Archives pour la catégorie Léourier – Christian

Bifrost 84 : Robert E. Howard

Bifrost n° 84 Spécial Robert E. HowardLe dernier numéro de la revue Bifrost s’intéresse à l’un des principaux fondateurs de la fantasy, Robert E. Howard, le créateur de Conan, Kull, Solomon Kane et pas mal d’autres.

Lire la suite Bifrost 84 : Robert E. Howard

Publicités

Le Cycle de Lanmeur, intégrale, tome 4 : Aux origines du Rassemblement – Christian Léourier

Lanmeur tome 4 Christian Léourier

Après avoir lu les trois intégrales du cycle de Lanmeur, je m’étais précipité dès sa sortie sur le tome 4 contenant des récits inédits de Christian Léourier. Et c’est par contre avec beaucoup de retard que je publie ma chronique…

Lire la suite Le Cycle de Lanmeur, intégrale, tome 4 : Aux origines du Rassemblement – Christian Léourier

La Terre de Promesse – Christian Léourier

cycle_lanmeur_tome_3_christian_leourier

Présentation

Deuxième et dernier roman du troisième tome de l’Intégrale de Lanmeur, La Terre de Promesse marque également la clôture (temporaire ?) du cycle. C’est donc à la fois peiné et plein d’espoir (que C. Léourier nous donne plus de détails sur un bien mystérieux vaisseau…) que j’ai entamé cette lecture !

Lire la suite La Terre de Promesse – Christian Léourier

Les Masques du Réel – Christian Léourier

cycle_lanmeur_tome_3_christian_leourier

Présentation

Les Masques du Réel est le premier récit du troisième tome de l’Intégrale de Lanmeur (nommée fort justement Les Rêveurs de l’Irgendwo), avec une toujours aussi belle couverture du talentueux Eric Scala.

Le cycle a reçu le Prix Spécial du Grand Prix de l’Imaginaire remis lors du festival Étonnants Voyageurs à Saint-Malo, je l’avais souscrit/précommandé ce qui m’a permis de bénéficier d’une dédicace de Christian Léourier !

Lire la suite Les Masques du Réel – Christian Léourier

Le Secret – Christian Léourier

le-cycle-de-lanmeur-tome-2-les-enfants-du-lethe-christian-leourier

Pour clôturer le second volume de l’Intégrale de Lanmeur, voici une nouvelle inédite du cycle de Christian Léourier.

Un récit avec pour héros un grand-père et sa petite fille, née métisse entre une indigène et un lanmeurien. Un moment passé entre eux et raconté sur un ton délicat, et qui intègre des traditions – voire superstitions – du monde colonisé, et des éléments de modernité liés à Lanmeur. Mais c’est surtout une formidable leçon d’amour et de tolérance envers celui qui est différent. Le tout avec une pointe d’humour bienveillant.

Christian Léourier prouve, une fois de plus (s’il en était besoin), qu’il est capable de construire une histoire très profonde et touchante en quelques pages, dans son style inimitable.

A lire aussi l’avis de : Lune

Une lecture participant au Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »

La Loi du Monde – Christian Léourier

le-cycle-de-lanmeur-tome-2-les-enfants-du-lethe-christian-leourier

Présentation

Second et dernier roman de la seconde intégrale du Cycle de Lanmeur (qui comprend aussi une nouvelle inédite), la Loi du Monde nous raconte l’histoire d’un enfant recueilli par les hommes de Lanmeur. Devenu adulte, il cherchera son « vrai » nom…

Précédemment paru chez « J’ai Lu ».

la_loi_du_monde_christian_leourier

Résumé (source éditeur)

On l’appelle Skiath… Mais lui, déchiré, sait bien qu’il ne s’agit que d’un nom d’emprunt. Sur Ti-Grid, ce monde rugueux qui ignore tout de la guerre, c’est le nom d’un homme qui lui dicte sa loi. Et c’est cette loi qui conduit sa vie. Sur les hauts plateaux éternellement battus par les vents, hanté par le souvenir d’Enwin, son amour perdu, Skiath erre à la recherche de son nom véritable. Quête douloureuse : recueilli et initié par les étrangers raffinés de Lanmeur, la planète mère du Rassemblement, ignoré par les siens pour avoir transgressé l’interdit du lagad, l’épice rituelle, il fait figure de proscrit. Et peut-être même de menace : à mesure que Skiath le solitaire, partagé entre deux cultures, progresse vers son but, se profile sur Ti-Grid tout entière un rêve de violence, dominé par le fracas des armes…

L’auteur (d’après Wikipedia)

Né à Paris en 1948, Christian Léourier a fait des études de philosophie et exerce la profession d’analyste. Passionné de S-F, il a publié plusieurs romans parmi lesquels L’astéroïde noirLes montagnes du soleil… C’est l’un des plus prometteurs écrivains français de S-F.

