Archives du mot-clé odyssée

Les Nefs de Pangée – Christian Chavassieux

Les Nefs de Pangée Christian ChavassieuxJe crois l’avoir déjà dit (enfin, écrit) ici, je suis fan de mythologie et de récits antiques. Des contes et légendes qui ont bercé ma lointaine jeunesse et qui se prolongent, selon une de mes théories, dans les comics de super-héros que j’affectionne. Bref, le résumé des Nefs de Pangée me paraissait donc attractif, et c’était l’occasion de découvrir Christian Chavassieux que je n’avais encore pas lu…

Lire la suite Les Nefs de Pangée – Christian Chavassieux

Publicités

3001, Odyssée finale – Arthur C. Clarke

3001 Odyssee finalePrésentation

Dernier volet de la tétralogie liée à 2001, Odyssée de l’espace, voici venir 3001, Odyssée finale, écrite en 1997 par un Arthur C. Clarke alors âgé de 80 ans.

Après avoir prolongé la vie de Heywood Floyd, voici maintenant que Clarke fait carrément revenir sur le devant de la scène Frank Poole, l’un des co-équipiers de Dave Bowman dans 2001 !

Un héros à l’image du roman, victime d’un acharnement thérapeutique ?

Résumé (source éditeur)

En 3001, Frank Poole, l’un des deux pilotes de l’astronef Discovery et héros de«2001, odyssée de l’espace», est retrouvé dans l’espace par un prospecteur. Poole a survécu à mille ans d’hibernation, et ranimé et soigné, découvre l’univers au début du quatrième millénaire.

L’auteur (source éditeur)
Arthur C. Clarke est né en 1917 en Angleterre, membre de l’Académie astronautique, Arthur C.Clarke vit au Sri Lanka. Unanimement reconnu comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction du siècle, son esprit visionnaire s’est exprimé dans plus de cinquante livres traduits en trente langues et récompensés par des prix prestigieux.

Mon avis
Objectif double dans cette histoire. D’abord, A.C. Clarke s’amuse à imaginer le futur de l’humanité, en extrapolant par rapport à ce qu’on connait à notre époque. Et pour ce, quoi de mieux que de prendre un humain « moderne » et de le transposer dans 1000 ans ? Amusant certes, mais guère passionnant.

Et puis bien sûr il faut continuer la saga d’origine, avec cette fois un Franck Poole qui va à son tour aller explorer la lune Europe, berceau de nouvelles formes de vie.
Clairement, ce roman est une déception, avec un auteur qui brode parce qu’il ne sait plus quoi raconter. La fin le prouvera d’ailleurs, puisqu’on termine la saga sur un piratage des monolithes par les hommes, frappant « préventivement » les êtres supérieurs qui pilotent ces machines par crainte d’une éradication…

Qui sont ces êtres, a-t’on raison de les craindre, quel jugement portent-ils sur l’espèce humaine ? Tant de questions qui resteront sans réponses et qui, du coup, amoindrissent considérablement l’intérêt de cette suite.

Au final, une saga qui démarre en trombe avec 2001, se poursuit agréablement avec 2010 puis sombre complètement en 2061 et 3001. Preuve que même avec un auteur talentueux comme A.C. Clarke, rien ne sert d’étirer indéfiniment une bonne idée de départ…

2061 Odyssée trois – Arthur C. Clarke

2061 odyssee trois par A.C. Clarke

Présentation
Dans la foulée de 2010, Odyssée deux, voici le troisième tome de la saga regroupée dans l‘Omnibus consacré à A.C. Clarke et à la célèbre saga 2001.
On retrouve ici Heywood Floyd en 2061, toujours bon pied bon oeil malgré son centenaire, pour aller cette fois explorer à la fois la comète de Halley et la banlieue de Jupiter !

Résumé (source éditeur)
Le message légué à l’humanité était clair : Europe est une planète interdite. Car depuis la transformation de Jupiter en un nouveau soleil, en 2010, celle-ci devient le berceau d’une nouvelle forme de vie. Ses secrets pourraient éclairer les hommes sur les origines de l’univers mais… Ainsi en a voulu la mystérieuse intelligence qui signe son passage dans le système solaire d’un monolithe noir. Or voici que deux événements capitaux surviennent sur Europe : une gigantesque montagne, le mont Zeus, apparaît brusquement, tandis qu’un vaisseau en perdition est contraint de s’y poser, transgressant l’interdit. Ultime prélude au chaos, ou prémices d’une incroyable révélation ?

L’auteur (source éditeur)
Arthur C. Clarke est né en 1917 en Angleterre, membre de l’Académie astronautique, Arthur C.Clarke vit au Sri Lanka. Unanimement reconnu comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction du siècle, son esprit visionnaire s’est exprimé dans plus de cinquante livres traduits en trente langues et récompensés par des prix prestigieux.

