Archives pour la catégorie Zelazny – Roger

24 vues du Mont Fuji, par Hokusai – Roger Zelazny

24-vues-mont-fuji-hokusai-roger-zelazny

Curieux titre que celui choisi par Roger Zelazny pour cette novella, dont la couverture d’Aurélien Police attire forcément l’oeil.

Lire la suite 24 vues du Mont Fuji, par Hokusai – Roger Zelazny

Publicités

L’Ile des Morts (Intégrale) – Roger Zelazny

ile-des-morts-roger-zelazny

Mon premier contact avec  Roger Zelazny ne s’est pas très bien passé, avec le premier tome des Neuf Princes d’Ambre, qui ne m’a pas laissé de souvenir impérissable (oui, haïssez-moi !), je m’inquiétais un peu de le relire dans des récits des années 60-70.

Lire la suite L’Ile des Morts (Intégrale) – Roger Zelazny

Les Neuf Princes d’Ambre – Roger Zelazny

zelazny_neuf_princes_ambre_tome_1Présentation

Considéré comme un grand classique de la fantasy, je n’avais pourtant jamais lu le cycle des Princes d’Ambre. J’avais donc le premier tome dans ma PAL et je l’en ai sorti il y a peu de temps. Hélas…

Résumé (source éditeur)

Un amnésique s’échappe d’un hôpital psychiatrique après avoir découvert le nom de la personne qui l’a fait interner : Flora, sa propre sœur. Celle-ci lui révèle qu’il se nomme Corwin, et qu’il est l’un des neuf frères qui se disputent le pouvoir au royaume d’Ambre, le seul monde réel dont tous les autres sont des reflets, des ombres ; que les princes d’Ambre ont la faculté de parcourir ces univers parallèles par la puissance de leur seule volonté. Recouvrant peu à peu la mémoire, Corwin entame un périlleux voyage en direction d’Ambre, glissant d’ombre en ombre dans le but de disputer au prestigieux Eric, le plus brillant des princes, le trône du royaume.

L’Auteur  (source éditeur)

Roger Zelazny (1937-1995) a consacré la majeure partie de son œuvre à explorer les mythologies de l’humanité, s’interrogeant sur l’immortalité et la divinité. Le cycle des Princes d’Ambre, inspiré des mythes celtes, constitue sa réussite majeure, saluée par un succès public considérable.

Mon avis

Après avoir démarré la lecture, j’ai failli arrêter dès les premières pages, ce qui est exceptionnel chez moi.

En cause, un style atroce. Une histoire mal construite, qui est particulièrement confuse, des personnages mal développés, aux réactions assez particulières, et des phrases qui mont laissé pantois. Exemples choisis : « ?, pensai-je » ou « ses yeux étaient aussi bleus que le lac Érié à 3 heures de l’après-midi par un été sans nuages ». Ah ouais, quand même…

Je n’ai poursuivi que parce que cette saga est réputée pour être un classique de la fantasy. Et parce que le roman est court ! Hélas, j’ai trouvé ça mauvais du début à la fin, même s’il y a quelques bonnes idées (la magie liée aux cartes par exemple), mais je n’ai clairement pas accroché et j’ai eu du mal à ne pas jeter le bouquin. Je ne comprends d’ailleurs pas sa réputation. Soit la version originale est meilleure, soit les tomes suivants (il en reste 9 !) relèvent le niveau.

En tout cas, ce sera sans moi !

D’autres avis chez : Vert – Olya