Star Wars : L’Escadron Alphabet – Alexander Freed

star wars escadron alphabet

Alors que le tome 2 vient de sortir chez Pocket, il était temps de lire le premier et de s’envoler vers les étoiles au sein de l’Escadron Alphabet !

Résumé

(source éditeur)

Alors qu’une guerre brutale est sur le point de s’achever, un escadron hétéroclite de Rebelles passe du statut de proie à celui de chasseur…

L’Empereur est mort. Son arme ultime a été détruite. La Flotte Impériale est en déroute. Au milieu du chaos, Yrica Quell déserte l’Empire comme des milliers d’autres. Alors qu’elle vit dans un camp de renégats tenu par la Nouvelle République, l’ancienne pilote de TIE commence à perdre tout espoir de rédemption… jusqu’au jour où elle est sélectionnée pour rejoindre l’Escadron Alphabet.
Formant un assortiment éclectique de pilotes de chasseurs stellaires, les cinq membres de l’Escadron Alphabet reçoivent leurs ordres de la Générale Hera Syndulla. Comme Yrica, tous sont des pilotes d’exception cherchant leur place dans une galaxie en plein bouleversement. Leur mission : traquer et détruire la mystérieuse  » Escadre de l’Ombre « , un groupe de chasseurs TIE exerçant une vengeance sanglante et impitoyable au crépuscule de leur règne.

Editeur : Pocket Imaginaire – Traduction : Thierry Arson – Date de parution : 27/02/2020 – 608 pages

L’Auteur

(d’après Wikipédia)

Alexander Freed, né aux États-Unis, est un romancier, nouvelliste, scénariste de comics et concepteur de jeu vidéo américain, spécialisé en science-fiction. On lui doit la novelisation de Rogue One, un livre inspiré du jeu Battlefront et il a travaillé sur des jeux vidéos comme Star Wars : The Old Republic et Battlefront II, ou Mass Effect Andromeda.

Mon avis

L’Empereur est mort, vive l’Empereur, que se passe-t-il ensuite ? C’est ce que nous allons découvrir dans ce roman se situant après l’Episode VI : le Retour du Jedi. L’Alliance Rebelle a vaincu et commence à passer d’un groupe de soldats résistants à une république galactique digne de ce nom. Mais il faut gérer les forces impériales loyalistes, qui forment maintenant de fait… la rébellion ! Des dizaines de gradés, des milliers de soldats et plusieurs flottes spatiales conséquentes refusent de se rendent, voire pire, se livrent à des exactions qui ressemblent furieusement à de la vengeance.

Pour les anciens soldats impériaux qui se sont rendus, le chemin de la rédemption est bien long, entre suspicion et brimades quant à leur passé. Leurs anciens ennemis ne leur font pas confiance, et d’autant moins que les loyalistes à l’Empereur tardent à déposer les armes. Dans ce vivier, la pilote de chasseur Tie Yrica Quell peine à trouver sa voie et le lecteur se demande d’ailleurs si elle est réellement sincère quant à sa volonté d’intégrer la nouvelle République, ou si elle agit juste par opportunisme. Le fait de rejoindre un petit groupe déterminé à détruire l' »Escadre de l’Ombre », une flotte impériale à la sinistre réputation, sera l’occasion de tester sa motivation. Mais il faudra d’abord gagner la confiance et le respect de ses co-équipiers, au passé tout aussi douteux que le sien. Ce n’est pas une mince affaire, et on aura droit à de nombreuses prises de becs et autres conflits pour que les membres du groupe apprennent à se connaître et, le plus souvent, à s’apprécier à minima. Surtout quand leur survie en dépend, les combats spatiaux étant ici particulièrement fréquents.

Qu’il est bon de lire, enfin, un roman « adulte » dans l’univers de Star Wars ! Trop souvent à mon goût, l’univers est mal exploité, les personnages caricaturaux et les intrigues simplistes (et réciproquement). Ici, on est dans une ambiance qui rappelle l’après Seconde Guerre Mondiale par exemple, avec des soldats repentis (enfin, plus ou moins puisqu’ils monnayent parfois leur amnistie) qui traquent leurs anciens « camarades », avec plus ou moins de scrupules. Il y a peu d’aliens et ils sont surtout anthropomorphes, ce qui participe à l’orientation du récit. Et le roman comprend une belle allusion à Rogue One, ce qui n’est pas un hasard (d’autant que l’auteur en a signé la novélisation),. On notera aussi la présence de la twi’lek Hera Syndulla (de la série Star Wars Rebels) devenue ensuite Générale et qui a une place de choix dans ce roman. Alexander Freed écrit bien et le récit est rythmé, je n’ai pas trouvé le temps long malgré les 600+ pages du poche, et il insère un peu d’humour dans son roman. Par exemple, en reconvertissant en psychologue-évaluateur un ancien droïde impérial de… torture (!) ou avec un petit astronavigateur au caractère bien trempé (sacré série R2).

Récit de guerre, donc, et si les héros habituels de la (seconde) Trilogie sont cités (Skywalker, Solo, Organa), ils sont aussi absents que les Jedi et la Force qui sont de toutes façons bien loin des préoccupations de ceux qui essaient de nettoyer la galaxie des scories de l’Empire – même si une jolie scène émeut l’escouade et lui fait toucher un ordre supérieur. L’Escadron Alphabet, ainsi nommé car comprenant des vaisseaux ayant des noms de lettes (A-wing, B-wing etc… et bien sûr X-wing), comprend des personnages troubles et attachants qui décident de faire fi de leur passé, chacun pour ses propres raisons, et de se tourner contre un escadron nostalgique de l’ancien ordre établi, et parfois, à la limite, pathétique dans sa recherche d’un leader et d’une autorité disparus. Comme il s’agit d’une trilogie, un personnage secondaire, dont on se demande ce qu’il fait là, dans des chapitres dissociés du reste du récit, monte en puissance jusqu’à se révéler en fin de tome, juste quand il faut pour arriver au premier plan à l’orée du tome 2 ! L’Escadron, enfin uni derrière sa cheffe, sera-t-il de taille pour affronter un ennemi qui se rebiffe et ne veut pas sombrer dans le néant ? Réponse bientôt puisque je vais commencer la suite.

D’autres avis

L’Imaginarium Electrique – …

7 commentaires sur “Star Wars : L’Escadron Alphabet – Alexander Freed

Ajouter un commentaire

  1. C’est super intéressant. Je trouvais en effet l’intrigue accrocheuse, puis j’ai lu que tu disais que c’était un roman adulte. L’univers Star Wars est vraiment génial, on peut y écrire à l’infini. (Dit celle qui n’a rien lu sur ledit univers.)

    Aimé par 1 personne

Laissez un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :