la-stratégie-ender-orson-scott-card

La Stratégie Ender (le cycle d’Ender 1) – Orson Scott Card

la-stratégie-ender-orson-scott-card

Présentation
Après pas mal de pavés, j’avais envie d’un court roman. Et quoi de mieux que celui-ci, moins de 400 pages, mais Prix Nebula 1985 et Hugo 1986, excusez du peu !

Même s’il est titré comme étant le tome 1 du Cycle d’Ender, la Stratégie Ender se suffit à lui seul et n’exige pas de continuer la série.

Résumé (source éditeur)

Il y a cinquante ans, la flotte terrienne a réussi â repousser l’attaque des doryphores… Aujourd’hui pourtant, une nouvelle invasion menace.

Un programme militaire pour la formation des futurs commandants de la flotte est en cours, mais le temps est compté. Parmi les élèves-officiers – tous des surdoués, Andrew Wiggin, dit Ender, focalise toutes les attentions. Appelé a devenir un puissant stratège, il est le jouet des manipulations de ses supérieurs depuis sa naissance… Et cela le dépasse.

Car c’est entre ses mains que repose le sort de l’humanité.

Et Ender n’a que six ans.

L’auteur (source Livraddict)

Orson Scott Card (né le 24 août 1951 à Richland dans l’État de Washington) est un écrivain de science-fiction américain s’étant notamment illustré dans le sous genre de la fantasy .

Il reçut les prix Hugo et Nebula deux années consécutives, au titre de son Cycle d’Ender, ce qui constitue une première dans l’histoire de la science-fiction.

Né dans l’État de Washington aux États-Unis, il a été missionnaire au Brésil. Il est membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (mormons) et enseigne actuellement à Salt Lake City.

En 1977, il publie une première nouvelle, pour laquelle il obtient le prix John Campbell (meilleur nouvel auteur en science-fiction). En 1979, il publie son premier roman, Une planète nommée trahison.

En 1985, il publie la Stratégie Ender, récompensé à la fois par le prix Hugo et par le prix Nebula. La suite de ce roman, la Voix des morts, reçoit à nouveau le prix Hugo et le prix Nebula, une première dans l’histoire de la science-fiction.

Au cours des années 1990, il participe à la réalisation de plusieurs jeux vidéos chez LucasArts comme Loom, The Dig ou The Secret of Monkey Island.

Malgré le succès du cycle d’Ender, cet auteur est plutôt orienté vers la fantasy.

En 2005, il scénarise deux mini-séries de comics Ultimate Iron Man pour Marvel Comics dessinées par Adam Kubert et Pasqual Ferry.

On peut noter également qu’il est le père d’un enfant handicapé, ce qui a accentué sa tendance à l’empathie, et son souci des points de vue dans son écriture.

Mon avis

Très curieusement, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans la lecture de ce roman. Le début m’a semblé assez peu attractif, peut-être est-ce dû à l’atmosphère de paranoïa que l’on ressent. En effet, le héros, Ender, est surveillé constamment par des hommes qui épient, décortiquent chacun de ses gestes, et le manipulent. Et malgré son jeune âge, 6 ans, il est soumis à un traitement plutôt extrême ! Arraché à ses parents, maltraité par ses camarades, poussé sans cesse vers une excellence dont on se prend parfois à douter…

Difficile par ailleurs de ressentir que le personnage a réellement cet âge, puisqu’il est surdoué, traité comme un adulte, qu’il raisonne et parle tel quel.  Seuls quelques courts passages font allusion à son jeune âge.

Enfin, j’ai trouvé au roman quelques longueurs notamment dans la description des simulations de combat, l’auteur décrivant des manœuvres d’exercices qui m’ont paru assez peu intéressants.

Malgré tout, la seconde moitié du livre rattrape ces points négatifs, avec notamment un twist bien vu qui m’a agréablement surpris. La fin est assez ouverte pour pouvoir passer aux romans suivants si on le souhaite (il y a en tout 4 tomes). Pas sûr quand même que ce soit mon cas…

La Stratégie Ender est un bon roman de S.F. qui brasse plusieurs thèmes passionnants. Notamment, la manipulation des individus, bien sûr, dont on peut se demander si elle est justifiée ou pas. Mais aussi les médias, qui sont admirablement détournés à la fois par les gouvernements et le frère et la soeur d’Ender ! Et bien sûr la notion de guerre totale que se livrent les humains et les extra-terrestres même si le roman n’est pas basé sur l’action pure, mais sur la psychologie.

A lire aussi:

Les avis de LorkhanPetitePom’Jae_Lou – …

Publicités

18 réflexions sur “ La Stratégie Ender (le cycle d’Ender 1) – Orson Scott Card ”

  1. L’atmosphère du roman et la façon dont Ender est utilisé m’ont mises un peu mal à l’aise mais, à ma grande surprise, j’ai été complètement happée par le roman et je compte bien lire la suite (j’ai déjà le deuxième en stock). J’ai bien aimé aussi les thèmes qui sont abordés que j’ai trouvés très intéressants et la façon dont le côté psychologique est fouillé. Le seul point qui m’a gêné sur le plan psychologique est le personnage de Ender, qui ne m’a pas semblé crédible. J’avais l’impression que le personnage était un ado et, chaque fois que l’auteur rappelait son âge, ça me faisait tiquer.

    1. J’ai eu un peu de mal à accrocher au début, je pense que le style assez impersonnel/détaché/cynique en est la raison. Heureusement, cela a été mieux vers le milieu, et j’ai beaucoup aimé la fin.
      Merci d’être passé donner ton avis, et je vais aller visiter ton blog 😉

  2. La stratégie Ender est vraiment un super roman ! Les suites m’ont moins plu, car elles se passent beaucoup plus tard dans le temps, et je n’ai pas retrouvé l’atmosphère que j’avais aimé dans Ender.

  3. je suis une fan du cycle ^^ Le premier est difficile par la manipulation du personnage et le style détaché comme tu le dis. Malgré tout j’ai été happée et j’ai trouvé qu’il y avait une grande force, le genre de livre coup de poing. Pour l’âge, cela ne m’a pas posé soucis, ayant lu peu avant « a la poursuite des slans » où là le surdoué n’est pas crédible une seule seconde. Et puis je connais un peu ça de se sentir plus mature que son âge XD

    La suite est différente mais pour le coup encore plus passionnante. Très psychologique, mais cette fois c’est du space op’ entre plusieurs espèces. y’a un développement très puissant de la communication inter-espèce, du respect de l’autre, de la croyance aveugle… et chaque culture est décrite dans le détail (c’est de la hard sf pour le coup).

    bref je pourrais en parler longtemps XD Les critiques sont sur mon blog (sifflote)

  4. Je n’ai aps eu de mal a entrer dans l’histoire mais je reste un peu plus septique pour la fin, qui ne m’a pas convaincue, après al bataille/diplôme. LA psychologie, la manipulation sont probantes, c’est la politique qui m’a ennuyé, et la confrontation Amérique/Russie…

    Pas de suite prévue, pour ma part, dans l’immédiat, surtout si c’est du Hard SF !

    Biz

  5. Bonjour,
    cet article est assez ancien mais bon… Puisque le livre ne vous a pas trop accroché, est-ce que vous accepteriez de le vendre ? Cette édition est épuisée, d’où ma question… Merci 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s