Dragon de Glace – George R.R. Martin

dragon-de-glace-g-r-r-martin

Présentation

Acheté en même temps que le Volcryn lors du salon de la S.F. de Lyon, ce recueil de nouvelles – au format décidément très agréable des éditions ActuSF – parle de fantasy, mais pas que, et montre avec brio d’autres facettes de GRR Martin, l’auteur du Trône de Fer. Lire la suite Dragon de Glace – George R.R. Martin

Publicités

Etoiles, garde-à-vous ! (Starship Troopers) – Robert Heinlein

etoiles-garde-a-vous-starship-troopers-robert-heinlein

Présentation

N’ayant jamais rien lu de Heinlein (je sais, c’est mal), je me suis dit qu’il était temps de combler cette lacune par un de ses récits les plus connus. Et puis j’avais un challenge à tenir, hein…

Résumé (source éditeur)

Après la grande guerre atomique de la fin du XXe siècle, le monde ne fut plus que chaos et désordre. Pour éliminer les hordes barbares qui s’étaient formées, les survivants durent remettre leur sort entre les mains de l’armée. Un siècle plus tard la civilisation, arrivée à l’âge des étoiles, restait dirigée par les militaires.

Dans cet univers, Juan Rico s’engage le jour de ses dix-huit ans dans l’Infanterie Spatiale. Il ne sait pas quel sort terrible attend le fantassin qui, sur les mondes lointains, affronte les armées arachnides …

L’auteur (source éditeur)

Considéré par les Américains comme le « père de la S-F « , il fait partie de ces auteurs de  » l’âge d’or  » qui ont donné à la science-fiction ses lettres de noblesse dès les années 1940. Il est l’auteur d’innombrables chefs-d’œuvre tels que Une porte sur l’été, En terre étrangère ou Révolte sur la Lune. Étoiles, garde à vous ! a été adapté à l’écran par Paul Verhoeven sous son titre original Starship Troopers.

Mon avis

Au démarrage de cette lecture, je craignais un peu le livre de SF bourrin (sans doute parce que c’est l’idée que je garde du film, dont je n’ai cependant vu que des extraits). Pourtant, le Traqueur Stellaire encensant son auteur, j’ai décidé de me plonger dans cette lecture sans a priori.

L’histoire est celle d’un jeune garçon, qui s’engage dans l’armée de l’espace, et qui, après un entraînement éprouvant, se retrouve en première ligne face à un envahisseur extra-terrestre, aussi repoussant que belliqueux (avec un background peu développé en fait, car l’histoire n’est pas là). Loin d’être une critique virulente de l’armée, j’y ai plutôt vu une forme d’admiration pour ceux qui risquent leur vie pour leur patrie. Peut-être parce que Heinlein a vu sa carrière militaire avortée ? Sans idéalisme, il pointe cependant quelques travers du système.

Mais ses critiques sont plutôt dirigées vers la société démocratique. Cela se passe en arrière-fond du récit, mais les attaques n’en sont pas moins virulentes. Car dans cette vision du futur, c’est l’armée (donc loin d’être un modèle de démocratie) qui a pris le pouvoir, parce que les politiques sont incapables de gérer correctement la dégradation de la société.  D’ailleurs, il faut avoir fait son service militaire pour être un « vrai » citoyen…

Des thèmes militaristes qui peuvent susciter la controverse selon ses propres convictions et la lecture qu’on en fera, mais qui me font plutôt penser à des cris d’alarme de l’auteur face à une  disparition programmée des démocraties, victimes d’une certaine forme de mollesse…

Une lecture à deux niveaux, pour un récit plus subtil qu’il n’y parait.

Et encore un livre que je comptabilise dans le cadre du challenge Summer Star Wars.

summer-star-wars-challenge-lecture

Retrouvez aussi les avis de :

 

CITRIQ

Imaginales 2012 – Anthologie : Reines et Dragons

imaginales-2012-anthologie-reines-et-dragons

N’ayant pas été aux Imaginales d’Épinal, je me rattrape un peu avec cette anthologie publiée chez Mnémos. Une superbe couverture, classique mais efficace, pour un ensemble de textes de fantasy (ou de fantastique) écrits par des auteurs francophones. Que de bonnes raisons de se le procurer…

Lire la suite Imaginales 2012 – Anthologie : Reines et Dragons

Bifrost 67

bifrost-67-g-r-r-martin

Voilà un numéro que j’attendais avec impatience, après un numéro 66 consacré à Isaac Asimov qui m’avait laissé une impression mitigée !