Mon avis

Que penser de cette suite… dispensable ? On y retrouve les forces et les faiblesses de Clarke. A l’époque de l’écriture de ce livre (1987), Clarke a 70 ans…

Il reste un talent certain pour conter des histoires basées dans l’espace. Ici, grâce aux avancées de la science, son héros peut aller explorer la comète de Halley en se posant dessus, avec un équipage digne d’un roman de Jules Verne: des célébrités plus ou moins loufoques qui se baladent dans l’espace. Une marotte de l’auteur qui le conduit à cette déviation par rapport au fil conducteur de l’épopée initiée avec 2001.

Puis c’est le retour à la saga, avec les péripéties à la surface de la lune jovienne Europe. Malgré l’interdiction imposée aux hommes par les « jardiniers de l’espace » de s’y poser, via leur émissaire Dave Browman, force est de constater qu’il n’arrive rien à ceux qui transgressent cette règle.

Ce n’est là qu’une des faiblesses de l’histoire, dont on se demande finalement à quoi elle sert et où Clarke veut en venir. Faire réellement avancer sa saga… ou remplir son compte en banque ? Et s’il se fait peut-être plaisir à poursuivre son épopée, et à imaginer par exemple une montagne composée de diamant brut, je n’ai guère aimé ce roman, bien écrit mais parfaitement creux. Quant aux extra-terrestres indigènes Europe, ils remportent la palme des  créatures les moins intéressantes qui peuplent les livres de S.F. que j’ai lus depuis pas mal d’années.

Dans ces conditions, fallait-il encore poursuivre l’histoire avec 3001, Odyssée finale ? Réponse sous peu, ici même !

2010 Odyssée deux – Arthur C. Clarke

2010 odyssee deux

Présentation
Après des années de « résistance », Clark donne une suite au chef d’oeuvre qu’est 2001 l’Odyssée de l’espace. Le fallait-il ? En tout cas, 2010 aura lui aussi été adapté au cinéma, avec bien moins de succès…

Résumé (source éditeur)
Qu’est-il arrivé au Discovery depuis son contact avec le grand monolithe noir ? Pourquoi l’ordinateur HAL 9000 en a-t-il éliminé l’équipage ? Qu’a découvert Dave Bowman par-delà la porte des étoiles ? Neuf ans plus tard, le vaisseau Alexeï Leonov emporte vers Jupiter un équipage composé de Russes et d’Américains pour donner à la terre les réponses attendues.
Mais leur cohabitation est difficile, d’autant que l’affection du Dr Chandra, créateur de HAL, pour son ordinateur risque de les mettre tous en danger. Et de plus, sans qu’ils le sachent, quelqu’un les surveille : l’enfant des étoiles, l’être qui voyage à travers le temps et l’espace…

L’auteur (source éditeur)
Arthur C. Clarke est né en 1917 en Angleterre, membre de l’Académie astronautique, Arthur C.Clarke vit au Sri Lanka. Unanimement reconnu comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction du siècle, son esprit visionnaire s’est exprimé dans plus de cinquante livres traduits en trente langues et récompensés par des prix prestigieux.

Mon avis
Dave Bowman ayant disparu à la fin de 2001 l’Odyssée de l’espace, A.C. Clarke n’a d’autre choix, pour poursuivre sa saga, que de trouver un autre héros. Ce sera chose faite avec Heywood Floyd, un des premiers à avoir contemplé le monolithe de la Lune, qui rempile pour aller voir celui de… Jupiter (eh oui, suite au succès du film, infidèle par rapport au livre sur ce point, Clarke a déplacé l’action de Saturne à sa grande soeur !).

On sourira au passage sur la clairvoyance de l’auteur à avoir prévu une collaboration (forcée) américano-russe, et l’arrivée de la Chine, représentant les « pays émergents » de l’espace. Un des protagonistes, le créateur de HAL, est d’ailleurs d’origine indienne.

Un des sujets majeurs du roman est fort logiquement les préparatifs de la réactivation de l’ordinateur fou par une nouvelle expédition. L’influence du film 2001 par Kubrick, avec la fameuse séquence mettant en scène HAL, a marqué les esprits ! Mais j’ai trouvé que cette partie n’était pas très stressante. Clarke n’a vraiment pas voulu faire un thriller mais plutôt essayé de poursuivre son histoire, affaire difficile quand on a quasiment transformé son héros en dieu^^.
Un challenge en partie réussi lors de la dernière partie du livre. L’expédition vers le monolithe géant, à proximité de Jupiter, le retour (ou presque…) de Bowman, leurs rôles respectifs dans le grand dessein des « jardiniers de l’espace » , tout cela est bien plus intéressant, en fait.

Et le livre se termine en apothéose avec un final… flamboyant 😉

Alors disons-le carrément, 2010 Odyssée deux n’a pas le souffle épique du chef d’oeuvre 2001, loin de là, mais grâce à un héros sympathique et aux talents de conteur de Clarke, il est un bon divertissement.

