Star Wars : Où l’ombre s’abat (L’Escadron Alphabet 2) – Alexander Freed

Star Wars : Où l'ombre s'abat (L'Escadron Alphabet 2)

Après un premier tome réussi, j’avais hâte de retrouver l’Escadron Alphabet et j’ai donc enchaîné avec le tome 2 paru il y a quelques mois.

Résumé

(source éditeur)

Dans ce deuxième opus de la trilogie, l’Escadron Alphabet poursuit sa traque des chasseurs TIE de l’Escadre de l’Ombre.

L’escadron hétéroclite d’Yrica Quell ne désespère pas de mettre un terme aux exactions de l’Escadre de l’Ombre, mais tous leurs efforts semblent vains et une forme de tension commence à monter entre eux. Déterminée à achever le combat une fois pour toutes, Quell s’allie à Caern Adan, agent controversé du Renseignement de la Nouvelle République, et à la légendaire Générale Hera Syndulla, afin de préparer la mission la plus risquée de sa carrière : piéger l’Escadre de l’Ombre et mettre définitivement fin à la traque.
Mais dans l’ombre, l’ennemi a évolué. Soran Keize, dernier des as impériaux et ancien mentor d’Yrica Quell, a pris la tête de l’Escadre de l’Ombre, revigorant le groupe défaillant au moment où il en avait le plus besoin.

Editeur : Pocket – Traduction : Thierry Arson – Date de parution : 12/08/2021 – 576 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Alexander Freed, né aux États-Unis, est un romancier, nouvelliste, scénariste de comics et concepteur de jeu vidéo américain, spécialisé en science-fiction. On lui doit la novelisation de Rogue One, un livre inspiré du jeu Battlefront et il a travaillé sur des jeux vidéos comme Star Wars : The Old Republic et Battlefront II, ou Mass Effect Andromeda.

Mon avis

Attention spoilers pour ceux qui n’ont pas lu le premier volume!

Alors que le premier tome mettait sur pied un escadron hétéroclite de pilotes au passé trouble, qui avaient renié l’ancien Empire Galactique de Palpatine pour se mettre à la disposition de l’Alliance Rebelle, enfin, de la Nouvelle République, ce second tome fait le chemin inverse. Et c’est bien dommage, car l’éclatement des personnages sur différents fronts disperse le récit, qui s’intéresse également au Major Keize, lequel a maintenant repris du service dans les décombres de son ancienne armée. Découpé en deux grandes parties, ce tome met en scène la reprise d’une ancienne planète impériale par la République, qui tend ensuite un piège à l’Escadre de l’Ombre. Et bien sûr, rien ne vas se passer comme prévu puisqu’on va passer dans la seconde moitié à un récit de guérilla urbaine et planétaire plutôt qu’à des combats spatiaux.

Yrina Quell, finalement assez rapidement éjectée de la tête de l’Escadron, se retrouve bloquée avec un Caern Adan blessé et son droïde de torture (avec plusieurs artifices de narration pour l’amener en fin de récit à un choix crucial). Nath et Wyl restent ensemble et constituent le cœur d’une nouvelle équipe, un peu contre leurs volontés d’ailleurs. L’énigmatique Kairos est assez absente car lourdement blessée tandis que la rebelle Chass se joint à une secte après avoir survécu de justesse à un combat à bord de son B-wing. Et l’on en apprend plus sur Keize, de retour en grâce (un peu trop facilement à mon goût, mais en même temps l’opposition est faible) dans ce qui reste des forces impériales. Et puis, heureusement, la sympathique mais un peu trop envahissante Hera Syndulla est un peu en retrait de ce volume, même si son retour à sa toute fin sonne un peu trop comme une charge de cavalerie !

Que dire, sinon qu’après un premier tome que j’avais jugé excellent, celui-ci est un peu une douche froide ? L’univers est toujours aussi intéressant avec des poches de résistance de l’Empire, en déroute mais se cherchant toujours un chef et un but (la présence d’un Messager énigmatique est toujours aussi saisissante et troublante). La Nouvelle République se cherche, elle aussi, et le contraste entre son fonctionnement et son organisation par rapport à l’ancien Empire est bien rendu. Mais le sel de l’histoire est, ou était, également les interactions entre les personnages de l’Escadron Alphabet, chacun ayant un secret ou un traumatisme qui le hantait. Et ici, ces échanges sont hélas réduits au minimum, ou presque, par les aventures qu’ils vivent séparément (et qui sont hélas globalement peu trépidantes dans ce tome, je me suis surpris à sauter des pages ici ou là face à des longueurs).

La fin rebat une fois de plus les cartes mais laisse entrevoir que l’Escadron Alphabet ne sera plus le même, j’attends quand même le tome 3 (en 2022 ?) pour avoir le fin mot de l’histoire.

D’autres avis

L’Imaginarium Electrique – …

5 commentaires sur “Star Wars : Où l’ombre s’abat (L’Escadron Alphabet 2) – Alexander Freed

Ajouter un commentaire

Laissez un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :