Hypérion – Dan Simmons

dan-simmons-hyperion-tome-1dan-simmons-hyperion-tome-2

Présentation

Je connais quelques livres de Dan Simmons, dont le diptyque Ilium/Olympos dont je vous parlerai un jour, et Flashback lu récemment. Logiquement, je me suis donc procuré Hypérion, considéré comme un des ses chefs d’oeuvre…

Résumé (source éditeur)

Quand les sept pèlerins se posent à Hypérion, le port spatial offre un spectacle de fin du monde. Des millions de personnes s’entassent derrière les grilles : les habitants de la planète sont sûrs que le gritche va venir les prendre et ils veulent fuir. Mais l’Hégémonie ne veut rien savoir. Une guerre s’annonce et les routes du ciel doivent être dégagées. Et tout ce que le gouvernement a trouvé, c’est d’envoyer les sept pèlerins. La présidente le leur a dit d’emblée : Il est essentiel que les secrets des Tombeaux du Temps soient percés. C’est notre dernière chance.  » Mais les pèlerins n’y comprennent rien, et ne se connaissent même pas ! Heureusement, le voyage leur permettra de se rapprocher. Chacun raconte son histoire, et l’on s’aperçoit vite que nul n’a été pris au hasard. Celui qui a fait la sélection, au fil des confidences, parait avoir fait preuve d’une lucidité… diabolique. Et d’une cruauté… raffinée!

L’auteur (source éditeur)

Né dans l’Illinois en 1948, Dan Simmons voit se dessiner sa vocation d’écrivain en découvrant Jack Vance. Professeur de littérature pendant une dizaine d’années, il écrit ses premières nouvelles et se fait remarquer par le célèbre anthologiste Harlan Ellison. Fort du succès critique et commercial de ses premiers ouvrages – comme par exemple Le Chant de Kali –, il quitte l’enseignement et publie bientôt le cycle d’Hypérion, qui renouvelle les codes du space opera et lui vaut le prix Hugo.
Dan Simmons construira par la suite une œuvre naviguant entre la science-fiction, le polar, l’horreur et le fantastique.

Mon avis

Hypérion est une vaste saga qui nous conte les aventures passées de sept pèlerins qui se dirigent vers une destination mystérieuse, les Tombeaux du Temps, où rode un monstre sanguinaire. Sept individus bien distincts, tous hantés par un passé tragique et hors-norme, et sept récits où Dan Simmons donne libre court à sa vision d’un vaste univers, couvrant des centaines de mondes. Un gigantesque melting pot où se mêlent ethnologie, religion, guerre stellaire, écologie, intelligence artificielle ou encore poésie ! Car Hypérion, titan de la mythologie grecque, est aussi le nom d’une oeuvre du poète anglais John Keats, largement cité par Dan Simmons et dont l’ombre plane sur nombre de ses écrits.

Les sept récits des pèlerins sont parfois inégaux, que ce soit en longueur, intérêt ou qualité, mais très variés. Avec une grande cohérence et de belles inventions, le tout est porté par un souffle baroque. Des morceaux d’un puzzle passionnant qui s’assemble alors que le voyage avance…

Dommage que Pocket ait publié en deux parties ce roman, pourtant assez court par rapport aux standards actuels. Et dommage surtout qu’il ne soit pas précisé que ces deux tomes ne permettront pas de connaitre la fin de l’histoire ! Le récit se termine en effet alors que les pèlerins arrivent au terme de leur voyage, mais la suite sera à lire dans La Chute d’Hypérion (en deux tomes là aussi). Assurément une de mes prochaines lectures !

Un livre que j’ai lu dans le cadre du challenge Summer Star Wars mais dont la chronique arrive un peu trop tard pour le comptabiliser…

D’autres avis chez :

Publicités

OctoGônes 3

octogones-3-2012

Le vieux rôliste lyonnais qui sommeille en moi ne pouvait manquer de vous parler de la convention OctoGônes, troisième du nom, qui aura lieu du 5 au 7 octobre 2012 à l’espace Tête d’Or.

Pour les non-initiés, rappelons que le terme « gone » désigne les enfants en patois lyonnais. L’occasion d’un petit jeu de mot avec les multiples facettes de nos dés préférés. Ah, les dés à 4, 8, 10, 12, 20 faces, que de bons souvenirs ! 6, c’est vraiment trop banal 😉

Outre les jeux de rôle, cartes, société, figurines et autres illustrateurs, on pourra aussi y rencontrer des auteurs de littérature de l’Imaginaire – ce pourquoi je vous en parle, notez bien ! La liste est par ici, et si j’ai l’occasion d’y aller, j’espère y voir Sylvie Lainé, John « Naheulbeuk » Lang ou encore Nathalie Dau, et d’autres que je ne connais pas encore.

Et bien sûr, visiter notamment les stands des éditions ActuSF, Black Book, Armada, ceux des magasins Omerveilles, Temps-Livres, Trollune…

Tous les détails sur le site officiel OctoGônes

Mémoria – Laurent Genefort

laurent-genefort-memoria

Présentation

Voici un livre qui a traîné un petit moment dans ma P.A.L. sans que je sache trop pourquoi j’attendais pour le lire. Heureusement, le challenge Summer Star Wars est passé par là, et m’a poussé à l’en sortir, j’en suis bien content !

Résumé (source éditeur)

Il travaille pour le compte des grandes Compagnies qui se partagent l’univers. Il erre de planète en planète au gré de ses contrats. Il est le tueur à gages le plus redouté des mondes humains. Le plus cher, aussi. Nul ne sait qui il est véritablement. Pas même lui. Tel est le prix de son immortalité. Immortalité qu’il doit à un artefact extraterrestre unique et qui ne le quitte jamais. Tous comme les « crises de souvenirs » qui le terrassent de plus en plus souvent. Au point d’en menacer ses missions. Des souvenirs dont il ne sait même pas s’ils sont les siens. Des crises qui masquent une terreur secrète, tapie au fond de lui sous la forme d’un cauchemar qui, inexorablement, se rapproche et menace de l’engloutir. Le compte à rebours est engagé…

L’auteur (source éditeur)

Né en 1968, Laurent Genefort a vingt ans lorsque sort son premier roman,Le Bagne des ténèbres, dans la mythique collection « Anticipation » du Fleuve Noir. Aujourd’hui, avec près de quarante romans publiés, un Grand Prix de l’Imaginaire et un prix Rosny Aîné en poche (Arago — 1995; Omale — 2002), il est considéré comme l’une des figures de proue de la nouvelle science-fiction française et, sans doute, le tout meilleur créateur d’univers du domaine.

Après plusieurs ouvrages de fantasy publiés ces dernières années, Mémoria marque le grand retour de Laurent Genefort à la science-fiction, son domaine de prédilection, un roman en annexe duquel on trouvera un passionnant lexique de l’univers de la Panstructure, construction littéraire de 25 000 planètes qui donne cadre à l’ensemble de ses space operas.

Mon avis

N’ayant jamais rien lu de Laurent Genefort, j’ai découvert avec Mémoria l’univers qu’il a créé, la Panstructure. Un univers que j’ai trouvé particulièrement intéressant puisque basé sur le concept de portes dimensionnelles, héritées d’une race extra-terrestre, qui permettent le voyage intersidéral, et donc l’expansion de l’humanité dans le cosmos. Un univers que Genefort a développé dans plusieurs romans et nouvelles, dont Mémoria.

Nous y suivons un assassin qui change de corps grâce à un artefact alien méconnu, ce qui facilite bien évidemment ses missions. Et par là-même le rend immortel. Nous le suivons au cours de missions plus ou moins réussies, dans des contextes bien différents liés aux caractéristiques des peuples rencontrés sur les planètes où il évolue. L’occasion pour l’auteur d’imaginer des modèles de société, des faunes et flores très variés et dépaysants. Et de s’intéresser à la morale de son héros, pas forcément aussi machiavélique qu’on pourrait le supposer.

Au delà de ces aventures criminelles, le héros est confronté à la fois à la question de l’immortalité, dont il bénéficie grâce au changement de corps, tel un parasite, mais aussi à la perte de sa mémoire. Les évènements passés se mélangent et s’effacent, tant et si bien qu’il ne sait plus parmi ses souvenirs quels sont les siens, ou ceux de ses hôtes. Jusqu’à ce cauchemar noir qui le terrasse par moments, et se répète de plus en plus fréquemment. Une expérience angoissante dont on ne comprendra la vraie signification qu’à la fin du roman, que j’ai trouvée bien amenée.

Un bon roman avec un héros complexe dans un univers intéressant. Il est complété dans l’édition FolioSF par une nouvelle (parue dans le numéro 50 de la revue Bifrost) qui complète le passé du héros, et par un lexique de la Panstructure (reprenant donc de nombreux termes utilisés dans le livre). De quoi me donner envie d’en savoir plus sur cet univers, et les écrits de Laurent Genefort…

Un livre que je comptabilise dans le cadre du challenge Summer Star Wars.

summer-star-wars-challenge-lecture

Ils en parlent aussi:

Et les gagnants sont…

bibliotheque fantastique

Après une semaine de folie où le champagne a coulé à flots pour fêter dignement le premier anniversaire de ce blog, il est temps de dévoiler la liste des gagnants !

Le Volcryn par G.R.R. Martin : Blop

Dragon de Glace par G.R.R. Martin : Efelle et Lorhkan

Flashback de D. Simmons : Loran83

Desolation Road de I. McDonald : Lael

Merci à tous les participants d’avoir joué le jeu et proposé des idées de lecture pour les visiteurs de ce blog (à retrouver dans les commentaires de l’article précédent !).

Et encore merci aux éditions ActuSF et Ailleurs et Demain qui vont donc faire le bonheur de lecteurs assidus !

Un an… et un concours !

Le temps passe vite ! Il y a un an, en rentrant de vacances, pendant lesquelles j’avais renoué avec les lectures de l’Imaginaire, je créai un blog avec deux objectifs principaux.

Partager mes avis et communiquer sur des livres de science-fiction, de fantastique et de fantasy, bien sûr.

Mais aussi m’inciter à renouer avec la lecture de longs récits, loisir que j’avais pas mal délaissé ces dernières années. Et passer un peu moins de temps sur mon PC ?

Deux objectifs plutôt bien atteints, un an après. J’ai publié 56 articles, dont  45 avis sur des livres. Ce qui me parait correct par rapport à la situation précédent le lancement de ce blog ! Je ne prévois pas d’augmenter le rythme mais si je peux me maintenir à 2-3 livres par mois, j’en serai bien heureux.

Et je tiens à remercier, certes les visiteurs, mais aussi ceux qui prennent le temps de laisser un petit commentaire, c’est toujours très motivant pour un blogueur.

Pour fêter ce petit anniversaire, je vous propose de gagner des livres grâce à la gentillesse des éditions ActuSF et Ailleurs et Demain. Tentez votre chance !

A gagner:

Un exemplaire du Volcryn par G.R.R. Martin (mon avis, et d’autres, à relire ici)

Deux exemplaire de Dragon de Glace par G.R.R. Martin (par ici)

Un exemplaire de Flashback de D. Simmons (avis par là)

Un exemplaire de Desolation Road de I. McDonald (et là)

Comment faire ?

1 – Rédigez un commentaire à la suite de cet article, en citant un livre de SFFF que vous recommandez aux visiteurs du blog, en expliquant pourquoi en quelques lignes – afin d’essayer de récompenser de « vrais » lecteurs et non des « professionnels des concours » 😉 Si vous êtes blogueur, vous pouvez même mettre un lien vers votre critique.

2- Utilisez le formulaire de contact pour m’envoyer une adresse mail valide, afin que je puisse vous contacter si vous gagnez (n’oubliez pas de citer le pseudonyme que vous aurez utilisé dans le commentaire, pour que je puisse m’y retrouver) et indiquez le titre du livre que vous souhaitez gagner.

3- J’effectuerai un tirage au sort le lundi 17 septembre et je répartirai les lots. Les gagnants seront informés illico et les livres envoyés ensuite par les éditeurs.

Fastoche, non ?

Bonne chance à tous et encore merci aux partenaires qui ont rendu ce concours possible.

Dragon de Glace – George R.R. Martin

dragon-de-glace-g-r-r-martin

Présentation

Acheté en même temps que le Volcryn lors du salon de la S.F. de Lyon, ce recueil de nouvelles – au format décidément très agréable des éditions ActuSF – parle de fantasy, mais pas que, et montre avec brio d’autres facettes de GRR Martin, l’auteur du Trône de Fer. Lire la suite Dragon de Glace – George R.R. Martin

Etoiles, garde-à-vous ! (Starship Troopers) – Robert Heinlein

etoiles-garde-a-vous-starship-troopers-robert-heinlein

Présentation

N’ayant jamais rien lu de Heinlein (je sais, c’est mal), je me suis dit qu’il était temps de combler cette lacune par un de ses récits les plus connus. Et puis j’avais un challenge à tenir, hein…

Lire la suite Etoiles, garde-à-vous ! (Starship Troopers) – Robert Heinlein

Imaginales 2012 – Anthologie : Reines et Dragons

imaginales-2012-anthologie-reines-et-dragons

N’ayant pas été aux Imaginales d’Épinal, je me rattrape un peu avec cette anthologie publiée chez Mnémos. Une superbe couverture, classique mais efficace, pour un ensemble de textes de fantasy (ou de fantastique) écrits par des auteurs francophones. Que de bonnes raisons de se le procurer…

Lire la suite Imaginales 2012 – Anthologie : Reines et Dragons

Bifrost 67

bifrost-67-g-r-r-martin

Voilà un numéro que j’attendais avec impatience, après un numéro 66 consacré à Isaac Asimov qui m’avait laissé une impression mitigée !

Comme beaucoup de monde, j’ai découvert l’auteur à l’honneur de ce Bifrost 67, George Raymond Richard Martin, à la suite du succès phénoménal de l’adaptation en série TV du Trône de Fer. Après avoir lu les deux premières Intégrales chez J’ai Lu, j’avais élargi mes lectures à certaines autres oeuvres, comme le Chevalier Errant/L’Épée Lige ou le Volcryn dont j’ai parlé ici récemment, ou encore le recueil Dragon de Glace.

Chose frappante chez GRR Martin, c’est le fait que malgré le nombre impressionnant de récompenses qu’il a reçu au cours de sa carrière (on ne compte plus les prix Locus, Nebula, Hugo, Bram Stoker qu’il a gagné ou auxquels il a été nominé), il était inconnu du grand public, et même d’une bonne partie des lecteurs francophones de SFFF, avant l’explosion médiatique liée au Trône de Fer. Heureusement, les éditeurs ont eu la bonne idée de publier ses textes et l’essentiel de sa production est désormais disponible en français.

Une oeuvre qui fait l’unanimité par sa qualité, que ce soit sur les textes les plus longs ou sur les nombreuses nouvelles qu’il a écrit. Autant dire que ce numéro de Bifrost est un vrai bonheur, avec notamment deux nouvelles de Martin, bien écrites et à la conclusion… étonnante, chose que j’ai souvent remarqué dans ses textes. De même, le style n’est pas sans me rappeler par moment le Stephen King de la grande époque (celle où il privilégiait la concision au lieu de délayer à outrance ses bonnes idées).

Bibliographie complète, guide de lecture, articles de fond, toutes les clefs pour aborder cet auteur « injustement » méconnu sont là, je ne pourrai donc que conseiller cette revue qui m’a incité à rallonger la liste des livres de GRR Martin que je prévois de lire.

Et quelques autres, avec les critiques des parutions du moment, traitées sans concession. Même si le dernier Dan Simmons, Flashback, en plus d’être éreinté (pourquoi pas, on a le droit de ne pas aimer) reçoit des qualificatifs plus qu’insultants (ce qui me semble dommage et excessif).

Dans le prochain numéro de Bifrost, en octobre, l’auteur mis en avant sera Ian McDonald. Un écrivain qui m’a un peu déçu avec Desolation Road, espérons que j’y trouverai des pistes sur d’autres lectures plus adaptées à mes goûts…

Ils l’ont lu aussi :

Le Volcryn – George R.R. Martin

le-volcryn-george-r-r-martinPrésentation

Même s’il est surtout connu maintenant pour sa saga du Trône de Fer (et c’est d’ailleurs grâce à elle que je l’ai découvert), George R.R. Martin a écrit de nombreux récits. Certains, assez courts, sont des nouvelles, mais le Volcryn est une novella, terme anglais qui s’applique à un court roman. Curieux de lire ce qu’il avait pu écrire dans un récit de SF, j’avais acheté ce livre lors du festival de SF de Lyon.

Lire la suite Le Volcryn – George R.R. Martin

Chroniques littéraires de science-fiction et fantasy

%d blogueurs aiment cette page :