Mémoires d’Outre-Mort – Christopher Buehlman

Christopher Buehlman - mémoires d'outre-mort

Je ne suis pas un grand fan de littérature vampirique, mais les bonnes critiques qui ont précédé la sortie de Mémoires d’Outre-Mort m’ont donné envie d’y planter les crocs…

Résumé

(source éditeur)

 » ON NE NAÎT PAS VAMPIRE, ON LE DEVIENT « 

1978. Si New York est une ville sale et dangereuse pour les vivants, Joey Peacock, vampire aux traits éternellement jeunes, y voit toujours un magnifique terrain de chasse. La nuit tombée, du fameux Studio 54 aux appartements du Village en passant par le CBGB cher aux punks, il écume Manhattan en quête d’une artère compatissante. Première des règles : charmer la proie, ne jamais la tuer. Quand vient l’aube, Joey rejoint dans une station de métro désaffectée ses frères et soeurs de sang, parmi lesquels Cvetko le Slovène philosophe, Billy Bang le fou de free jazz et, bien sûr, la patronne, Margaret, qui administre son territoire d’une main de fer. Jusqu’au jour où de nouveaux arrivants menacent la survie de la petite communauté : des enfants aux yeux brillants et aux longues canines, redoutables tueurs dont les besoins semblent sans limite…

Editeur : Hugo Roman, collection Nouveaux Mondes – Traduction : Jean Bonnefoy – Date de parution : 18/04/2019 – 429 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Poète, dramaturge et romancier né à Tampa (Floride), en 1969, diplômé d’histoire et de français, Christopher Buehlman est l’une des voix les plus originales de la littérature fantastique contemporaine. Il collabore en qualité de scénariste à la nouvelle saison de la série  » Creepshow  » et Mémoires d’outre-mort va faire l’objet d’une adaptation télévisée.

Mon avis

Le livre nous permet de faire la découverte de Joey, un jeune vampire âgé ! En effet, le petit Joey s’est fait virer, comprendre convertir, quand il était encore adolescent, il y a une soixantaine d’années. Depuis, il vit ou survit comme il peut, au sein d’une sorte de famille recomposée et nous raconte des aventures un peu minables.

Pas joyeux en effet le quotidien des vampires, obligés de se cacher dans les couloirs et les stations désaffectées du métro new-yorkais, défendant leur petit territoire contre les camés ou les SDF de passage, et essayant d’éviter les rats et insectes qui apprécient leur chair puante. Pourtant, il y a là Margaret, la cheffe du clan (que Joey a poussé indirectement vers le vampirisme, elle s’est ensuite bien vengée sur lui^^) et Cvetko l’érudit non violent au corps d’apparence âgé, qui sert un peu de mentor et de père à Joey. Et quelques autres, un joueur de musique, un ancien soldat, une femme un peu simple, ou quelques meurtriers convertis. Malgré tout, ils vivent dans des conditions minables, récupérant ici ou là quelques affaires et babioles, essayant de survivre discrètement.

En commençant par ne pas tuer les proies dont ils se nourrissent, les voyageurs banals du métro, vite charmés par les vampires et délestés de quelques décilitres de sang, ne gardant le plus souvent aucun souvenir de leur mésaventure. Enfin, s’ils ne se font pas peler, donc trucider lors d’une agression qui a mal tourné, ou bien transformer par accident, pour rejoindre le petit club des bas-fonds. Il ne faudrait pas en effet attirer l’attention de la police, qui viendrait murer les petits refuges et interstices durement aménagés.

Tout semble donc ne pas aller trop mal pour Joey et sa bande, jusqu’à l’arrivée d’enfants particulièrement voraces. De charmants petits monstres (uh, uh) qui semblent ne pas comprendre les règles de base de la survie et sont difficiles à gérer. Ah, ces gosses… C’est là que le roman bascule réellement, et passe de l’horreur au gore, tant il est difficile de satisfaire les petits assoiffés mal éduqués. A moins qu’ils ne cachent des secrets inavouables ?

Un livre parfaitement maîtrisé, qui nous plonge dans les années 80 à New York, une ville crade dont l’atmosphère est bien restituée, mais surtout une plongée dans les bas-fonds du métro, où des centaines de kilomètres de réseaux permettent aux reclus de se déplacer en évitant le regard des autres. Et de créer une société parallèle de morlocks aux mœurs bien particulières et à l’équilibre précaire que les nouveaux venus vont faire voler en éclats.

Un rythme nerveux, des chapitres courts et rythmés, un style moderne et des péripéties sanglantes qui ne laissent pas de répit au lecteur, Mémoires d’Outre-Mort comprend également un twist final inattendu qui remet le tout en perspective et incite à se poser des questions sur ce qu’on a lu. Efficace.

A noter qu’un roman du même auteur, Christopher Buehlman intitulé The Suicide Motor Club est lié à Mémoires d’Outre-Mort et traite aussi de vampires. En espérant le voir un jour arriver en France…

Bonus : interview de l’auteur sur ActuSF

D’autres avis : …

Commander : format brochéebook kindle (liens affiliés)

 

Publicités

10 commentaires sur “Mémoires d’Outre-Mort – Christopher Buehlman

  1. Ta chronique me fait spontanément penser aux romans de Morgane Caussarieu chez Mnemos! Je ne sais pas si tu connais mais c’est le même genre. Du coup ça me donne envie de découvrir ce titre 🙂

    J'aime

      1. Ah Black Mambo ! C’était top et je suis ton ombre est sans mon top 5 de mes romans favoris 🙂 y’avait dans les veines qui se situe avant je suis ton ombre mais c’est vrai qu’elle fait en sorte qu’on puisse les lire séparément et ça c’est cool !
        Joli 😜

        Aimé par 1 personne

  2. ah! mais pourquoi tu me fais ça ? J’avais déjà plein de livres dans le collimateur. J’aime les histoires de vampires, mais pas ceux qui manquent de colonne vertébrale, de chien, quoi! Et, là cela semble loin d’être le cas. Allez, vendu!!!!

    Aimé par 1 personne

  3. Intéressant, mais est-ce que ça n’est pas trop classique ? A première vue, on est dans le roman vampirique on ne peut plus vu et revu….

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.