Spiderlight – Adrian Tchaikovsky

Spiderlight adrian tchaikovsky

Un hommage à Dungeons & Dragons ? Une épopée avec un drôle de « Spider-Man » ? Du Tchaikovsky, c’est bon, lisez-en ? Lisez un peu de V.O. pour changer !

Résumé

(source éditeur)

The Church of Armes of the Light has battled the forces of Darkness for as long as anyone can remember. The great prophecy has foretold that a band of misfits, led by a high priestess will defeat the Dark Lord Darvezian, armed with their wits, the blessing of the Light and an artifact stolen from the merciless Spider Queen.

Their journey will be long, hard and fraught with danger. Allies will become enemies; enemies will become allies. And the Dark Lord will be waiting, always waiting…

Spiderlight is an exhilarating fantasy quest from Adrian Tchaikovsky, the author of Guns at Dawn and the Shadows of the Apt series.

Editeur : Tor – Date de parution : 02/08/2016 – 304 pages

L’Auteur

(source Babélio)

Adrian Czajkowski (Adrian Tchaikovsky dans ses livres) est un auteur britannique de fantasy et de science-fiction. Il est connu pour sa série « Shadows of the Apt » commencée en 2008.

Mon avis

Après avoir lu l’avis de Feyd Rautha, je me suis dit que Spiderlight pouvait être une bonne lecture détente pour l’été et me remémorer quelques parties de D&D. Ou encore me faire travailler mon anglais, moi qui ai quand même amélioré celui-ci aux temps anciens des règles d’AD&D… Hop, deux clics plus tard, l’ebook arrivait dans mes applications kindle (oui, Amazon c’est le mal mais c’est pratique) !

On fait la connaissance dans ce roman d’un groupe d’aventurier qui s’embarque dans une quête somme toute classique afin d’aller combattre un grand méchant. Comme il y a une prophétie à respecter, le groupe doit récupérer une arme issue de la reine des araignées de la forêt de Mirkwood (tiens, tiens) ainsi qu’une carte permettant d’éviter les troupes du méchant et de suivre un chemin détourné pour arriver au coeur de son royaume et aller l’affronter dans sa tour (toutes ressemblances…).

Problème : le reine des araignées dispose d’une carte mentale des lieux issue de l’époque lointaine où elle parcourait la terre, et l’implante dans le cerveau d’un de ses rejetons. Les aventuriers devront donc se faire guider par celui-ci, métamorphosé en… quasi-humain… et cohabiter avec la chose ! On retrouve là les araignées dont raffole visiblement l’auteur (on peut se rapporter au très bon Dans la toile du temps pour en avoir une preuve de plus).

On l’aura compris, de très nombreuses pointes d’humour parsèment le récit. Il y a certes les relations entre la créature et ses compagnons, mais aussi les interactions entre les membres du groupe, des aventuriers typiques de jeu de rôle de medieval fantasy. Une clerc en proie aux doutes sur sa mission et les moyens à utiliser, un paladin prompt à faire respecter le Bien à coup d’épée s’il le faut, un voleur forcément roublard, un magicien mégalomane, pyromane et amoureux de la clerc, une ranger en mal d’amour mais un peu trop attirante…. Chacun y retrouvera une ambiance et des caractères connus et bien vus, avec un mélange de nostalgie, d’humour et d’auto-dérision.

spiderlight D&D stats
Les feuilles de personnages version D&D signées par l’auteur lui-même !

Bien sûr, rien ne va vraiment se passer comme prévu en chemin, l’arrivée au Mordor but et le combat avec Sauron le Dark Lord réserveront aussi leur lot de surprises, l’auteur détournant les codes des scénarios ou romans de fantasy sur ce point là également. On regrettera juste que le monde où se situe l’action soit si peu détaillé et assez binaire, partagé entre les territoires de la Lumière et du Mal, mais la brièveté de ce one shot l’explique sans doute.

En ce qui me concerne, j’ai été conquis par ce livre fun qui reprend des codes de fantasy et de JDR classiques et s’en moque gentiment, tout en mettant en scène des personnages plutôt attachants et/ou amusants. Une bonne lecture estivale, que l’on soit arachnophile (dénoncez-vous !) ou pas.

D’autres avis : L’Epaule d’Orion – …

Du même auteur, sur ce blog :

Publicités

9 commentaires sur “Spiderlight – Adrian Tchaikovsky

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.