Bifrost 91 : Spécial Fictions

bifrost 91 special nouvelles
Pour changer un peu des dossiers thématiques consacrés à un auteur, le dernier numéro de le revue Bifrost est un « Spécial Fictions » qui comprend plusieurs nouvelles.

Voici donc mon avis sur ces textes :

Ex silentio d’Olivier Caruso. Un juriste français doit aider à indemniser des aliens suite à la perte d’un des leurs, tués par une expérience américaine. Problème : comment compenser cette mort alors que les êtres sont des particules atomiques ? Assez atypique, malgré un récit un peu trop décousu et plein de clichés, et un personnage principal guère attachant.

La Mort de John Smith de Michel Pagel. Une novella qui mêle space opera, fantasy, fantastique (avec des vampires au centre de l’histoire). Si l’ambiance pulp vous plaît, pourquoi pas, moi je me suis ennuyé avec cette longue histoire, et j’en viens à m’inquiéter quant aux deux livres de l’auteur que j’ai dans ma PAL.

Écouter plus fort de Léo Henry. Un récit de découverte, dans un environnement tribal, naturel, animal, sur fond de post-apo, de fable et de poésie… Un mélange a priori improbable, et au début déroutant, que j’ai finalement bien aimé (je semble être un des seuls, d’après les avis de mes collègues blogueurs^^).

Souvenirs de ma mère de Ken Liu. Une très courte nouvelle de trois pages avec un thème intéressant, celui d’une femme qui voit sa mère revenir la voir à plusieurs moments-clés de sa vie, la mère restant jeune grâce à des voyages spatiaux. Touchant à condition de se laisser porter et de ne pas trop analyser, les voyages de la mère n’étant pas explicités, et le côté tire-larmes étant assez très prononcé (je suis décidément assez peu kenliu-compatible).

Trademark de Jean Baret. Prologue ou teaser à un futur roman (à paraître… au Bélial’ bien sûr), cette nouvelle est basée sur une consommation outrancière imposée aux individus, soumis à des marques commerciales, au point de leur emprunter leur nom. Si l’idée est là, le récit est plutôt décevant car trop court et avec une fin ratée.

Voyage avec l’extraterrestre de Carolyn Ives Gilman. Une invasion alien atypique avec des « traducteurs » humains consentants, et une réflexion sur la conscience, le libre-arbitre, les choix de vie. Plutôt réussi.

Voilà pour la partie « Nouvelles » que je trouve globalement décevante. Et quand je pense que les quatre francophones sont les meilleures parmi les centaines que le Bélial reçoit et sélectionne (ou pas), je ne peux qu’être désagréablement étonné…

Le reste du magazine comprend les rubriques habituelles.

Dans l’édito, Olivier Girard cherche encore et toujours une « Nouvelle Vague » de la SF francophone et, ne la voyant guère venir, semble même avoir perdu « le » lecteur de SF ! Je taquine, je taquine, mais cette crise (récurrente) du livre de SF, alors que celle-ci est partout (sur nos PC, nos smartphones, nos écrans de tévé et de cinoche) me fait penser à la chute des ventes de comics tandis que les blockbusters de superslips se multiplient. Les médias manquent de perméabilité, et si l’époque n’est plus majoritairement à la lecture, il faut peut-être cesser de croire qu’un film ou une série va doper les ventes de livres (sauf quelques exceptions). Quant à la théorie selon laquelle les maisons d’éditions créent des collections pour publier des livres quelles ne vendront pas mais dont les droits s’arracheront pour générer films ou séries, je ne suis qu’un simple amateur mais je n’y crois guère (au moins en France).

Objectif Runes : les critiques des sorties plus ou moins récentes, et plus ou moins notables. Et voici son complément numérique.

Le coin des revues (pas trop maltraitées, cette fois, sauf pour la québécoise Solaris) par Thomas Day.

Burn in the USA, un dossier de Xavier Mauméjean, revient sur l’oeuvre Brûle, sorcière, brûle d’Abraham Merritt et une certaine vision de la femme aux USA. C’est érudit mais par manque de références, cela m’a laissé… froid !

Paroles… d’illustrateur : une interview des éditions de l’Arbre Vengeur par Erwann Perchoc. Je ne connaissais pas cette maison et je ne suis pas sûr qu’ils publient ce qui peut m’intéresser.

Scientifiction nous propose d’aller En route pour la Lune ! avec Roland Lehoucq qui revient sur les romans, films et BD qui ont envisagé les premiers moyens d’aller explorer notre satellite naturel.

A noter que la très belle couverture du numéro, signée Manchu, est une partie d’une oeuvre plus grande, Recyclers, que voici (image trouvée sur Yozone).

Publicités

2 commentaires sur “Bifrost 91 : Spécial Fictions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.