2001, l’Odyssée de l’espace – Arthur C. Clarke

2001-odyssee-de-l-espace

Présentation
2001, l’Odyssée de l’espace est surtout connu pour être un film à succès de Stanley Kubrick. Succès mérité, certes, tant le film a de qualités et a marqué son époque (1968). Mais on oublie généralement qu’il s’agit d’un travail en collaboration avec A.C. Clarke, auteur de science-fiction renommé, que Kubrick est allé chercher. Le livre présenté ici n’est pas un novélisation du scénario que Kubrick et Clarke ont écrit ensemble, et qui a été constamment remanié par le réalisateur en cours de tournage. Mais plutôt la version que Clarke aurait souhaité voir à l’écran…

Résumé (source éditeur)
Le vaisseau Explorateur 1 est en route vers Saturne. A son bord, deux astronautes et le plus puissant ordinateur jamais conçu, Carl 9000.
Cinq ans plus tôt, un étrange monolithe noir a été découvert sur la Lune. La première preuve d’une existence extraterrestre. Et bien longtemps avant, à l’aube de l’humanité, un objet similaire s’était posé sur Terre et avait parlé aux premiers hommes.
Un nouveau signe de cette présence a été détecté aux abords de Saturne. Que sont ces mystérieuses sentinelles ? Quel message doivent-elles délivrer ?
Nous sommes en 2001. L’humanité a rendez-vous avec la porte des étoiles, aux confins du cosmos…

L’auteur (source éditeur)
Arthur C. Clarke est né en 1917 en Angleterre, membre de l’Académie astronautique, Arthur C.Clarke vit au Sri Lanka. Unanimement reconnu comme l’un des plus grands auteurs de science-fiction du siècle, son esprit visionnaire s’est exprimé dans plus de cinquante livres traduits en trente langues et récompensés par des prix prestigieux.

Mon avis
Difficile de lire le livre sans penser aux images du film, tant les deux se rapprochent.
Découpé en plusieurs séquences, l’histoire nous mène de la préhistoire au futur de l’humanité, avec la présence permanente et imposante du fameux monolithe noir. Acteur de notre évolution, sentinelle muette ou encore portail galactique ? Un peu de tout çà en fait…

C’est ce que découvrira le héros, après avoir affronté un ordinateur devenu fou (HAL devenu Carl en VF…). Une séquence marquante dans le  film également, qui a donné naissance à de nombreux ersatz…
La fin, complexe mais logique à la fois, pourrait clore l’histoire.  Là où Kubrick a volontairement décidé de ne pas donner d’explications, ce qui dérouta nombre des spectateurs, Clarke décrit et explique les choses, comme souvent avec cet auteur cartésien au possible. Même si toutes les réponses ne sont pas complètement données…

Cela limite forcément les suppositions, mais comblera ceux qui, comme moi, ont été un peu frustrés par la dernière partie du film !

La narration, classique, est basée sur deux nouvelles des années 50, fusionnées, intégrées, complétées dans ce récit des années 60, qui n’a finalement pas vieilli, et où la profusion de détails et de descriptions ne nuit pas à l’histoire.
Un grand classique, bien plus accessible dans cette version écrite !

A lire aussi l’avis de Jae_Lou

2001-3001, les Odyssées de l’espace – Arthur C. Clarke

2001-3001 les odyssees de l'espace - arthur c. clarke

J’aime bien le format Omnibus, j’en ai d’ailleurs quelques uns, même si le papier est un peu fin. En voyant celui-là, je me suis dit que je pourrais suivre l’intégrale de la saga 2001 d’A.C. Clarke. Personnellement, même si j’avais vu le film, je n’avais encore jamais lu le livre et je ne connaissais que 2001 et 2010 (de nom). Et je ne savais même pas qu’il y en avait d’autres. Ainsi, je vais pouvoir vous les présenter !

L’Omnibus est plutôt fourni:

Une saga née à l’origine de l’esprit du cinéaste Stanley Kubrick qui voulait faire le film de science-fiction. Et le moins qu’on puisse dire est que 2001, l’Odyssée de l’Espace est un film qui a marqué les esprits, et divisé les opinions. Je vous présenterai dans les prochains articles la version d’Arthur C. Clarke, le co-auteur du scénario, qui n’a pas hésité à expliciter ce que Kubrick a volontairement laissé à l’appréciation – ou à l’imagination – du spectateur, et à poursuivre l’histoire…

Petit conseil: ne lisez pas la préface très complète mais qui spoile une bonne partie des romans !

Au sujet des deux nouvelles : ce sont des sources d’inspirations que Clarke et Kubrick, en travaillant sur le film, ont décidé d’utiliser comme trame de base. L’une évoque une rencontre entre un homme du futur et un homme préhistorique, l’autre la découverte d’une étrange pyramide dont les hommes essayent de percer le mystère.

Deux des thèmes principaux du film…