Mon avis

Privé de son nom, un homme peut-il exister ? C’est le thème principal de cette histoire, située sur la planète Ti-Grid. Une quête d’identité qui poussera Skiath, homme élevé au milieu du confort des colons lanmeuriens, à aller affronter la nature hostile de sa planète, à la recherche de ses origines.

Encore une fois, le goût de Christian Léourier pour la nature et les grands espaces transparaît dans cette quête difficile et douloureuse, très chargée émotionnellement. Chacun doit trouver sa voie et ressentir la force de son nom, mais celui-ci prédestine-t-il le caractère – ou le destin ? Qu’en est-il de son propre libre-arbitre ?

Des questions essentielles, voire existentielles, évoquées à travers le puzzle du Cycle de Lanmeur.

Au risque de me répéter (mais pourquoi se priver ?), c’est brillant et injustement méconnu. Heureusement, cette ré-édition est là !

A lire aussi l’avis de : Lune

Les Racines de l’Oubli – Christian Léourier

le-cycle-de-lanmeur-tome-2-les-enfants-du-lethe-christian-leourier

Présentation

Premier roman à ouvrir le tome II  de l’Intégrale du Cycle de Lanmeur, baptisée « les Enfants du Léthé », voici donc les Racines de l’Oubli, roman qui porte bien son nom… Et une belle illustration par Eric Scala, à comparer (ou pas) avec sa petite couverture kitchounette d’origine qui n’avait rien à voir avec le récit…

les_racines_de_l_oubli_christian_leourier

Résumé (source éditeur)

Sur la planète-bagne de Borgoet, d’étranges forçats au cerveau lavé de toute mémoire, puis placés sous la férule de cruels gardiens, luttent au péril de leur vie contre l’inexorable avancée de la forêt. Parmi eux, Garth, condamné autrefois comme ses compagnons aux travaux forcés à perpétuité; et pour un crime dont il ignore tout.

Chez les bagnards du Camp 23, asservis par la drogue du léthé et la promesse d’un congé à la maison publique des Collines Pourpres, la révolte couve… Entraînés par Garth et le mystérieux Iwerno, les Frères de la Mémoire ne tarderont pas à reconquérir dans le sang leur liberté perdue mais découvriront alors la véritable raison de leur exil forcé de la planète mère de Lanmeur. Que deviendront les anciens forçats, les pensionnaires de la maison des femmes ? Et quel est finalement le secret des cités de Borgoet ?

L’auteur (d’après Wikipedia)

Né à Paris en 1948, Christian Léourier a fait des études de philosophie et exerce la profession d’analyste. Passionné de S-F, il a publié plusieurs romans parmi lesquels L’astéroïde noirLes montagnes du soleil… C’est l’un des plus prometteurs écrivains français de S-F.

Mon avis

Ce qui frappe, au début de la lecture de ce roman, c’est l’atmosphère oppressante de la jungle dans laquelle les prisonniers doivent progresser, coûte que coûte. Des prisonniers qui sont en fait des bagnards, condamnés à lutter contre une forêt emplie de pièges et parfois contre leurs compagnons d’infortune ! Christian Léourier nous décrit leur triste sort d’un ton parfois cynique et désabusé quant au sort de ceux qui périssent. Et les prisonniers doivent en plus mériter leur dose quotidienne de drogue, le léthé (qui a déjà été évoqué sur une autre planète), et qui les prive fort opportunément des souvenirs douloureux de leur passé.

Lanmeur, la planète-mère, pourtant lointaine avec la visite d’un vaisseau tous les 15 ans, apparaît ici sous un angle bien différent de celui du Rassemblement. Pas d’humanité, encore moins d’humanisme sur cette planète-prison où les hommes finiront par se rebeller. Mais que faire ensuite ? Quelle société recréer ? Des thèmes que Léourier a réussi à traiter avec brio dans ce récit, tout comme l’autorité et la justice, et qui susciteront la réflexion.

Encore une fois, une très belle réussite !

