Le Trône de Fer : le jeu de rôle !

Après les livres et la série TV, le jeu de cartes et autres produits dérivés, voici le jeu de rôle du Trône de Fer sur PC (mais aussi PS3 et XBox360) !

Prévu pour mars 2012, il est co-scénarisé par G.R.R. Martin himself et nous permettra d’évoluer en parrallèle de la trame des romans et d’interpréter  différents personnages.

Bon, je ne suis pas complètement convaincu par ce trailer, mais… à suivre !

Publicités

Début du Challenge Winter Time Travel 2

challenge-lecture-winter-time-travel

Début aujourd’hui, premier jour de l’hiver, du challenge de lecture Winter Time Travel 2, organisé par Lhisbei.

Le but ? Lire un ou plusieurs livres traitant d’uchronie, pendant la période hivernale.

Qu’est-ce donc que l’uchronie ? Une trame historique parallèle de la nôtre, avec comme point de départ ou de changement, un évènement qui a conduit à diverger. Victoire des nazis lors de WWII, non-disparition des dinosaures, mort de Colomb avant la découverte de l’Amérique… tout est envisageable en Science-Fiction !

Pour ma part, j’ai donc dans ma pile de lecture:

Le Maître du Haut-Château de P.K. Dick

Les forces de l’ Axe ont gagné la Seconde Guerre Mondiale, mais un écrivain imagine dans son oeuvre leur défaite…

et

Rêve de Fer de Norman Spinrad

Hitler est devenu écrivain de science-fiction aux Etats-Unis après la Première Guerre Mondiale…

Deux livres au thème voisin que j’avais justement choisi le même jour pour voir le traitement que ces grands noms de la S.F. lui réservait.

Et il se peut que j’en rajoute un ou deux, selon mes flâneries en librairie…

Articles liés:

Millénium 2 : La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette – Stieg Larsson

Millénium, tome 2 : La Fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette

Présentation

Deuxième tome de la trilogie « Millenium », voici un livre dont le titre ne laisse pas indifférent ! Lisible indépendamment, je conseille quand même fortement de lire les hommes qui n’aimaient pas les femmes pour mieux comprendre les personnages et leurs inter-relations. Et cette fois, le premier rôle revient à Lisbeth Salander !

Résumé (source éditeur)

Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millenium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l’Est.

Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n’est pas ce qu’on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millenium. Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu’on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé.

Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d’un maniaque et qui survivait en rêvant d’un bidon d’essence et d’une allumette ? S’agissait-il d’une des filles des pays de l’Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ? C’est dans cet univers à cent à l’heure que nous embarque Stieg Larsson qui signe avec ce deuxième volume de la trilogie Millenium un thriller au rythme affolant.

L’auteur (source éditeur)

Stieg Larsson, né en 1954, journaliste auquel on doit des essais sur l’économie et des reportages de guerre en Afrique, était le rédacteur en chef d’Expo, revue suédoise observatoire des manifestations ordinaires du fascisme.

Il est décédé brutalement, en 2004, d’une crise cardiaque, juste après avoir remis à son éditeur les trois volumineux tomes de la trilogie Millénium.  En janvier 2011, Eva Gabrielsson, la compagne de Stieg Larsson, signe le récit de leur histoire commune sous le titre « Millénium, Stieg et moi ».

Mon avis

Lisbeth Salander est de retour, et est même le personnage principal de cette histoire. Ayant engrangé quelques millions, elle prend de longues vacances pour oublier Blomkvist. Mais entre ennemis surgis de son passé et accusations de meurtre, elle aura fort à faire pour rester en vie.

Il est agréable de retrouver ces personnages originaux, et le fait de mettre Salander au coeur du roman est intéressante, ce personnage étant carrément atypique pour une histoire policière. On pourra certes reprocher à l’auteur quelques descriptions trop longues ou un peu ridicules (tout ce qui touche à l’informatique doit lui être assez étranger, vu la façon dont il en parle…). Mais les personnages sont bien campés, l’histoire est palpitante et les rebondissements inattendus.

Un roman qui tient en haleine du début à la fin, et ne ménage pas le lecteur par ses coups de théâtre !

Le tome 3 est bien sûr déjà dans ma pile à lire !

Utopiales 2011 – Anthologie (recueil de nouvelles)

Utopiales 2011 anthologie recueil de nouvelles

Présentation

N’ayant pas été aux Utopiales 2011 à Nantes, cette anthologie arrivait donc à point nommé pour en avoir un petit aperçu, et renouer avec les recueils de nouvelles, format que je n’avais pas abordé depuis fort longtemps.

Résumé (source éditeur)

Les passagers du Titanic ont survécu. Si, si…
La jeune Lavinia a, pour sa part, volontairement échangé son corps contre celui d’un vieillard…
Trois copains d’Arcueil ont cassé la baraque en banlieue, avant de partir pour Alger…

Du fantastique à la science fiction en passant par l’Uchronie, l’anthologie officielle des Utopiales vous propose sept histoires, sept univers, sept dimensions.

Liste des nouvelles:

  • Le Radeau du Titanic de James MORROW
  • Le Train de la réalité (fragment) de Roland C. WAGNER
  • L’Invention du hasard de Norbert MERJAGNAN
  • Lignes parallèles de Tim POWERS
  • K**l me, I’m famous ! d’Éric HOLSTEIN
  • Salvador – Lucius SHEPARD
  • Pragmata de David CALVO

Mon avis

Même s’il est forcément d’un intérêt variable pour le lecteur, le recueil de nouvelles donne un aperçu de différents auteurs via un exercice de style qui force à la concision.

Plusieurs thèmes sont ici abordés. Une uchronie au sujet du Titanic (dont la plupart des passagers ont survécu, comme chacun le sait – ou pas), assez amusante. Une autre sur la guerre d’Algérie, par R.C. Wagner, rattachée à « Rêves de Gloire » dans un style d’écriture original, mais à laquelle j’ai peu accroché. Une histoire fantastique dans le milieu du rock, relativement classique ou dans la jungle du Salvador, qui m’a beaucoup plût. De la SF avec un échange de corps, du fantastique avec une soeur hantée par sa jumelle, et enfin un texte déjanté pour clôturer l’ensemble.

Pas de fil conducteur, donc, mais des textes hétérogènes quant aux sujets abordés. Le recueil est néanmoins de haute qualité et chacun devrait y trouver de quoi se distraire ou réfléchir.

En tout cas, j’ai ainsi découvert quelques auteurs et apprécié la palette que cette littérature peut proposer.

>> Lisez aussi les avis de Lisbhei – Lune – Tiger Lilly – Anudar

Retrouvez les impressions des blogueurs suivants sur le salon des Utopiales 2011:

Anudar – Traqueur Stellaire – Gromovar – Lisbhei – Lorkhan

Il y a même eu un Prix des Blogueurs Planete-SF remis à « Cleer » écrit par L.L. Kloetzer !

Dune – Frank Herbert

Dune Frank Herbert tome 1Dune Frank Herbert tome 2

Présentation

Curieusement, alors que j’ai quand même lu pas mal de livres de S.F., je n’avais jamais lu Dune. Considéré comme un chef d’oeuvre de la science-fiction, j’étais pourtant passé à côté (comme de pas mal d’autres, il faut dire…), rebuté par une idée préconcue sur . Et même si j’avais vu le film il y a un moment, il était temps pour moi de découvrir Arrakis dans le texte !

Résumé (source éditeur)

Il n’y a pas, dans tout l’Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l’épice de longue vie, née du désert, et que tout l’univers achète à n’importe quel prix. Richesse très convoitée : quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi mystique. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et qui, à la tête des commandos de la mort, changera le cours de l’histoire. Cependant les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique ; elles veulent créer un homme qui concrétisera tous les dons latents de l’espèce. Tout est fécond dans ce royaume, y compris ses défaillances.

Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l’Empire ?

L’auteur (source éditeur)

Frank Patrick Herbert est l’auteur de Dune, le livre-culte suprême pour tous les amateurs de SF. Né le 8 octobre 1920 à Tacoma dans l’état de Washington, il se marie pour la deuxième fois en 1946 et aura trois enfants. Il s’essaie à l’écriture à partir de 1944 sous un pseudonyme qu’il n’a jamais voulu divulguer. Les premières nouvelles (non SF) qu’il écrit sous son nom sont publiées dans le journal Esquire. En 1952, il publie sa première nouvelle de SF dans Astounding. La même année, il étudie la psychanalyse jungienne et devient lui-même analyste. Son premier roman, inspiré par cette longue étude de la psychologie des profondeurs, paraît en 1956, Le Dragon sous la mer. En 1963, il publie The Dune World dans le journal Analog. Cette nouvelle plaît tant aux lecteurs que Frank Herbert décide de s’en inspirer pour écrire son prochain livre. L’année 1965 voit la publication de Dune. Il obtient le prix Nebula, puis l’année suivante le prix Hugo. La saga de Dune peut alors commencer. En 1984, il participe activement au projet de David Lynch qui adapte Dune au cinéma. La même année, sa femme, Beverly, décède. Il se remariera en 1985. Frank Herbert est mort le 11 février 1986 d’une embolie pulmonaire. La saga de Dune restée inachevée est reprise par son fils Brian et par Kevin J. Anderson.

Mon avis

Inspiré par le Traqueur Stellaire, j’ai décidé de commencer la saga de Dune par le vrai début, le livre d’origine, et non pas par un des préquels qui ont été écrits depuis, le succès aidant.

Publié en 2 volumes de poche reprenant le découpage des 2 livres du roman, Dune se lit en fait d’un seul tenant.

Inspiré par nombreuses religions (bien sûr l’Islam – d’ailleurs j’étais dans l’ambiance en finissant le livre lors d’un voyage au Maroc^^, mais aussi le Christianisme…) et civilisations (grecques, latines…), Dune a un côté intemporel. Le livre a été écrit en 1965 et cela ne se ressent pas du tout dans le style narratif, ni dans l’univers décrit, contrairement à pas mal de romans de S.F. de ces années-là qui ont mal vieilli.

Centré sur la planète Arrakis, ce qui en fait un vrai planet opera (on y parle même d’écologie, chose rarissime à l’époque) le roman possède également un vrai souffle épique, avec les mentions d’un empire galactique ou les visions d’un jihad universel. Mais c’est quand il s’intéresse aux personnes que Frank Herbert est particulièrement inspiré (le psychanalyste entre alors en action !). Des détours psychologiques qui cassent parfois un peu le rythme de l’action, c’est bien le seul petit reproche que je trouve à Dune.

Au final, un roman d’une grande profondeur, qui possède un charme particulier et mêle habilement de nombreux thèmes.

Et afin de poursuivre la visite de Dune, il existe de nombreux romans situés après ou avant l’histoire racontée dans ce livre. Sans oublier le film controversé de David Lynch en 1984 !

Article participant au Défi Frank Herbert organisé par Anudar

Imhotep, l’inventeur de l’éternité – Christian Jacq

Imhotep, l'inventeur de l'éternité de Christian Jacq

Présentation

Je n’ai pas pour habitude de choisir des romans historiques, mais par contre je lis toujours, tôt ou tard, les bouquins que l’on m’offre ! Tel est le cas de celui-ci, que j’ai tardé à commencer, le thème de l’Egypte ancienne ne m’attirant pas plus que çà. Heureusement, il y a quand même un peu de fantastique…

Résumé (source éditeur)

Pharaon est mort, l’Égypte vacille. Le farouche prince Djéser, décidé à fonder une nouvelle dynastie, sera-t-il élu par le Grand Conseil, les dieux le désigneront-ils ?

En cette période troublée qu’une force maléfique, l’Ombre rouge, compte exploiter pour établir le règne des ténèbres, un jeune artisan, Imhotep, découvre qu’il possède d’étranges pouvoirs. Comment pourrait-il imaginer son incroyable destin, lui, le foreur de vases appelé à devenir l’inventeur de l’éternité ?

De sa rencontre avec Djéser dépendra l’avenir d’une civilisation qui sera bâtie par l’intermédiaire de la première pyramide en pierres, gigantesque escalier unissant la terre au ciel. Embûches, sabotages et maléfices se multiplieront pour empêcher le pharaon et Imhotep de réaliser leur Grand Oeuvre.

L’auteur (source Livraddict)

Christian Jacq, né à Paris XVIIe le 28 avril 1947, est un écrivain français vivant en Suisse. Christian Jacq se serait pris de passion pour l’Égypte ancienne dès l’âge de treize ans, à la lecture des trois volumes de l’Histoire de la civilisation de l’Égypte ancienne de Jacques Pirenne.

Marié très jeune, son voyage de noces le conduit naturellement en Égypte avec sa jeune épouse, sur le site de l’antique Memphis. Son premier essai, naturellement consacré à l’Égypte, paraît dès la fin des années 1960, tandis qu’il se lance dans des études d’archéologie et d’égyptologie, qui seront couronnées par un doctorat de IIIe cycle en Sorbonne.

Il sera un temps collaborateur de la radio France Culture, coproduisant par exemple certaines émissions de la série les Chemins de la connaissance.

Parallèlement, il est pendant quelques années, directeur de l’Institut Ramsès, qui publie des transcriptions de textes égyptiens et vise à l’édification d’un fonds photographique sur l’Égypte.

Outre ses essais consacrés à l’Égypte, mais aussi à quelques domaines moins connus (héraldique, gnose), il mène une carrière parallèle d’auteur de romans policiers (sous deux pseudonymes) puis d’auteur de romans historiques (sous son vrai nom). (…)

Mon avis

Christian Jacq est un grand connaisseur de l’Egypte ancienne et cela se ressent à la lecture de ce livre, car il dépeint avec précision et crédibilité la vie à cette époque.

Bon, l’histoire n’est pas très originale par ailleurs, avec un héros qui, parti de rien, se retrouvera aux côtés du Pharaon pour la construction d’une pyramide. Au passage, il raflera bien sûr la main de la jolie fille du récit. Mais cela est quand même relativement « dépaysant » par rapport à mes autres lectures récentes^^.

L’auteur introduit par ailleurs une histoire fantastique, avec une mystérieuse créature qui cherche à abattre la dynastie régnante, et ce, pour faire le lien avec les croyances égyptiennes. Divinités, pouvoirs magiques, mysticisme lié au monuments tels que les pyramides, tout y passe, et vient animer le récit.

Un roman qui n’est pas inoubliable mais se lit bien et offre un divertissement correct.

Pétition contre la hausse de la TVA

Le Premier ministre a fait une annonce concernant le relèvement de la TVA sur le livre.

Celle-ci devrait passer de 5.5% à 7% à partir du 1er janvier 2012.

Les libraires ayant de faibles marges sur les livres qu’ils vendent, c’est donc le consommateur qui va devoir payer.

Et le livre, produit culturel par excellence et qui devrait être accessible au plus grand nombre, risque de voir ses ventes baisser. Nos libraires spécialisés vont donc en subir les conséquences.

Pour réagir, il faut se mobiliser et montrer notre mécontentement au gouvernement.

Vous pouvez signer la pétition en ligne à cette adresse:
Pétition NON A L AUGMENTATION DE LA TVA SUR LES LIVRES !

Le Défi Frank Herbert

Depuis que j’ai ouvert ce blog et que je visite pas mal de sites et blogs de lecture SF, Fantasy et Fantastique, j’ai un peu découvert le principe des défis: lire tant de livres de tel auteur, sur tel thème, sur une durée donnée etc… les possibilités sont infinies.

N’étant pas un gros lecteur, puisque j’essaie de lire un livre par semaine voire quinzaine, je ne m’étais pas risqué au principe du défi.
C’est donc un peu par hasard que je me suis quand même inscrit à celui sur Frank Herbert, dont j’ai terminé Dune récemment, et organisé par Anudar.
Et si je n’ai pas l’intention de lire l’intégrale de son oeuvre pour figurer dans les lecteurs les plus actifs, ce sera au moins l’occasion de découvrir un peu plus cet auteur que je connais finalement peu.
C’est bien là le but principal de ce défi…

Articles de ce blog liés à ce défi:

La Stratégie Ender (le cycle d’Ender 1) – Orson Scott Card

la-stratégie-ender-orson-scott-card

Présentation
Après pas mal de pavés, j’avais envie d’un court roman. Et quoi de mieux que celui-ci, moins de 400 pages, mais Prix Nebula 1985 et Hugo 1986, excusez du peu !

Même s’il est titré comme étant le tome 1 du Cycle d’Ender, la Stratégie Ender se suffit à lui seul et n’exige pas de continuer la série.

Résumé (source éditeur)

Il y a cinquante ans, la flotte terrienne a réussi â repousser l’attaque des doryphores… Aujourd’hui pourtant, une nouvelle invasion menace.

Un programme militaire pour la formation des futurs commandants de la flotte est en cours, mais le temps est compté. Parmi les élèves-officiers – tous des surdoués, Andrew Wiggin, dit Ender, focalise toutes les attentions. Appelé a devenir un puissant stratège, il est le jouet des manipulations de ses supérieurs depuis sa naissance… Et cela le dépasse.

Car c’est entre ses mains que repose le sort de l’humanité.

Et Ender n’a que six ans.

L’auteur (source Livraddict)

Orson Scott Card (né le 24 août 1951 à Richland dans l’État de Washington) est un écrivain de science-fiction américain s’étant notamment illustré dans le sous genre de la fantasy .

Il reçut les prix Hugo et Nebula deux années consécutives, au titre de son Cycle d’Ender, ce qui constitue une première dans l’histoire de la science-fiction.

Né dans l’État de Washington aux États-Unis, il a été missionnaire au Brésil. Il est membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (mormons) et enseigne actuellement à Salt Lake City.

En 1977, il publie une première nouvelle, pour laquelle il obtient le prix John Campbell (meilleur nouvel auteur en science-fiction). En 1979, il publie son premier roman, Une planète nommée trahison.

En 1985, il publie la Stratégie Ender, récompensé à la fois par le prix Hugo et par le prix Nebula. La suite de ce roman, la Voix des morts, reçoit à nouveau le prix Hugo et le prix Nebula, une première dans l’histoire de la science-fiction.

Au cours des années 1990, il participe à la réalisation de plusieurs jeux vidéos chez LucasArts comme Loom, The Dig ou The Secret of Monkey Island.

Malgré le succès du cycle d’Ender, cet auteur est plutôt orienté vers la fantasy.

En 2005, il scénarise deux mini-séries de comics Ultimate Iron Man pour Marvel Comics dessinées par Adam Kubert et Pasqual Ferry.

On peut noter également qu’il est le père d’un enfant handicapé, ce qui a accentué sa tendance à l’empathie, et son souci des points de vue dans son écriture.

Mon avis

Très curieusement, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans la lecture de ce roman. Le début m’a semblé assez peu attractif, peut-être est-ce dû à l’atmosphère de paranoïa que l’on ressent. En effet, le héros, Ender, est surveillé constamment par des hommes qui épient, décortiquent chacun de ses gestes, et le manipulent. Et malgré son jeune âge, 6 ans, il est soumis à un traitement plutôt extrême ! Arraché à ses parents, maltraité par ses camarades, poussé sans cesse vers une excellence dont on se prend parfois à douter…

Difficile par ailleurs de ressentir que le personnage a réellement cet âge, puisqu’il est surdoué, traité comme un adulte, qu’il raisonne et parle tel quel.  Seuls quelques courts passages font allusion à son jeune âge.

