Mes 15 meilleurs films de SF

star-wars

J’ai été tagué sur les réseaux sociaux pour citer mes 15 films de SF préférés. On est sur un blog lectures, mais la réponse peut vous intéresser, en ce beau jour Star Wars 😉 Lire la suite Mes 15 meilleurs films de SF

Publicités

Les Neuf Princes d’Ambre – Roger Zelazny

zelazny_neuf_princes_ambre_tome_1Présentation

Considéré comme un grand classique de la fantasy, je n’avais pourtant jamais lu le cycle des Princes d’Ambre. J’avais donc le premier tome dans ma PAL et je l’en ai sorti il y a peu de temps. Hélas…

Résumé (source éditeur)

Un amnésique s’échappe d’un hôpital psychiatrique après avoir découvert le nom de la personne qui l’a fait interner : Flora, sa propre sœur. Celle-ci lui révèle qu’il se nomme Corwin, et qu’il est l’un des neuf frères qui se disputent le pouvoir au royaume d’Ambre, le seul monde réel dont tous les autres sont des reflets, des ombres ; que les princes d’Ambre ont la faculté de parcourir ces univers parallèles par la puissance de leur seule volonté. Recouvrant peu à peu la mémoire, Corwin entame un périlleux voyage en direction d’Ambre, glissant d’ombre en ombre dans le but de disputer au prestigieux Eric, le plus brillant des princes, le trône du royaume.

L’Auteur  (source éditeur)

Roger Zelazny (1937-1995) a consacré la majeure partie de son œuvre à explorer les mythologies de l’humanité, s’interrogeant sur l’immortalité et la divinité. Le cycle des Princes d’Ambre, inspiré des mythes celtes, constitue sa réussite majeure, saluée par un succès public considérable.

Mon avis

Après avoir démarré la lecture, j’ai failli arrêter dès les premières pages, ce qui est exceptionnel chez moi.

En cause, un style atroce. Une histoire mal construite, qui est particulièrement confuse, des personnages mal développés, aux réactions assez particulières, et des phrases qui mont laissé pantois. Exemples choisis : « ?, pensai-je » ou « ses yeux étaient aussi bleus que le lac Érié à 3 heures de l’après-midi par un été sans nuages ». Ah ouais, quand même…

Je n’ai poursuivi que parce que cette saga est réputée pour être un classique de la fantasy. Et parce que le roman est court ! Hélas, j’ai trouvé ça mauvais du début à la fin, même s’il y a quelques bonnes idées (la magie liée aux cartes par exemple), mais je n’ai clairement pas accroché et j’ai eu du mal à ne pas jeter le bouquin. Je ne comprends d’ailleurs pas sa réputation. Soit la version originale est meilleure, soit les tomes suivants (il en reste 9 !) relèvent le niveau.

En tout cas, ce sera sans moi !

D’autres avis chez : Vert – Olya

Janua Vera – Jean-Philippe Jaworski

Janua_Vera-Jean-Philippe_Jaworski

Présentation

Alors que j’hésitais depuis un bon moment à acheter Gagner la Guerre, auréolé de bonnes critiques mais au poids imposant (un pavé de près de 1000 pages, en tout cas en version poche), mon excellent libraire grenoblois m’a incité à découvrir Jean-Philippe Jaworski par l’intermédiaire de Janua Vera. Un recueil de nouvelles ayant pour cadre le Vieux Royaume, dans une belle édition augmentée chez Les Moutons Électriques (maison lyonnaise donc forcément recommandable^^).

Et je ne peux que me féliciter de l’avoir écouté !

Lire la suite Janua Vera – Jean-Philippe Jaworski

Millénium 3 : La reine dans le palais des courants d’air – Stieg Larsson

millenium_3_stieg_larsson

Présentation

Dernier volume de la trilogie Millenium, voici la conclusion de la saga, alors que les principaux protagonistes avaient été laissés mal en point à la fin du tome 2 !

Résumé (source éditeur)

Que les lecteurs des deux premiers tomes de la trilogie Millénium ne lisent pas les lignes qui suivent s’ils préfèrent découvrir par eux-mêmes ce troisième volume d’une série rapidement devenue culte. Le lecteur du deuxième tome l’espérait, son rêve est exaucé : Lisbeth n’est pas morte.

Ce n’est cependant pas une raison pour crier victoire : Lisbeth, très mal en point, va rester coincée des semaines à l’hôpital, dans l’incapacité physique de bouger et d’agir. Coincée, elle l’est d’autant plus que pèsent sur elle diverses accusations qui la font placer en isolement par la police. Un ennui de taille : son père, qui la hait et qu’elle a frappé à coups de hache, se trouve dans le même hôpital, un peu en meilleur état qu’elle… Il n’existe, par ailleurs, aucune raison pour que cessent les activités souterraines de quelques renégats de la Säpo, la police de sûreté. Pour rester cachés, ces gens de l’ombre auront sans doute intérêt à éliminer ceux qui les gênent ou qui savent. Côté forces du bien. on peut compter sur Mikael Blomkvist, qui, d’une part, aime beaucoup Lisbeth mais ne peut pas la rencontrer, et, d’autre part, commence à concocter un beau scoop sur des secrets d’Etat qui pourraient, par la même occasion, blanchir à jamais Lisbeth. Mikael peut certainement compter sur l’aide d’Armanskij, reste à savoir s’il peut encore faire confiance à Erika Berger, passée maintenant rédactrice en chef d’une publication concurrente.

L’auteur (source éditeur)

Stieg Larsson, né en 1954, journaliste auquel on doit des essais sur l’économie et des reportages de guerre en Afrique, était le rédacteur en chef d’Expo, revue suédoise observatoire des manifestations ordinaires du fascisme.

Il est décédé brutalement, en 2004, d’une crise cardiaque, juste après avoir remis à son éditeur les trois volumineux tomes de la trilogie Millénium.  En janvier 2011, Eva Gabrielsson, la compagne de Stieg Larsson, signe le récit de leur histoire commune sous le titre « Millénium, Stieg et moi ».

Mon avis

A la fin du tome 2, j’avais laissé Lisbeth Salander avec une balle dans la tête, Mikael Blomkvist arrêté par la police et Erika Berger quittant la rédaction du journal. Rien ne va plus en début de volume ! Les choses vont heureusement s’arranger progressivement, mais pas pour tout le monde, certes… Ce dernier tome de la trilogie est marqué par moins d’action. On y retrouve aussi un des défauts principaux de Stieg Larsson: de longues pages de descriptions, ce qui explique aussi le nombre de pages des livres, 700 pages pour celui-ci, quand même.

Du coup, le début est assez mollasson, et l’on bascule du livre policier à une sombre histoire politique, avec secrets d’état, machinations de la police secrète, et complots en tout genre. Il faut bien expliquer ce qui était sous-jacent dans les deux premiers tomes et tournait autour de Lisbeth, ou plus précisément de son père, mais le rythme, voire l’intérêt du livre, en prend un sacré coup.

Une conclusion en demi-teinte pour ce qui me concerne, avec le plaisir de retrouver les personnages fétiches de la trilogie, hélas engoncés dans une histoire un peu trop lourde à digérer.

Sorceleur tome 1 : le Dernier Voeu – Andrzej Sapkowski

sorceleur_tome_1_le_dernier_voeu_andrzej_sapkowski

Présentation

Désireux de participer, même symboliquement, au challenge « SFFF venue de l’Est » mais connaissant mal les auteurs de l’Imaginaire des pays de l’Est, je me suis rabattu vers un livre que l’on trouve facilement. Sorceleur est en effet une série à succès, qui a inspiré le jeu vidéo The Witcher, ce qui fait que la trouver en édition de poche est très facile…

Lire la suite Sorceleur tome 1 : le Dernier Voeu – Andrzej Sapkowski

Utopiales 2012 – Anthologie (recueil de nouvelles)

Utopiales_2012_anthologie

Présentation

Deuxième recueil des Utopiales de Nantes à être chroniqué sur ce blog, après 2011, voici donc l’édition 2012, parue chez ActuSF. L’ayant pré-commandée sur le site avant la manifestation, j’ai même eu la possibilité d’avoir des dédicaces de certains auteurs, et de l’illustrateur Nicolas Fructus dont j’aime bien la couverture !

Résumé (source éditeur)

Et si les extraterrestres nous observaient la nuit ? Et si l’on pouvait se concentrer à l’extrême sur un seul sujet ? Ou connaître tout notre avenir depuis l’enfance ? Ou bien avoir des rendez-vous réguliers avec un visiteur du futur ? Et si on pouvait désinventer des inventions ?

L’anthologie officielle des Utopiales rassemble des auteurs importants de l’imaginaire mondial et francophone et rend, cette année, un hommage à Roland C. Wagner.

Mon avis

Au sommaire de cette anthologie, des auteurs que je découvre quasiment tous pour ma part, honte à moi ! Je n’ai en effet lu qu’un peu de Robert Charles Wilson, de Neil Gaiman, et de Laurent Queyssi parmi les écrivains retenus cette année.

Voici un petit avis rapide sur chaque texte.

  • Origo, de Pierre Bordage : un voyage vers les origines de l’univers, assez classique et qui m’a fait penser à Asimov.
  • Fae-space, de Sara Doke : un amusant mélange des genres, de la SF mêlée de fantasy.
  • L’Observatrice, de Robert Charles Wilson : un des meilleurs textes, entre fantastique et SF.
  • La Finale, de Nancy Kress : de l’anticipation psychologique.
  • La Chose du lac, de Laurence Suhner : amusant croisement entre Agatha Christie, Arsène Lupin et Chtulhu ?
  • « Et pleurer, comme Alexandre« , de Neil Gaiman : un (trop) court texte sur un désinventeur, avec une fin très satirique et bien vue.
  • La Fin de Léthé, de Claude Ecken : une femme reçoit la visite d’un visiteur du futur (ou pas). La fin est angoissante.
  • Petite Excursion à l’endroit des atomes, de Tommaso Pincio : une nouvelle glaçante au sujet du risque nucléaire.
  • En attendant demain, de Laurent Queyssi et Xavier Mauméjean : un jeune garçon connait le futur, ce qui va gâcher sa vie. Plutôt bien vu.
  • RCW, d’Ayerdhal : un long récit (un tiers du recueil) hommage à Roland C. Wagner, figure emblématique des Utopiales. Hélas bien trop obscur en ce qui me concerne, n’ayant quasiment rien lu de lui.

J’ai apprécié une grande majorité des textes de cette anthologie, ce qui me console – un peu – de ne pas avoir participé aux Utopiales. Et découvert des auteurs intéressants dont je lirai avec plaisir d’autres textes.

Lire aussi les avis de : Vert EndeaRSF blogNebal TigerLillyAnudar Gromovar

Et hop, j’en profite pour ajouter l’anthologie au Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »

challenge novellas nouvelles

Roma Aeterna – Robert Silverberg

Roma Aeterna Robert Silverberg

Présentation

A défaut d’être très intéressante, l’interview de Robert Silverberg figurant en annexe du Dernier Chant d’Orphée m’a au moins donné envie de lire Roma Aeterna. Ce qui tombait bien, puisqu’il me fallait une participation, même symbolique, au challenge de Lhisbei, le Winter Time Travel 3 !

Et si les hébreux n’avaient jamais pu sortir d’Egypte ? L’Empire romain serait-il toujours en place ? Sans doute, car après tout, Rome est éternelle !

Résumé (source éditeur)

Et si l’Empire romain n’avait jamais disparu ?

Voici l’histoire parallèle d’un Empire romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui n’a jamais cessé d’exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana.

Le christianisme y est inconnu, ne serait-ce que parce que les Juifs n’ont jamais réussi à quitter l’Egypte des pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l’Empereur élimine un prophète d’Arabie avant qu’il ait eu le temps de fonder l’islam.

La technologie évolue plus lentement que dans notre continuum. Vers l’an 2650 A.U.C. (Ab Urbe Condita : depuis la fondation de la Ville), qui correspond à la fin de notre XIXe siècle, le téléphone existe et l’automobile fait son apparition.

Une uchronie saisissante par un des grands maîtres de la science-fiction.

L’auteur (source éditeur)

Né en 1935 à New York, Robert Silverberg a publié sa première nouvelle à l’âge de dix-huit ans et son premier roman, Révolte sur Alpha C, à dix-neuf ans à peine. Il n’a cessé d’écrire depuis. Le Cycle de Majipoor, paru tout au long des années 1980 et 1990, est son œuvre la plus célèbre.

Il a reçu en 2004, pour l’ensemble de son œuvre, le titre de Grand Maître de la science-fiction, la plus haute distinction honorifique du domaine, décerné par l’Association des auteurs américains de science-fiction.

Mon avis

Après une participation l’année dernière au challenge WTT, où j’avais lu des uchronies se passant autour de la Seconde Guerre Mondiale, remontons cette fois plus loin dans le passé avec l’Empire Romain !

Roma Aeterna est un ensemble de nouvelles, contant sur une longue période l’évolution de l’Empire Romain. Elles n’ont pas forcément de lien direct les unes avec les autres, formant ainsi un puzzle mais réussissant à ne pas perdre le lecteur. On passe par une succession de points de vues, avec des narrateurs variés : ami de l’Empereur, dame aristocrate de Venise, soldat explorateur des empires du Mexique et du Pérou, jeune bourgeois des îles anglaises, garçon teuton ou encore écrivain hébreu, par exemple. Des changements de héros, associés à des changements d’époque, pour nous présenter les évolutions de la société romaine de l’Antiquité à nos jours, enfin, dans cette trame temporelle parallèle où un obscur petit peuple vivant en Egypte, les hébreux,  n’a jamais pu recourir à l’aide de son hypothétique dieu pour traverser la Mer Rouge…

L’Empire Romain a donc persisté, puisque les chrétiens n’ont pas précipité sa chute, et son histoire comporte son lot de complots, trahisons, assassinats, guerres et autres coups d’état. Même l’Islam n’a pu se développer, après qu’un certain prophète ait été tué par un romain zélé, garant de la Pax Romana. Faut-il y voir un règlement de compte ou une critique voilée des religions par Silverberg ? Ou juste une astuce pour poursuivre l’uchronie ?

Globalement, j’ai trouvé cette lecture agréable même si j’ai parfois regretté une certaine stagnation du système politique pendant de nombreux siècles (la guerre entre les empires d’Orient et d’Occident, ou le passage à une république ne changeant pas fondamentalement la donne). J’aurais aussi aimé que Silverberg se lâche un peu plus, même si de ce point de vue la nouvelle finale ne soit pas mal dans le genre… Au final, Roma Aeterna  est quand même un bon morceau d’uchronie !

Retrouvez les avis des blogueurs Lael – Valunivers

Une lecture qui participe au Challenge Winter Time Travel

challenge lecture Winter Time Travel 3

ainsi qu’au Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »

challenge novellas nouvelles

La saison 2 de Game of Thrones – le Trône de Fer est disponible en vidéo

Game of Thrones saison 2 DVD blu-ray

Tout est dans le titre, ou presque, la saison 2 de la série TV dérivée du Trône de Fer, vient de sortir en vidéo. Elle correspond à l’Intégrale 2 de la saga.
Personnellement, j’ai choisi la version Blu-Ray.

Et pour les retardataires, un coffret regroupant les deux premières saisons est également disponible, tandis que la troisième débute fin mars aux USA sur la chaîne HBO. En voici le trailer, comme on dit en bon français !

Les Peaux-Epaisses – Laurent Genefort

les_peaux_epaisses_laurent_genefort

Présentation

Après avoir découvert Laurent Genefort à la lecture de Memoria, j’avais hâte de retrouver l’univers des portes de Vangk, artéfacts laissés à l’abandon par leurs mystérieux créateurs extra-terrestres, et qui permettent aux humains de voyager entre les mondes. C’est chose faite grâce à cette ré-édition aux éditions Critic d’un ouvrage de 1992, déjà re-publié en 1998, avec cette fois un texte revu et corrigé.

Lire la suite Les Peaux-Epaisses – Laurent Genefort

La Dette – Thomas Geha

Pour prolonger un peu la lecture dans le monde du Sabre de Sang, les Editions Critic ont mis en ligne sur leur site une nouvelle numérique gratuite, La Dette.

La lecture du tome 2 est conseillée, voire obligatoire pour bien en saisir les détails et les subtilités puisque l’histoire se déroule à Cauzyr, lorsque Kardelj va se joindre au clan Geba-Desso pour continuer son voyage.

Une histoire en marge de la trame principale, qui se concentre sur un Carmintrao, prêt à tout (ou pas !) pour subvenir aux besoins de sa famille. L’occasion de détailler un peu plus l’univers du diptyque, et de retrouver le fameux Masque…

Une belle nouvelle d’une vingtaine de pages, très bien écrite, et complétée par un petit lexique, ce qui rend le tout éminemment sympathique et plaisant.

A retrouver sur le site des Editions Critic au format pdf ou epub.

Une lecture participant au Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »

Chroniques littéraires de science-fiction et fantasy

%d blogueurs aiment cette page :