La Prêtresse Esclave (La Croisade Eternelle, tome 1) – Victor Fleury

victor fleury la pretresse esclave

Je parlais ici même il y a peu de Victor Fleury et du second opus de son univers voltapunk, et le voici déjà de retour ! Mais cette fois, direction la fantasy avec un roman d’inspiration… mésopotamienne.

Résumé

(source éditeur)

Au cœur de la capitale d’un empire millénaire, la prêtresse Nisaba est la principale servante de l’héritier royal, Akurgal. La jeune femme a de quoi haïr la famille régnante, même si elle est forcée de servir son maître sans protester. Or celui-ci est réputé pour sa décadence, utilisant sans mesure ses oblats, des esclaves sacrés dont il s’est approprié les sens grâce à ses pouvoirs mystiques – ces derniers sont contraints de partager ses sensations, douleur, plaisir, mémoire et plus encore.

Mais quand Akurgal décide de partir en croisade aux confins de l’empire, Nisaba se voit obligée de le suivre en laissant son propre fils derrière elle. Alors que secrets et complots semblent se multiplier dans l’entourage de son maître, la prêtresse esclave parviendra-t-elle à le protéger, et à sauver l’empire tout entier de la ruine ?

Editeur : Bragelonne – Date de parution : 10/04/2019 – 384 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Si vous cherchez Victor Fleury, vous le trouverez souvent à Lyon, dans un café, en train d’écrire ou de refaire le monde entre amis. Il aime ce qui est étrange, caché et oublié, et les littératures de l’imaginaire le passionnent. Il a publié plusieurs nouvelles sous le pseudonyme de Vyl Vortex dans des anthologies, aux éditions Rivière Blanche, Luciférines, Le Grimoire et Arkuiris.

Mon avis

Quitte à écrire de la fantasy, Victor Fleury change du médiéval-fantastique européen assez habituel et part dans un univers plus antique, ici inspiré de la Mésopotamie mais qui peut aussi faire penser à l’Egypte plus connue du grand public.

L’héroïne, Nisaba, est une suivante d’Akurgal, prince de l’empire et est liée à lui de plus d’une façon, notamment par le fait d’être son oblat de peau. Dans l’histoire, cela signifie qu’elle partage avec le prince son sens du toucher, au point d’en devenir à demi-folle lorsqu’il abuse des coucheries en tout genre, et qu’elle en arrive à se droguer pour anesthésier partiellement ce « don ». Mais le prince s’est lié aussi à d’autres oblats, de force (du coup, il est plus puissant), de mémoire (il emmagasine ainsi les connaissances de son scribe) etc… qui ne peuvent s’éloigner de lui sous peine de mourir et de lui causer de sacrés soucis, voire la mort également. Une relation symbiotique voire vampiresque qui présente de sacrés à-côtés…

Évincé du trône à la dernière minute, Akurgal se lance dans une croisade afin de redorer son blason et de revenir en grâce auprès de sa (Reine)mère. Accompagné de ses oblats et d’une petite armée, il décide de « pacifier » une lointaine région rebelle mais va se heurter à des gouvernants locaux peu désireux de lui donner de la main d’oeuvre ou encore, et surtout, à des tentatives d’assassinat.

Un ensemble de péripéties qui va mettre à mal Akurgal, qui n’est déjà pas à la base un modèle de diplomatie, et le voir être sauvé de justesse un certain nombre de fois par Nisaba et ses pouvoirs magiques. Outre le sevrage de son addiction, celle-ci va devoir se méfier des autres oblats, des personnages rencontrés en route, d’Akurgal lui-même et de ses secrets, et on en apprendra plus sur le passé tragique qui les unit tous les deux.

Malgré un petit passage à vide en milieu de récit, l’histoire est rondement menée et comprend son lot de surprises, de trahisons, de combats et de magie dans un univers atypique des romans de fantasy. Et ce tome se clôt par un cliffhanger de dernière minute, enfin, de toute dernière phrase, qui appelle à attendre impatiemment la suite. Un changement de cadre réussi pour Victor Fleury, qui passe du steam-volta-punk à la fantasy antique avec brio !

D’autres avis : Le Culte d’ApophisBookenstock (Dup) – Ombrebones – …

Commander : Grand formatebook kindle (liens affiliés)

Publicités

25 commentaires sur “La Prêtresse Esclave (La Croisade Eternelle, tome 1) – Victor Fleury

  1. J’ai hésité à le prendre aux Imaginales et finalement j’ai pris l’homme électrique en partie parce que je connaissais l’univers, que c’était un one shot et que le livre était beau. Je verrai quand la suite sortira.

    J'aime

    1. Si on veut, L’Homme Electrique est un one-shot mais les chapitres sont rythmés comme les romans d’aventure d’antan, ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas !
      Pour L’Empire Electrique,c’est un fix-up de nouvelles.

      J'aime

  2. Tout allait pour le mieux, la tentation s’insinuait en moi… et paf, le cliffhanger. Déjà que j’ai de plus en plus de mal avec les séries, alors les séries à cliffhanger. >.<
    Mais bon, dans 10 ans, pourquoi pas ! =P

    J'aime

  3. L’auteur m’a alpaguée aux Imaginales pendant que je passais dans les rangs et quand il a commencé à me décrire l’univers, il m’avait complètement convaincue. Ce sera ma première incursion dans son écriture.

    J'aime

  4. Tiens, je ne connaissais pas celui-là ! mais je vais quand même rester sur ma 1ère idée et commencer par le découvrir avec ses titres électriques 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.