Enfin, j’ai trouvé au roman quelques longueurs notamment dans la description des simulations de combat, l’auteur décrivant des manœuvres d’exercices qui m’ont paru assez peu intéressants.

Malgré tout, la seconde moitié du livre rattrape ces points négatifs, avec notamment un twist bien vu qui m’a agréablement surpris. La fin est assez ouverte pour pouvoir passer aux romans suivants si on le souhaite (il y a en tout 4 tomes). Pas sûr quand même que ce soit mon cas…

La Stratégie Ender est un bon roman de S.F. qui brasse plusieurs thèmes passionnants. Notamment, la manipulation des individus, bien sûr, dont on peut se demander si elle est justifiée ou pas. Mais aussi les médias, qui sont admirablement détournés à la fois par les gouvernements et le frère et la soeur d’Ender ! Et bien sûr la notion de guerre totale que se livrent les humains et les extra-terrestres même si le roman n’est pas basé sur l’action pure, mais sur la psychologie.

A lire aussi:

Les avis de LorkhanPetitePom’Jae_Lou – …

3001, Odyssée finale – Arthur C. Clarke

3001 Odyssee finalePrésentation

Dernier volet de la tétralogie liée à 2001, Odyssée de l’espace, voici venir 3001, Odyssée finale, écrite en 1997 par un Arthur C. Clarke alors âgé de 80 ans.

Après avoir prolongé la vie de Heywood Floyd, voici maintenant que Clarke fait carrément revenir sur le devant de la scène Frank Poole, l’un des co-équipiers de Dave Bowman dans 2001 !

Un héros à l’image du roman, victime d’un acharnement thérapeutique ?

Résumé (source éditeur)

En 3001, Frank Poole, l’un des deux pilotes de l’astronef Discovery et héros de«2001, odyssée de l’espace», est retrouvé dans l’espace par un prospecteur. Poole a survécu à mille ans d’hibernation, et ranimé et soigné, découvre l’univers au début du quatrième millénaire.

L’auteur (source éditeur)
Arthur C. Clarke est né en 1917 en Angleterre, membre de l’Académie astronautique, Arthur C.Clarke vit au Sri Lanka. Unanimement reconnu comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction du siècle, son esprit visionnaire s’est exprimé dans plus de cinquante livres traduits en trente langues et récompensés par des prix prestigieux.

Mon avis
Objectif double dans cette histoire. D’abord, A.C. Clarke s’amuse à imaginer le futur de l’humanité, en extrapolant par rapport à ce qu’on connait à notre époque. Et pour ce, quoi de mieux que de prendre un humain « moderne » et de le transposer dans 1000 ans ? Amusant certes, mais guère passionnant.

Et puis bien sûr il faut continuer la saga d’origine, avec cette fois un Franck Poole qui va à son tour aller explorer la lune Europe, berceau de nouvelles formes de vie.
Clairement, ce roman est une déception, avec un auteur qui brode parce qu’il ne sait plus quoi raconter. La fin le prouvera d’ailleurs, puisqu’on termine la saga sur un piratage des monolithes par les hommes, frappant « préventivement » les êtres supérieurs qui pilotent ces machines par crainte d’une éradication…

Qui sont ces êtres, a-t’on raison de les craindre, quel jugement portent-ils sur l’espèce humaine ? Tant de questions qui resteront sans réponses et qui, du coup, amoindrissent considérablement l’intérêt de cette suite.

Au final, une saga qui démarre en trombe avec 2001, se poursuit agréablement avec 2010 puis sombre complètement en 2061 et 3001. Preuve que même avec un auteur talentueux comme A.C. Clarke, rien ne sert d’étirer indéfiniment une bonne idée de départ…

Chroniques littéraires de science-fiction et fantasy

%d blogueurs aiment cette page :