Terre Natale (la légende de Drizzt, livre 1) – R.A. Salvatore

terre-natale-drizzt-tome-1-salvatore

J’avais profité il y a quelques mois d’une promo numérique pour acheter les trois premiers tomes de la saga de Drizzt, le célèbre elfe noir créé par R.A. Salvatore dans les années 90, afin d’étoffer les Royaumes Oubliés, le monde de campagne du jeu de rôle Dungeons & Dragons (ou de l’exploiter via les produits dérivés, diront les méchantes langues). N’ayant pas relu ces histoires depuis mes éditions tronquées chez Fleuve Noir dans les années 90, je me suis dit que cette promo était une bonne façon de voir si les livres avaient tenu l’épreuve du temps, et étaient plus lisibles en version complète. Verdict…

Résumé

(source éditeur)

Drizzt est un elfe noir né en Outreterre où le pouvoir s’obtient par la guerre ou le meurtre. L’honneur, l’amitié, l’amour n’y ont pas leur place et Drizzt y fait le rude apprentissage d’une vie de servitude. Bien qu’il ait été élevé dans un système de valeurs totalement perverti et qu’il soit rompu à l’art du combat, il sait qu’il n’est pas comme les autres. Il aspire à une vie différente et refuse de devenir un assassin au service des siens. Mais pour survivre, Drizzt est obligé de dissimuler et même nier sa véritable nature. Jusqu’au jour où il devra se battre seul contre tous !

Editeur : Bragelonne – Traduction : Sonia Quémener – Date de parution : 14/03/2018 pour cette édition – 432 pages

terre-natale-salvatore

L’Auteur

(source éditeur)

R.A. Salvatore est l’un des principaux contributeurs de Dungeons & Dragons. Particulièrement prolifique dans l’univers des Royaumes Oubliés, nous lui devons notamment le personnage de l’Elfe Noir : Drizzt Do’Urden. Avec plus de 80 romans sur l’ensemble de sa carrière, c’est un auteur de Fantasy à succès. Ses œuvres apparaissent régulièrement dans la liste des best-sellers du New York Times et ont été vendues à plus de dix millions d’exemplaires.

Mon avis

Plongeons dans les profondeurs des Royaumes Oubliés avec cette histoire devenue un classique (et adapté sur de nombreux supports, comme le comic book) où le jeune elfe noir, ou drow, Drizzt Do’Urden, né au sein d’une des principales familles dirigeantes de la cité de Menzoberranzan, découvrira les horreurs liées à son peuple et décidera de les fuir.

Dans ce premier volume, la fourberie des drows est bien décrite et l’auteur détaille une race et une culture où seule règne la force, qui est d’ailleurs ici l’apanage des femmes, les voix de la déesse-araignée omniprésente. Le récit est très marqué par le jeu de rôle Dungeons & Dragons, et on y reconnaîtra de nombreuses caractéristiques, sortilèges ou créatures des profondeurs si on y a déjà un peu joué.

La prise de conscience de Drizzt, et son refus de la culture dans laquelle on essaie de l’élever, font bien sûr écho au caractère de son géniteur, le guerrier Zaknafein, qui lui permettra notamment de devenir un combattant d’exception. Ajoutons à cela quelques intrigues politiques, des spéculations et des trahisons, et on obtient un roman qui se lit facilement, même si son style très plat n’est pas des plus passionnants.

A part l’attrait lié au changement relatif par rapport aux canons de la fantasy, puisque le héros est un elfe sombre et que sa société assez atypique est très détaillée, cette série me semble quand même plutôt destinée aux fans du jeu de rôle. Je la poursuivrai parce que j’ai encore les deux tomes suivants, mais sans hâte excessive…

D’autres avis : …

Commander : format pocheebook kindle (liens affiliés)

Et hop, placement de lien éhonté vers ma nouvelle de fantasy avec une héroïne elfe sombre !

Publicités

13 commentaires sur “Terre Natale (la légende de Drizzt, livre 1) – R.A. Salvatore

  1. J’avais essayé de le lire il y a une dizaine d’années (bim coup de vieux) et je n’étais pas rentrée dedans. Je me demande ce que ça donnerait aujourd’hui si je retentai l’aventure 🤔 tu as planté une graine.

    J'aime

  2. J’étais dans la même optique que toi, à savoir me replonger dans les sagas de Drizz’t voire dragonlance (que j’avais adoré); mais je crois que sortis de leur contexte de JDR de l’époque ils ont dû perdre un peu de leur saveur. Merci en tous cas pour cette belle chronique, je crois que l’on est sur la même longuer d’onde. Bonne continuation, je vais lire ta nouvelle du coup…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.