La Prêtresse Guerrière (La Croisade Eternelle, tome 2) – Victor Fleury

La Croisade Éternelle, tome 2 : La prêtresse guerrière

Retour dans le monde antique créé par Victor Fleury pour le second tome de sa saga La Croisade Eternelle, avec La Prêtresse Guerrière.

Résumé

(source éditeur)

La Croisade est désormais perdue dans les terres hostiles des monts Êmal, aux confins de l’Empire. Nisaba se retrouve sans son maître et n’a qu’un désir : retourner à la capitale auprès de son fils Haddon. Hélas, le culte d’Enlê réclame sa mort et la guerre embrase le pays. La jeune femme devenue guerrière doit choisir son camp entre de multiples factions déchirées par les conflits et les trahisons. Cependant, elle ignore que Haddon n’est déjà plus à Ubuk. Devenu l’esclave-lié de l’héritière du trône, l’adolescent a été témoin d’un événement dramatique qui le précipite à son tour sur les routes.

Alors que l’Empire se disloque et que les masques tombent, Nisaba et son fils survivront-ils au fracas des armes ainsi qu’à la colère des dieux ?

Editeur : Bragelonne – Date de parution : 14/10/2020 – 456 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Si vous cherchez Victor Fleury, vous le trouverez souvent à Lyon, dans un café, en train d’écrire ou de refaire le monde entre amis. Il aime ce qui est étrange, caché et oublié, et les littératures de l’imaginaire le passionnent.

Mon avis

Avant de plonger dans La Prêtresse Guerrière, j’ai commencé par relire le premier tome, La Prêtresse Esclave que j’avais lu il y a maintenant près de 2 ans. Je pensai simplement survoler le récit mais finalement, j’ai été happé et je l’ai relu intégralement ! La fin du premier tome se terminait par un cliffhanger qui rebalayait les cartes, que ce soit sur le front de la croisade et de la guerre en cours, mais aussi du point de vue personnel de l’héroïne, Nisaba, esclave du prince conquérant. Mais qui est aussi son oblate, c’est à dire qu’elle est liée à lui par la magie et chargée de partager, ou plutôt de mettre à disposition de son maître, ses propres ressources pour permettre à celui-ci d’avoir des capacités surhumaines. Difficile de ne pas divulgâcher la suite mais je vais essayer…

Si ce second tome s’intéresse bien sûr toujours à Nisaba, embringuée dans une guerre aux frontières Est du royaume, et livrée à la politique locale, entre ennemis agressifs et tribus nomades à l’allégeance fluctuante, il se tourne aussi vers la capitale. Le récit s’élargit au fils de Nisaba, Haddon, qu’elle avait laissé en ville et qui va se retrouver lui aussi mêlé à la lutte pour le pouvoir. Par amour, lui aussi, il deviendra oblate d’une jolie princesse mais celle-ci va se révéler de plus en plus trouble au cours du récit. Décidemment, les parcours de la mère et du fils suivent un parcours parallèle… Et si la mère est à l’Est, le fils, lui, est à l’Ouest (sic) parce que ses aventures, narrées en alternance avec celles de Nisaba, vont le conduire aux frontières du désert, près d’une civilisation qui est largement inspirée de celle de l’Egypte antique.

Dans cet univers, les dieux marchent parmi les hommes (et les femmes !) ou presque, et leur influence est permanente tandis que les mystères et mensonges ou faux-semblants qui les entourent se dévoilent peu à peu. Mais il faudra quand même attendre la fin de cette trilogie (en 2022 si j’ai bien suivi) pour tout savoir sur leur implication, et sur une autre force en présence, largement évoquée mais qui reste encore de côté à ce stade de l’histoire.

Alors, si on peut reprocher au style de Victor Fleury quelques répétitions mineures (et un côté parfois un peu agaçant à Nisaba qui se lamente toutes les deux pages au sujet de son fils, mais ça, ce n’est que mon avis !), saluons ses excellentes qualités de créateur d’univers puisqu’il mélange ici plusieurs civilisations peu exploitées en fantasy, leur ajoute une présence mystique et mythologique importante, un système de magie qui me semble plutôt original et suffisamment de rebondissements, trahisons et combats pour tenir le lecteur en haleine sur les 456 pages de ce second tome (contre les 384 du premier tome). Une saga et un auteur à (re)découvrir !

Retrouvez Victor Fleury sur ce blog :

D’autres avis

Ombrebones – …

5 commentaires sur “La Prêtresse Guerrière (La Croisade Eternelle, tome 2) – Victor Fleury

  1. « un côté parfois un peu agaçant à Nisaba qui se lamente toutes les deux pages au sujet de son fils, mais ça, ce n’est que mon avis ! » : un avis que je partage, à la fin du tome 1, je n’en pouvais plus de ses lamentations ! (au point que, pour le moment, j’ai boudé cette suite)

    J'aime

Laissez un commentaire (modération manuelle car trop de spams)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.