Le Livre des Martyrs, tome 3 : Les Souvenirs de la Glace – Steven Erikson

erikson-souvenirs-glace-martyrs-tome-3

En 2019, suite au démarrage de la publication des dix tomes du Livre des Martyrs de Steven Erikson, je me lançais dans l’aventure… pour caler au tome 2, sur une semi-déception. Mais vu que j’avais déjà acheté à sa sortie le tome 3, j’ai profité de cet été et du challenge que je me suis auto-proposé pour le lire enfin. Non sans avoir relu le tome 1 pour me remémorer les détails, vu que l’univers est très riche et les protagonistes nombreux, ce n’est rien de le dire.

Petite parenthèse : Il y a dans ces Souvenirs de la Glace des allusions à des événements se déroulant dans le tome 2 (Les Portes de la Maison des Morts) mais rien qui ne nécessite de le lire absolument. On peut donc considérer que le tome 1 (Les Jardins de la Lune) se poursuit directement dans le 3 (Les Souvenirs de la Glace) tandis que le tome 2 est suivi du 4 (La Maison des Chaînes).

Résumé

(source éditeur)

Le continent ravagé de Genabackis a donné naissance à un nouvel empire terrifiant : le Domin de Pannion. Telle une marée de sang corrompu, il dévore ceux qui refusent de se soumettre à la sainte parole de son tyran fanatique. Pour l’affronter, l’Ost de Dujek Unbras et les Brûleurs de Ponts de Mésangeai et de Ganoes Paran devront forger une alliance avec leurs vieux ennemis : les forces du seigneur de guerre Caladan Rumin, les Tistes Andii d’Anomander Rake et les Rhivis des plaines. Mais ce ne sont pas les seuls événements qui se trament. Les clans t’lan imass se sont également réveillés, répondant à l’appel de l’antique rassemblement qui scellera leur destinée. Dans l’ombre, une infection se propage, corrompant les garennes, souillant la chair de Brûle, la Déesse Endormie elle-même. A Morn, une déchirure écarlate porte la trace du Chaos, promesse d’une effroyable renaissance. Et partout l’on raconte que le Dieu Estropié, désormais libéré de ses chaînes, chercherait à assouvir son impitoyable vengeance… Marquant le retour de bon nombre de personnages des Jardins de la Lune, Les Souvenirs de la Glace se pose comme un chapitre capital au sein de l’éblouissant cycle de fantasy épique de Steven Erikson.

Éditeur : Editions Leha – Traduction : Nicolas Merrien – Date de parution : avril 2019 – 1152 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Archéologue et anthropologue de formation, féru d’histoire, Steven Erikson s’est inspiré de ces univers et des grands récits de la mythologie l’instar de l’Iliade pour sa série Malazan Book of the Fallen. Son œuvre, empreinte de grandes épopées et de mystères (nul ne peut prédire l’évolution de ses romans), est loin des clichés collant parfois à la fantasy. Il dépeint des personnages aux multiples facettes, alternant les bons comme les mauvais côtés, à l’image de l’être humain. Son œuvre, multi-primée, est considérée par beaucoup comme une des toutes meilleures sagas d’epic fantasy jamais écrites. Né le 7 octobre 1959 à Toronto, au Canada, il a grandi à Winnipeg puis alterné son lieu de résidence entre son pays de naissance et l’Angleterre dont sa femme est originaire.

Mon avis

La première chose qui frappe en prenant en main Les Souvenirs de la Glace est qu’il s’agit d’un beau bestiau ! 1152 pages en grand format, autant dire que le premier tome et ses quelques 650 pages ont l’air d’un gringalet à côté ! Au moins, on se muscle les bras, même si un bundle avec l’ebook serait sympa pour ceux qui ont une liseuse…

Allez, retour sur le continent de Genebackis où, après la conquête de Pale et surtout Darujhistan, le Haut poing Unbras a été déclaré hors-la-loi par l’Impératrice. Avec ses troupes, dont le charismatique Méseangeai et les Brûleurs de Ponts, il va alors s’allier… à ses ennemis ! Excusez du peu mais il y a là Elric Anomander Rake, ses Tiste Andii et leur cité volante, Kallor l’ancien souverain qui annihila son propre empire, Rumin, un Ascendant possédant un marteau qui peut déclencher des séismes et créer des chaînes montagneuses (si, si…), le capitaine Ganoes Paran avec du sang de Molosse du dieu de la Mort dans les veines, Renarde Argentée qui est la réincarnation de trois magiciens… et Kruppe le petit gros amateur de pâtisseries (et bien plus que cela, comme on le sait déjà) ! Ajoutons-y un capitaine de caravane qui escorte deux nécromanciens et va se révéler possédé par un Dieu, une Tiste Andii qui se transforme en dragon, une demi-déesse fantasque escortée de guerriers surpuissants (dont un squelette ambulant) et d’animaux géants…

