Archives pour la catégorie Queyssi – Laurent

Utopiales 2012 – Anthologie (recueil de nouvelles)

Utopiales_2012_anthologie

Présentation

Deuxième recueil des Utopiales de Nantes à être chroniqué sur ce blog, après 2011, voici donc l’édition 2012, parue chez ActuSF. L’ayant pré-commandée sur le site avant la manifestation, j’ai même eu la possibilité d’avoir des dédicaces de certains auteurs, et de l’illustrateur Nicolas Fructus dont j’aime bien la couverture !

Résumé (source éditeur)

Et si les extraterrestres nous observaient la nuit ? Et si l’on pouvait se concentrer à l’extrême sur un seul sujet ? Ou connaître tout notre avenir depuis l’enfance ? Ou bien avoir des rendez-vous réguliers avec un visiteur du futur ? Et si on pouvait désinventer des inventions ?

L’anthologie officielle des Utopiales rassemble des auteurs importants de l’imaginaire mondial et francophone et rend, cette année, un hommage à Roland C. Wagner.

Mon avis

Au sommaire de cette anthologie, des auteurs que je découvre quasiment tous pour ma part, honte à moi ! Je n’ai en effet lu qu’un peu de Robert Charles Wilson, de Neil Gaiman, et de Laurent Queyssi parmi les écrivains retenus cette année.

Voici un petit avis rapide sur chaque texte.

  • Origo, de Pierre Bordage : un voyage vers les origines de l’univers, assez classique et qui m’a fait penser à Asimov.
  • Fae-space, de Sara Doke : un amusant mélange des genres, de la SF mêlée de fantasy.
  • L’Observatrice, de Robert Charles Wilson : un des meilleurs textes, entre fantastique et SF.
  • La Finale, de Nancy Kress : de l’anticipation psychologique.
  • La Chose du lac, de Laurence Suhner : amusant croisement entre Agatha Christie, Arsène Lupin et Chtulhu ?
  • « Et pleurer, comme Alexandre« , de Neil Gaiman : un (trop) court texte sur un désinventeur, avec une fin très satirique et bien vue.
  • La Fin de Léthé, de Claude Ecken : une femme reçoit la visite d’un visiteur du futur (ou pas). La fin est angoissante.
  • Petite Excursion à l’endroit des atomes, de Tommaso Pincio : une nouvelle glaçante au sujet du risque nucléaire.
  • En attendant demain, de Laurent Queyssi et Xavier Mauméjean : un jeune garçon connait le futur, ce qui va gâcher sa vie. Plutôt bien vu.
  • RCW, d’Ayerdhal : un long récit (un tiers du recueil) hommage à Roland C. Wagner, figure emblématique des Utopiales. Hélas bien trop obscur en ce qui me concerne, n’ayant quasiment rien lu de lui.

J’ai apprécié une grande majorité des textes de cette anthologie, ce qui me console – un peu – de ne pas avoir participé aux Utopiales. Et découvert des auteurs intéressants dont je lirai avec plaisir d’autres textes.

Lire aussi les avis de : Vert EndeaRSF blogNebal TigerLillyAnudar Gromovar

Et hop, j’en profite pour ajouter l’anthologie au Challenge « Je lis des nouvelles et des novellas »

challenge novellas nouvelles

Publicités

Comme un automate dément reprogrammé à la mi-temps – Laurent Queyssi

comme-un-automate-dement-reprogramme-a-la-mi-temps-laurent-queyssi

Présentation

Acheté au festival de la SF de Lyon, et dédicacé gentiment par l’auteur, voici un recueil de nouvelles dont le titre, assez… particulier, m’intriguait depuis un moment !

Résumé (source éditeur)

À Hollywood, un scénariste de série télévisée affronte un de ses collègues en duel. L’enjeu : la suite de leur histoire. L’arme choisie : une borne d’arcade de Pac-man.

Dans la banlieue infinie d’Alex et Marc, tout le monde est affilié à une marque et le gigantesque centre commercial représente la source de toute vie. Seule solution pour des ados privés du futur promis, trouver une drogue synthétisant le sense of wonder.

Sugarmaim, le groupe mythique des années 1990, se reforme sur fond de conspiration extraterrestre. Quel rapport entre le rock’n’roll et les civilisations galactiques qui nous observent ?

Auteur de plusieurs romans, essais et bandes dessinées, Laurent Queyssi signe ici son premier recueil de nouvelles, huit récits qui sont autant de visions obliques et décalées des mondes qui nous entourent.

L’auteur (source Wikipedia)

Laurent Queyssi est un traducteur et écrivain de langue française, né en 1975 à Marmande.
Il a publié deux romans, Neurotwistin’ (Les Moutons Électriques, 2006), L’Héritier du chaos (Mango, 2008) ainsi qu’un essai sur l’agent 007, Les Nombreuses Vies de James Bond (Les Moutons Électriques  2007). Après, Sous la Montagne, en 2008 chez Soleil, sa deuxième bande dessinée Blackline est parue en 2011 au Lombard. En 2012 il publie son premier recueil de nouvelles, Comme un automate dément reprogrammé à la mi-temps, et un thriller jeunesse, Infiltrés !, aux éditions Rageot.
Il travaille actuellement sur une série en bédé qui réinvente l’histoire du XXème Siècle, La Section infini et sur un polar situé dans le sud profond. Il fait également partie du comité éditorial de la revue Angle Mort et tient la chronique bédé/littérature dans l’émission + ou – geek.

Mon avis

Comme un automate dément reprogrammé à la mi-temps comprend 8 nouvelles de Laurent Queyssi, allant de 1999 à 2011, dont une inédite. Avec des thèmes qui reprennent l’éclectisme de l’auteur, comme les extra-terrestres, les univers parallèles, le rock, les jeux vidéos, les séries TV ou le cinéma ! Un vrai geek, non ?

Parmi celles-ci, j’ai plus particulièrement aimé les suivantes :

  • Sense of wonder 2.0 : la vie quotidienne de jeunes dédiés à des marques commerciales, dans des banlieues standardisées, et qui se rendent compte qu’ils n’auront pas le futur dont ils rêvaient.
  • Fuck City : une vision décapante de la découverte, puis de la visite des univers parallèles !
  • Rebecca est revenue : une pincée de poésie et d’amour pour lutter contre la tentation d’une vie uniquement virtuelle.
  • Planet of Sound (co-écrit avec Jim Dedieu) : une nouvelle écrite sous forme d’articles de journaux pour raconter les hauts et les bas d’un groupe de rock, musique sur laquelle les aliens se basent pour savoir si les humains sont dignes d’être contactés !
  • Nuit noire, sol froid : inspirée par la sonde Voyager, et par les premiers riffs du rock, un récit de voyage spatial, qui oppose histoire et imagination.

Difficile de résumer ces nouvelles, sans trop les déflorer. Malgré les thèmes qui sont souvent insolites – voire farfelus – a priori, ces histoires sont très bien écrites et l’idée de base s’intègre logiquement dans le récit !

Un bon recueil signé ActuSF, avec une présentation de chaque texte par l’auteur. Dommage que la préface de Xavier Mauméjean, sous forme d’exercice de style, soit déroutante, voire obscure. Mais c’est un détail qui ne doit pas détourner le lecteur de cet auteur que j’ai découvert à cette occasion, et que j’espère bien lire à nouveau très vite.

Lire aussi les avis de