Comme beaucoup de monde, j’ai découvert l’auteur à l’honneur de ce Bifrost 67, George Raymond Richard Martin, à la suite du succès phénoménal de l’adaptation en série TV du Trône de Fer. Après avoir lu les deux premières Intégrales chez J’ai Lu, j’avais élargi mes lectures à certaines autres oeuvres, comme le Chevalier Errant/L’Épée Lige ou le Volcryn dont j’ai parlé ici récemment, ou encore le recueil Dragon de Glace.

Chose frappante chez GRR Martin, c’est le fait que malgré le nombre impressionnant de récompenses qu’il a reçu au cours de sa carrière (on ne compte plus les prix Locus, Nebula, Hugo, Bram Stoker qu’il a gagné ou auxquels il a été nominé), il était inconnu du grand public, et même d’une bonne partie des lecteurs francophones de SFFF, avant l’explosion médiatique liée au Trône de Fer. Heureusement, les éditeurs ont eu la bonne idée de publier ses textes et l’essentiel de sa production est désormais disponible en français.

Une oeuvre qui fait l’unanimité par sa qualité, que ce soit sur les textes les plus longs ou sur les nombreuses nouvelles qu’il a écrit. Autant dire que ce numéro de Bifrost est un vrai bonheur, avec notamment deux nouvelles de Martin, bien écrites et à la conclusion… étonnante, chose que j’ai souvent remarqué dans ses textes. De même, le style n’est pas sans me rappeler par moment le Stephen King de la grande époque (celle où il privilégiait la concision au lieu de délayer à outrance ses bonnes idées).

Bibliographie complète, guide de lecture, articles de fond, toutes les clefs pour aborder cet auteur « injustement » méconnu sont là, je ne pourrai donc que conseiller cette revue qui m’a incité à rallonger la liste des livres de GRR Martin que je prévois de lire.

Et quelques autres, avec les critiques des parutions du moment, traitées sans concession. Même si le dernier Dan Simmons, Flashback, en plus d’être éreinté (pourquoi pas, on a le droit de ne pas aimer) reçoit des qualificatifs plus qu’insultants (ce qui me semble dommage et excessif).

Dans le prochain numéro de Bifrost, en octobre, l’auteur mis en avant sera Ian McDonald. Un écrivain qui m’a un peu déçu avec Desolation Road, espérons que j’y trouverai des pistes sur d’autres lectures plus adaptées à mes goûts…

Ils l’ont lu aussi :

Le Volcryn – George R.R. Martin

le-volcryn-george-r-r-martinPrésentation

Même s’il est surtout connu maintenant pour sa saga du Trône de Fer (et c’est d’ailleurs grâce à elle que je l’ai découvert), George R.R. Martin a écrit de nombreux récits. Certains, assez courts, sont des nouvelles, mais le Volcryn est une novella, terme anglais qui s’applique à un court roman. Curieux de lire ce qu’il avait pu écrire dans un récit de SF, j’avais acheté ce livre lors du festival de SF de Lyon.

Lire la suite Le Volcryn – George R.R. Martin

L’Empire ultime (Fils des Brumes, tome 1) – Brandon Sanderson

fils-des-brumes-1-brandon-sanderson

Présentation

Encensé par de nombreux lecteurs de fantasy, Brandon Sanderson et son cycle de l’Empire Ultime avaient tout pour attiser ma curiosité…. Lire la suite L’Empire ultime (Fils des Brumes, tome 1) – Brandon Sanderson

Espaces insécables – Sylvie Lainé

espaces-insecables-sylvie-lainé

Présentation

J’ai eu la chance de rencontrer Sylvie Lainé lors du festival de la SF de Lyon, et de me faire dédicacer un exemplaire de son recueil de nouvelles Espaces Insécables. Un auteur français (et lyonnais) qui gagne à être connu…

Lire la suite Espaces insécables – Sylvie Lainé

Bifrost 66

bifrost-66

Je me faisais une joie de lire ce Bifrost d’avril 2012 dédié à Isaac Asimov. Cet auteur est l’un des plus populaires de la SF, et souvent l’un des premiers que l’on découvre quand on commence à s’intéresser au genre. Ses deux cycles majeurs, « les Robots » et « Fondation », sont très connus et accessibles à tous les publics. Depuis un moment, mes deux Omnibus de la saga des Robots m’attirent du coin de l’oeil, et je me demande si (quand ?) je vais les reprendre en main. Lire la suite Bifrost 66

Prix Planète-SF des Blogueurs 2012 : c’est parti !

planete-sf-site

Je suis inscrit depuis un petit moment sur le site du Planète SF, un site/forum/blog dédié aux littératures de l’Imaginaire où l’on croise pas mal de blogueurs sympathiques (j’essaie de mettre un lien vers leurs critiques à la fin de mes articles quand j’y pense !)