A lire aussi l’avis de : Lune – Jae_LouPhookaMarieJuliet

Mille Fois Mille Fleuves – Christian Léourier

cycle-de-lanmeur-tome-1-ti-harnog-christian-leourier

Présentation

Dernier roman du premier volume de la très belle Intégrale du Cycle de Lanmeur de Christian Léourier, Mille Fois Mille Fleuves porte un nom cryptique qui s’expliquera bien sûr à sa lecture. Et quelle lecture ! Pour mémoire, la couverture de l’édition J’ai Lu

mille_fois_mille_fleuves-christian-leourier
Résumé (source éditeur)

« Mille fois mille fleuves ont balayé la Terre, avant de se perdre en un seul océan… »

Choisie entre toutes par les Gardiens des Eaux pour être la nouvelle épouse du fleuve, Ynis doit quitter son village, s’initier aux mystères de la Cité Secrète, et apporter son tribut à la Réincarnation du Vieux Saumon. Fascinée par les hommes oiseaux, dont on dit qu’ils sont un jour tombés du ciel, elle succombe au charme de Stern, qui prétend, lui, venir d’une planète lointaine. Mais la faute est si grave que les amants doivent fuir, tandis que le fleuve se venge de son épouse infidèle.

Commence alors pour Ynis et l’homme oiseau une aventure qui les emmènera dans le monde inconnu des montagnes, une aventure et un amour qui dureront toute leur vie…

L’auteur (d’après Wikipedia)

Né à Paris en 1948, Christian Léourier a fait des études de philosophie et exerce la profession d’analyste. Passionné de S-F, il a publié plusieurs romans parmi lesquels L’astéroïde noirLes montagnes du soleil… C’est l’un des plus prometteurs écrivains français de S-F.

Mon avis

Dans ses romans du Cycle de Lanmeur, Christian Léourier explore différents thèmes. Et celui de Mille Fois Mille Fleuves est l’amour. Mais bien sûr traité d’une façon inhabituelle. Car l’héroïne, Ynis, jeune femme issue d’un petit village situé au bord du fleuve Finnllion, deviendra l’épouse du fleuve lui-même ! Un honneur, sur une planète où l’eau, source de vie, est le symbole même de la société. Et cet honneur la conduira auprès du dieu vivant de la planète, le Vieux Saumon, doté de pouvoirs extraordinaires. C’est dans son entourage qu’elle connaîtra un émissaire de Lanmeur, avec qui elle vivra une passion dévorante.

Les lanmeuriens, présents en arrière-fond, qui viennent au nom du Rassemblement, ou bien plutôt commercer avec la planète voire exploiter ses ressources et lui prélever un tribut ? Surnommés les hommes – oiseaux, c’est l’un d’eux qui s’enfuira avec Ynis, sur le thème de l’amour qui bouleverse tout, et provoque un changement de vie radical, symbolisés par la destruction du village ou le changement de lieu de vie, du fleuve à la montagne.

Un récit puissant et délicat, très bien écrit et captivant, qui aborde un thème universel au travers d’une société atypique.

Une histoire qui clôt brillamment ce premier volume de l’Intégrale et m’a fort logiquement donné envie de lire la suite (à découvrir par ici).

A noter en fin de volume des poèmes, omis des éditions J’Ai Lu pour cause de pagination, une longue interview de Christian Léourier (qui fait écho à celle de la revue Bifrost numéro 65) et une bibliographie complète de cet auteur qui mérite d’être (re)découvert !

A lire aussi les avis de :

L’Homme qui tua l’Hiver – Christian Léourier

cycle-de-lanmeur-tome-1-ti-harnog-christian-leourier

Présentation

Après un début de cycle, Ti-Harnog, qui m’avait un peu déçu, retour dans l’univers de Lanmeur avec L’Homme qui tua l’Hiver, titre on ne peut plus énigmatique du second roman à lire dans le premier tome de l’Intégrale chez Ad Astra ! Et ci-dessous l’ancienne édition J’Ai Lu avec sa couverture kitschissime !

l-homme-qui-tua-l-hiver-christian-leourier

Résumé (source éditeur)

La lointaine planète Nédim et son fabuleux site archéologique de Gogleth… Depuis l’enfance, Akrèn rêve de les découvrir. Elle touche au but. Du moins le croit-elle…
Son vaisseau s’est en fait, posé à Loed, la capitale. Si l’on peut dire ! Une ville en ruine, des colons qui se drogue pour oublier un implacable hiver long de plusieurs décennies, des indigènes hostiles. Et Gogleth ? L’ancienne cité est à 3000 km et désormais enfouie sous les glaces.
Arkèn ne renonce pas et, étrangement, c’est un indigène, Ennian, qui lui propose d’être son guide. Bientôt leur caravane s’enfonce dans la tourmente de la steppe…
Atteindront-ils jamais Gogleth et ses trésors ? Quel est le vrai dessein du mystérieux Ennian ?

L’auteur (d’après Wikipedia)

Né à Paris en 1948, Christian Léourier a fait des études de philosophie et exerce la profession d’analyste. Passionné de S-F, il a publié plusieurs romans parmi lesquels L’astéroïde noirLes montagnes du soleil… C’est l’un des plus prometteurs écrivains français de S-F.