On le voit, le nombre de personnages est (très) important (il y a bien un dramatis personae de 4 pages mais il est plus que laconique), mais surtout ils sont tous très bien écrits et leurs interactions sont réussies, dans un camp très hétéroclite. Il faudra bien ça pour arrêter l’Oracle de Pannion, venu du sud et qui déferle avec ses troupes sur la région. Des troupes forcément hors normes avec soldats d’élite, morts-vivants aux bras constitués de lames aiguisées et dizaines de milliers de guerriers cannibales ! Comme je l’ai déjà dit, Erikson pousse le potard à 11 et on se retrouve dans ce tome avec des scènes dantesques, au sens infernal du terme, notamment lorsque la ville de Capustan, défendue par un ordre de mercenaire-paladins, se trouve assiégée par les hordes du mal. Tombereaux de morts, hectolitres d’hémoglobine, scènes éprouvantes à déconseiller aux lecteurs les plus sensibles (qui logiquement n’auront de toutes façons pas fini le premier tome)… Steven Erikson n’y va pas à moitié et déroule la logique de ses protagonistes de façon magistrale, enfin, façon de parler ! Quant à la scène finale dans la cité de Corail, arf, que dire ? (rien, d’ailleurs, car je ne spoilerai pas !)

Et ce n’est que la partie visible de l’iceberg (si j’ose dire vu le titre du bouquin), puisqu’en toile de fond il y a le Dieu Estropié, qui s’en prend à Brûle, l’incarnation de la Terre elle-même, et manipule tout ce petit monde, corrompant les Garennes (les passages ou lieux inter-dimensionnels), rendant la tâche des lanceurs de sorts, magiciens ou prêtres, comme Ben le Vif, bien plus délicate. Ah oui, et on en apprend plus sur le jeu des cartes qui gouverne les Maisons, les Dieux et leurs Ascendants… Stop, j’arrête là tant l’univers est copieux – et complexe.

Par contre, peut-être est-ce parce que j’ai relu le premier tome juste avant, mais j’ai trouvé que malgré la multitude de personnages et d’histoires entremêlées, dont certaines remontent à des centaines de milliers d’années (si, si), ce tome restait lisible et surtout compréhensible. Alors, certes, il faudra parfois faire des retours en arrière, relire des paragraphes ou des bouts de chapitres, mais l’articulation de l’ensemble se fait dans l’esprit du lecteur, toujours sollicité par l’action, les personnages, les lieux… Et le ton employé utilise souvent l’humour, parfois discret dans les dialogues ou situations, parfois franchement cocasse (Kruppe !) sans doute afin d’alléger un peu l’ambiance qui est plus que pesante face aux exactions du Domin de Pannion. Une aventure hautement épique qui transcende la dark fantasy, il est clair que Les Souvenirs de la Glace m’a réconcilié avec Steven Erikson après mon sentiment mitigé quant aux deus ex machina du tome 2. Un volume qu’il faudra d’ailleurs que je relise avant de passer à la suite, La Maison des Chaînes (qui ne fait que 900 pages !).

Côté édition, bravo à Leha pour un gros bouquin qui reste solide, la traduction de Nicolas Merrien est fluide (seuls les « Ouaip » des personnages sont parfois agaçants) et Marc Simonetti continue avec une couverture très réussie, que demander de plus ? Le pari est quasiment transformé pour l’éditeur puisque le tome 8 sort bientôt et que les deux autres sont programmés.

Le Livre des Martyrs de Steven Erikson

D’autres avis

L’Imaginaerum de SymphonieLes chroniques du chroniqueurLa Taverne d’Onos – …

17 commentaires sur “Le Livre des Martyrs, tome 3 : Les Souvenirs de la Glace – Steven Erikson

Ajouter un commentaire

  1. Contente que tu aies aimé le 3, je crois que c’est l’un des tomes préférés les plus cités 😀 et en effet, le 1 est un peu compliqué à lire car il manque de fluidité, mais le reste du cycle est bien plus maîtrisé à ce niveau là. De mon côté, j’attends le 8e avec impatience 😀

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai qu’après avoir lu 2 fois le premier (même à 2 ans d’intervalle), ça aide pour le 3 car on est quand même aguerri à ce stade-là^^. Je vais passer au 2 et au 4 d’ici la fin de l’année puis essayer de rattraper le cycle juste pour la fin de celui-ci, j’ai vu que toi, tu étais à jour !

      Aimé par 1 personne

  2. Tu as relu le tome 1 ? ! Chapeau ! Il m’avait impressionné mais laissé un sentiment tout de même mitigé (j’ai trouvé ça très fouillis) mais j’ai bien aimé le 2. Le 3 est dans ma PAL, il faut que je m’y mette et ta chronique m’y encourage !

    Aimé par 1 personne

Laissez un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :