Bifrost 85 : Thierry Di Rollo

Bifrost n° 85 dossier Thierry Di Rollo

Thierry Di Rollo est un auteur que je ne connais pas (je n’ai lu qu’une nouvelle de lui), ce numéro de la revue Bifrost est donc l’occasion d’en savoir plus.

Au menu, donc, longue biographie et analyse complète de ses oeuvres (une douzaine de romans publiés essentiellement au Bélial (edit : et un de plus à venir en mai), une quarantaine de nouvelles, quand même). Un parcours compliqué, des récits souvent sombres voire difficiles et déprimants, j’ai quand même repéré La Profondeur des Tombes (rien que le titre…), de la fantasy avec Bankgreen* et de la SF avec Drift. Abécédaire et long entretien complètent le portrait de cet auteur atypique (et lyonnais, cocorico).

La rubrique Scientifiction traite d’Intelligence Artificielle, les paroles d’éditeurs se tournent vers les nantais de l’Atalante (libraire et éditeur – faudra que j’y passe, aux prochaines Utopiales), une nouvelle rubrique nous présente le parcours de Nicolas Fructus (dont j’ai le Jadis, Ville Infinie à la maison), j’ai survolé le dézinguage des revues/fanzines et repéré quelques critiques de livres récents (dont plusieurs sont encensés alors que je les ai trouvés moyens), et le coin des sortie en poche. A noter que le prix des lecteurs a récompensé Laurent Kloetzer et Ken Liu pour lesquels j’avais voté, ça tombe bien. Les deux nouvelles sont à télécharger gratuitement sur le site de la revue (clic !) jusqu’à la fin du mois, magnez-vous !

Quatre nouvelles complètent le sommaire. Une rencontre entre un robot de combat abandonné et un jeune enfant survivant d’une guerre, plutôt réussie, est signée Elisabeth Bear. Une nouvelle d’Eric Brown raconte les péripéties assez « fun » d’un équipage de vaisseau spatial à la Firefly, sympa mais pas inoubliable. Ken Liu nous parle d’archéologie, enfin plutôt d’exo-archéologie avec des ruines aliens énigmatiques datant d’un million d’années et une conclusion qui m’a fait penser à Asimov ? Enfin, un space opera de Thierry Di Rollo conclut son numéro, avec une belle histoire atypique de pilote spatial… à demi-mort. Atypique, je vous dis !

Un numéro qui réussit à me donner envie de découvrir cet auteur, ce qui n’était a priori pas gagné. Bien joué.

*Edit : en novembre 2017 sortira au Bélial une intégrale de Bankgreen (deux romans – Bankgreen et Elbrön – et une novella inédite).

Publicités

26 réflexions sur “ Bifrost 85 : Thierry Di Rollo ”

    1. T’as tort, les nouvelles sont tops. Et le dossier est bien fait. Di Rollo a fait interview et article comme un roman ou une nouvelle. vraiment très prenant. Il explique beaucup son enfance, ce qui éclaire sa biographie.

      J'aime

  1. Yep, je suis dessus en ce moment, et je plussoie ton billet. Après, j’avais déjà lu Number 9 et La Solitude de l’ours blanc de Di Rollo, et j’avoue être assez client de la sombritude du bonhomme, ce qui fait que moi, ce numéro, il me parle. ^^

    J'aime

  2. J’ai lu deux Thierry Di Rollo il y a quelques années (Le Choix du Quêteur et la Profondeur des Tombes). Les deux m’avaient donné l’impression d’un esprit bien torturé. Il a par contre des idées originales, et j’ai souvenir d’avoir été assez étonné par l’évolution du fil narratif de ses histoires.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s