Mon avis

Cette fois, l’histoire se passe sur la planète Nédim. Un peu plus de détail est donné sur Lanmeur et ses émissaires, qui parcourent les mondes habités pour y étudier les civilisations en place et leur proposer un « Rassemblement », sorte de communion de tous les peuples. Et accessoirement mettre la main sur les richesses de la planète visitée ! En l’occurrence  le protectorat mis en place par Lanmeur tombe en déliquescence, les colons ne se sont jamais vraiment adaptés, les bâtiments sont en ruine, et une drogue, le léthé, est le seul moyen de supporter l’ambiance très sombre de cette planète.

L’histoire est axée à la fois sur une scientifique qui débarque sur la planète Nédim, et sur un nomade autochtone qui se dit investit d’une mission sacrée. Deux personnages que tout oppose, histoire personnelle, coutumes ou encore façon de voir les choses, et qui vont devoir difficilement coopérer.

Une longue quête, vers une mystérieuse cité antique, prise dans les glaces où archéologie, légendes et mythologie vont se rejoindre. Avec une fin volontairement équivoque, que j’ai trouvé réussie justement par cette volonté de ne pas forcément expliquer ce qui s’est passé. Une dose de mysticisme qui pourra frustrer ou ravir, et justifier (ou pas) le titre du roman. Faire réfléchir, aussi, au cycle de la nature, à son éternel recommencement, au retour du printemps après l’hiver, à la place de l’homme dans ce cycle… Personnellement, j’ai beaucoup aimé et je classerai L’Homme qui tua l’Hiver comme mon histoire préférée de ce premier tome de l’Intégrale !

Retrouvez les avis des blogueurs :

Ti-Harnog – Christian Léourier

cycle-de-lanmeur-tome-1-ti-harnog-christian-leourier

Présentation

Premier récit du cycle de Lanmeur, Ti-Harnog ouvre le tome I de l’Intégrale parue chez les éditions Ad Astra. Une très belle édition, avec une superbe couverture d’Eric Scala dont le sens apparaîtra dans ce roman. Et ci-dessous l’édition J’Ai Lu.

ti-harnog-christian-leourier

Résumé (source éditeur)

La planète Lanmeur avait choisi Twern comme « contacteur », l’envoyant à travers les étoiles, suspendu entre vie et mort, l’inconscient irrigué par des répétiteurs électroniques… et par suite d’un incident spatial, Twern s’est retrouvé sur Ti-Harnog, une terre inconnue.

Des paysans recueillent cet être étrange venu d’ailleurs, si différent d’eux par l’apparence et l’esprit. Ti-Harnog est un monde rural, encore primitif, rigidement divisé en castes. On créera donc pour lui seul la caste du Visiteur… Commence alors pour Twern une longue errance où l’informaticien d’élite découvrira l’amour, la douleur, le pouvoir des légendes religieuses… Mais qu’en pensent ceux de Lanmeur à qui rien n’échappe ?

L’auteur (d’après Wikipedia)

Né à Paris en 1948, Christian Léourier a fait des études de philosophie et exerce la profession d’analyste. Passionné de S-F, il a publié plusieurs romans parmi lesquels L’astéroïde noirLes montagnes du soleil… C’est l’un des plus prometteurs écrivains français de S-F.

Mon avis

Ti-Harnog est donc l’entrée dans le cycle de Lanmeur. Un « contacteur » est chargé par la mystérieuse planète Lanmeur d’aller évaluer les habitants de la planète Ti-Harnog, afin de savoir quelles relations sont possibles entre elles. Mais l’arrivée de cet étranger, » si semblable, très différent », va réveiller des légendes ancestrales et perturber la société – constituée de castes très rigides – en place.

S’il comprend de nombreuses choses intéressantes, j’ai trouvé le récit parfois un peu brouillon. Certains passages sont traités un peu trop rapidement, comme la perte de l’émetteur de Twern (ce qui n’a pas l’air de vraiment le perturber), le rôle réel du Contacteur (qui semble balloté au gré des évènements et refuser mollement son rôle de prophète) et le fait que l’on n’a peu d’informations sur Lanmeur. De même, certains passages auraient pu être approfondis, lors des longs voyages pendant lesquels les personnages principaux n’ont pas l’air de vraiment interagir.
Reste une approche très intéressante des moeurs de la planète, empreinte d’humanité voire d’humanisme, et des trouvailles plutôt inattendues, comme le murketo des femmes !

Une entrée en matière qui m’a légèrement déçu, mais qui a été largement compensée par les récits suivants !

A noter aussi en fin d’intégrale des poèmes et chansons qui n’avaient pas pu trouver de place dans l’édition J’Ai Lu.

A lire aussi les avis de :