess’har sur la planète que les humains nomment Cavanagh. C’est une zone neutre, et autrefois de conflit, entre cette race et d’autres aliens, les isenj.

Après les événements du premier tome (et là je vais spoiler), l’humaine Shan Frankland, contaminée par un parasite (la c’naatat) qui l’a sauvée d’une mort certaine, est au croisement de toutes les ambitions humaines. Les civils voient dans son état un remède possible à la maladie, voire un accès à l’immortalité, tandis que les soldats souhaitent en tirer des applications militaires. C’est son ancienne collègue Lindsay Neville, qui veut venger la mort de son fils – lequel aurait pu être sauvé par le parasite alien, qui va mettre le feu aux poudres (presque de façon littérale) en manipulant tout ce petit monde afin d’exterminer Shan et la source du parasite par la même occasion.

Le roman se consacre en grande partie à l’acclimatation de Shan aux moeurs wess’har qui finalement lui correspondent assez bien et, comme on pouvait s’y attendre, à son rapprochement amoureux avec Aras. Ce qui n’est pas sans difficultés, vu les différences de morphologie et de culture entre les deux races ! Amusant de voir le grand guerrier solitaire suivre ses instincts qui lui crient d’obéir à sa compagne, et de voir celle-ci s’imposer auprès des aliens par son caractère et sa maîtrise des phéromones.

Bien sûr, un des autres personnages principaux est Lindsay, manipulatrice qui ne pense qu’à tuer Fran, peu importe le prix et les compromissions, tout en restant fascinée par la force de caractère et l’intégrité de celle-ci. Au point de déclencher plus ou moins volontairement un désastre environnemental qui réveillera une guerre latente. Le rôle du journaliste Eddie n’est pas neutre non plus car étant le seul représentant de la presse et informant la Terre, ses messages impactent l’opinion publique, et il en vient à prendre parti dans l’intérêt commun, passant de l’information à la propagande mais pas forcément pour le bien des humains !

Bien qu’intéressante, la première partie du roman est assez mollassonne et il ne se passe pas grand chose. La suite est un peu plus animée mais on est clairement là dans un tome de transition, une suite un peu longuette pour déclencher la guerre entre les deux principaux peuples aliens, initiée par un génocide causé par les humains. Reste quelques beaux personnages (féminins essentiellement) et un récit qui serait plus agréable à lire, malgré un style un peu froid, si Milady sautait des lignes entre les paragraphes (même reproche que pour le premier tome).

Très vite, je lirai la suite avec une bonne grosse guerre interstellaire où la Terre pourrait être détruite, miam !

D’autres avis : Quoi de Neuf sur ma Pile – …

Publicités

4 réflexions sur « Transgression – Karen Traviss (Les Guerres Wess’har, tome 2) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.