Le Crépuscule des Épées (Le Cycle des Épées, tome 7) – Fritz Leiber

Il est temps de clôturer le Cycle des Epées, une opération de lecture de longue haleine qui s’achève enfin ! L’intégrale tome 2 de Bragelonne en ma possession ne contenant pas ce sixième tome, je me suis tourné vers une vieille édition Pocket pour la compléter, mais si vous prenez l’Intégrale parue depuis chez J’Ai Lu, vous aurez tous les récits.

Résumé

(source éditeur)

La porte s’ouvrit brusquement. Deux silhouettes se dessinaient dans le brouillard : le grand Fafhrd et le petit Souricier, joyeux de revenir à leur bonne vieille taverne. Rougeur des soirs de fièvre où s’abaissent les glaives… Un épais silence les attendait. Tous les regards étaient braqués sur leur table, où deux hommes se penchaient sur leur jeu favori. Le plus curieux, c’était leur expression, leurs manières, leur assurance.  » Incroyable, chuchota le patron. Ils m’ont harcelé de questions sur vous. Et plus je répondais, plus ils vous ressemblaient « . Fafhrd et le Souricier soupirèrent. Ils avaient fini par croire que leur destin n’était pas de mourir au combat, mais de vieillir en paix. Les provocateurs ne les amusaient plus. Ils se seraient bien passés des magiciens pervers qui lançaient contre eux des malédictions farfelues. Seulement, cette fois, c’était plus grave. Les deux joueurs accoudés à leur table étaient la Mort de Fafhrd et la Mort du Souricier.

Editeur : Pocket – Traduction : Dominique Haas – Date de parution : 01/01/1991 – 345 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Fritz Leiber (1910-1992) est un géant de la Fantasy. Il a été pasteur, acteur et éditeur avant de se lancer dans l’écriture. Il a obtenu 27 prix littéraires dont 8 fois le Hugo, 4 fois le Nebula et 3 World Fantasy Award. Excusez du peu… De tous ses romans et nouvelles SF, fantastique et Fantasy, son œuvre la plus célèbre et la plus populaire reste le cycle des aventures de Fafhrd et du Souricier gris dans la ville de Lankhmar, publiées entre 1940 et 1990. Elles ont enchanté des générations de lecteurs et restent un classique absolu du genre.

Mon avis

Il était temps ! Je termine enfin avec ce septième volume le Cycle des Epées de Fritz Leiber commencé en novembre 2018 ! Oui, je n’ai pas été très assidu et j’ai laissé plusieurs mois entre chaque tome, ce qui explique la durée qu’il m’a fallut pour chroniquer l’ensemble. Mais foin de tout cela, que vaut ce fameux Crépuscule des Epées ?

Et bien, il ne vaut pas grand chose, reconnaissons-le et on pourrait également parler de crépuscule de Fritz Leiber ! Ce dernier tome comprend trois nouvelles écrites entre 1977 et 1983 et se termine par un petit roman de 1987. On y retrouve les deux héros, Fafhrd et le Souricier Gris, coulant des jours heureux sur l’Île du Givre, terrain de leurs précédentes aventures. On est bien loin des ruelles glauques de Lankhmar avec ici des aventuriers ayant chacun trouvé une compagne, occupés à construire des logements et lieux de vie appropriés sur une île assez désertique, et qui se sont intégrés à la population locale, grossie des équipages et des guerriers de leurs suites.

La première nouvelle, Magie de la mer, met en scène des créatures d’un temps oublié qui décident de reprendre leurs trésors stockés sur l’Île du Givre. Fafhrd (maintenant manchot) et le Souricier Gris (en voyage sur son bateau) sont séparés, chacun vaquant à ses occupations, mais pensant l’un à l’autre, sans bien sûr vouloir s’avouer qu’ils se manquent un peu. Fafhrd est au centre de ce récit anecdotique où il va déjouer le personnage surnaturel qui l’assaille, une femme fatale bien sûr.

La seconde nouvelle, Elle-de-Mer, met en avant le Souricier dans un rôle de capitaine de navire marchand. Et bien sûr une (très jeune) et jolie fille atterrit dans sa cabine et se met à lui jouer des tours. Un récit libidineux affligeant qui n’a aucun intérêt.

La dernière nouvelle, La Malédiction des Riens et des Etoiles renoue, enfin, avec un peu du génie littéraire de Leiber. Des forces occultes se liguent (encore) contre les deux compères. Les sorciers Sheelba et Ningauble aimeraient les voir revenir à Lankhmar, tandis que trois dieux oubliés voudraient se venger d’eux. Deux assassins sont donc envoyés sur l’Ile du Givre, et deviennent de plus en plus semblables à leurs cibles tandis qu’ils s’en approchent. Hélas pour eux, cela ne suffira pas puisque les deux compagnons sont maintenant bien entourés.

Enfin, ce tome se termine par un petit roman d’environ 200 pages, La Descente aux abîmes du Souricier. Assez inexplicablement, le petit héros s’enfonce lentement sous terre et sous les yeux d’un Fafhrd impuissant à le retenir. Tandis que le barbare creuse un trou afin de retrouver son ami, celui-ci va entamer un long voyage à travers le sol puis se diriger sous forme immatérielle en direction de lieux que les deux aventuriers ont visité lors de leurs aventures passées. L’occasion de faire un voyage d’adieu très… gênant. On sait que les femmes (plus ou moins fatales) sont souvent (bien trop) jeunes dans les récits de Leiber, ici on trouve des passages à tendances érotiques voire BDSM franchement déplacés et qui de plus n’apportent rien à l’intrigue (peut-être l’auteur s’est-il lâché et personne ne l’a-t-il bridé). A l’époque, cela passait peut-être, maintenant tout éditeur normalement constitué ferait une attaque cardiaque en lisant ce type de texte. Ajoutons-y aussi une progéniture aussi inutile qu’inattendue et arrêtons les frais ! Bref, un adieu bien triste et navrant à ces deux héros.

En résumé, je ne peux que déconseiller la lecture de ce dernier tome qui clôt de façon navrante les aventures de Fafhrd et du Souricier Gris, et comme je n’étais guère enthousiaste avec le tome précédent, je pense qu’on peut sans souci se limiter aux cinq premiers opus et préférer ainsi ne pas voir le Cycle sombrer !

D’autres avis

Nébal – …

Lire aussi :

Billet de lancement

Avis sur les différents tomes :

  1. Épées et démons
  2. Épées et Mort
  3. Épées et Brumes
  4. Épées et Sorciers
  5. Épées de Lankhmar
  6. La Magie des Glaces
  7. Le Crépuscule des Epées

5 commentaires sur “Le Crépuscule des Épées (Le Cycle des Épées, tome 7) – Fritz Leiber

Ajouter un commentaire

  1. Aïe! Comme je crois te l’avoir déjà dit, cette série me tente énormément. Je suis convaincue que c’est fait pour moi. Si je ne l’ai pas encore lue, c’est que je suis molle et qu’il y a trop de livres à lire. Mais il faudra que je garde à l’esprit que ça se termine en caca!

    Aimé par 1 personne

Laissez un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :