3001, Odyssée finale – Arthur C. Clarke

3001 Odyssee finalePrésentation

Dernier volet de la tétralogie liée à 2001, Odyssée de l’espace, voici venir 3001, Odyssée finale, écrite en 1997 par un Arthur C. Clarke alors âgé de 80 ans.

Après avoir prolongé la vie de Heywood Floyd, voici maintenant que Clarke fait carrément revenir sur le devant de la scène Frank Poole, l’un des co-équipiers de Dave Bowman dans 2001 !

Un héros à l’image du roman, victime d’un acharnement thérapeutique ?

Résumé (source éditeur)

En 3001, Frank Poole, l’un des deux pilotes de l’astronef Discovery et héros de«2001, odyssée de l’espace», est retrouvé dans l’espace par un prospecteur. Poole a survécu à mille ans d’hibernation, et ranimé et soigné, découvre l’univers au début du quatrième millénaire.

L’auteur (source éditeur)
Arthur C. Clarke est né en 1917 en Angleterre, membre de l’Académie astronautique, Arthur C.Clarke vit au Sri Lanka. Unanimement reconnu comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction du siècle, son esprit visionnaire s’est exprimé dans plus de cinquante livres traduits en trente langues et récompensés par des prix prestigieux.

Mon avis
Objectif double dans cette histoire. D’abord, A.C. Clarke s’amuse à imaginer le futur de l’humanité, en extrapolant par rapport à ce qu’on connait à notre époque. Et pour ce, quoi de mieux que de prendre un humain « moderne » et de le transposer dans 1000 ans ? Amusant certes, mais guère passionnant.

Et puis bien sûr il faut continuer la saga d’origine, avec cette fois un Franck Poole qui va à son tour aller explorer la lune Europe, berceau de nouvelles formes de vie.
Clairement, ce roman est une déception, avec un auteur qui brode parce qu’il ne sait plus quoi raconter. La fin le prouvera d’ailleurs, puisqu’on termine la saga sur un piratage des monolithes par les hommes, frappant « préventivement » les êtres supérieurs qui pilotent ces machines par crainte d’une éradication…

Qui sont ces êtres, a-t’on raison de les craindre, quel jugement portent-ils sur l’espèce humaine ? Tant de questions qui resteront sans réponses et qui, du coup, amoindrissent considérablement l’intérêt de cette suite.

Au final, une saga qui démarre en trombe avec 2001, se poursuit agréablement avec 2010 puis sombre complètement en 2061 et 3001. Preuve que même avec un auteur talentueux comme A.C. Clarke, rien ne sert d’étirer indéfiniment une bonne idée de départ…

2001-3001, les Odyssées de l’espace – Arthur C. Clarke

2001-3001 les odyssees de l'espace - arthur c. clarke

J’aime bien le format Omnibus, j’en ai d’ailleurs quelques uns, même si le papier est un peu fin. En voyant celui-là, je me suis dit que je pourrais suivre l’intégrale de la saga 2001 d’A.C. Clarke. Personnellement, même si j’avais vu le film, je n’avais encore jamais lu le livre et je ne connaissais que 2001 et 2010 (de nom). Et je ne savais même pas qu’il y en avait d’autres. Ainsi, je vais pouvoir vous les présenter !

L’Omnibus est plutôt fourni:

Une saga née à l’origine de l’esprit du cinéaste Stanley Kubrick qui voulait faire le film de science-fiction. Et le moins qu’on puisse dire est que 2001, l’Odyssée de l’Espace est un film qui a marqué les esprits, et divisé les opinions. Je vous présenterai dans les prochains articles la version d’Arthur C. Clarke, le co-auteur du scénario, qui n’a pas hésité à expliciter ce que Kubrick a volontairement laissé à l’appréciation – ou à l’imagination – du spectateur, et à poursuivre l’histoire…

Petit conseil: ne lisez pas la préface très complète mais qui spoile une bonne partie des romans !

Au sujet des deux nouvelles : ce sont des sources d’inspirations que Clarke et Kubrick, en travaillant sur le film, ont décidé d’utiliser comme trame de base. L’une évoque une rencontre entre un homme du futur et un homme préhistorique, l’autre la découverte d’une étrange pyramide dont les hommes essayent de percer le mystère.

Deux des thèmes principaux du film…