Après une première édition en 2011, qui a récompensé Cleer de L.L. Kloetzer, le Prix PlanèteSF des Blogueurs revient.

Les membres et les blogueurs du site Planète-SF peuvent nominer un ouvrage inédit paru en version française entre le 1er avril 2011 et le 30 juin 2012.

Les résultats du 1er tour et du 2nd tour des nominations seront annoncés les 11 et 31 juillet.

Le lauréat du Prix sera annoncé à la fin de l’année 2012.

Toutes les information sont sur le site et le forum du Planète SF.

Rejoignez-nous !

Druide – Oliver Peru

druide-oliver-peru

Présentation

A l’occasion de sa sortie en livre de poche, j’ai eu la possibilité de faire une lecture commune de Druide d’Oliver Peru. Un livre de fantasy écrit par un auteur français et ayant reçu des critiques dythirambiques, ce qui attise forcément mon envie de le lire mais aussi ma méfiance !

Résumé (source éditeur)

1123 après le Pacte.

Au nord vivent les hommes du froid et de l’acier, au sud errent les tribus nomades et au centre du monde règnent les druides. Leur immense forêt millénaire est un royaume d’ombres, d’arbres et de mystères. Nul ne le pénètre et tous le respectent au nom du Pacte Ancien. Les druides, seigneurs de la forêt, aident et conseillent les hommes avec sagesse mais un crime impensable bouleverse la loi de toutes les couronnes : dans la plus imprenable citadelle du Nord, quarante-neuf soldats ont été sauvagement assassinés sans que personne ne les entende seulement crier.

Certains voient là l’oeuvre monstrueuse d’un mal ancien, d’autres usent du drame comme d’un prétexte pour relancer le conflit qui oppose les deux principales familles régnantes. Un druide, Obrigan, et ses deux apprentis ont pour mission de retrouver les assassins avant qu’une nouvelle guerre n’éclate. Mais pour la première fois, Obrigan, l’un des plus réputés maître loup de la forêt, se sent impuissant face à l’énigme sanglante qu’il doit élucider… Chaque nouvel indice soulève des questions auxquelles même les druides n’ont pas de réponses.

Une seule chose lui apparaît certaine : la mort de ces quarante-neuf innocents est liée aux secrets les plus noirs de la forêt.

L’auteur (source éditeur)

Nomade de l’imaginaire, Olivier Peru est un auteur français aux multiples facettes qui explore en mots ou en images l’art de conter des histoires. Illustrateur, scénariste et dessinateur BD, il signe plusieurs séries aux éditions Soleil, Shaman, Lancelot, Zombies, In Nomine, la guerre des Orcs et il coécrit la série de romans Les Haut-Conteurs chez Scrineo Jeunesse. En parallèle, il travaille aussi comme scénariste, storyboarder et designer au cinéma et à la télévision. Druide est son premier roman.

Mon avis

Un livre de fantasy qui n’a pas comme héros un guerrier ou un magicien surpuissant, voilà qui change un peu. Obrigan, le héros, est en effet un druide qui a la charge de deux apprentis. Très attaché à sa forêt, il voit d’un mauvais oeil les tendances belliqueuses des royaumes voisins qui ne pensent qu’à s’entre-tuer. Et comme les druides ont un rôle d’arbitre, c’est lui qui a été choisi pour éviter la guerre. Le compte à rebours commence, il n’a que 21 jours devant lui…

Ses certitudes vont cependant voler en éclat lors d’une enquête sur un massacre ignoble et lors de la découverte des plus noirs secrets de ses chefs. Une évolution qui va se faire lentement, car Peru prend son temps pour avancer dans le récit, ponctué de moments inquiétants et parfois carrément gores.

La seconde partie voit s’enchaîner les combats, alors que la forteresse des druides est assiégée par les forces du mal, ce qui s’accompagne un peu de longueurs et de redites.  L’auteur fait cependant preuve d’originalité, comme avec les origines des créatures de l’ombre, de leur chef, ou encore avec le personnage de Jarekson, un prince roublard mais attachant.

Un livre fluide et donc plutôt original pour le genre, qui ne mérite bien sûr pas à mon avis le titre de chef d’oeuvre, mais se révèle plaisant. Et ce n’est déjà pas si mal !

Une lecture commune organisée par Iluze, avec : FrankieHeclea, Thalia, Joan…

D’autres avis chez Gromovar – Blackwolf – L’Ours Inculte – Célindanaé – …

Chroniques littéraires de science-fiction et fantasy

%d blogueurs aiment cette page :