Djinn la Maudite – Jean-Louis Fetjaine

Djinn la Maudite - Jean-Louis Fetjaine

Premier livre que je lis de Jean-Louis Fetjaine, Djinn nous replonge au temps des croisades, au milieu des intrigues et des luttes intestines du Moyen-Orient médiéval.

Résumé

(source éditeur)

1130, Princée d’Antioche – au nord de l’actuelle Syrie.

Fille du roi Baudouin de Jérusalem, la princesse Alix d’Antioche s’apprête à accoucher en secret de son enfant illégitime, fruit de ses amours avec le connétable Renaud Mazoir. Personne ne doit apprendre cette naissance : sa mère a décidé que l’enfant ne survivrait pas.

Mais son père, prévenu par ses informateurs, arrive à temps pour le sauver. L’accoucheuse, elle, est sacrifiée, non sans avoir jeté sur Alix une malédiction : l’esprit malin d’un Djinn s’attache désormais à ses pas.

Mis à l’abri des velléités meurtrières de sa mère, le nouveau-né grandira au sein de la mystérieuse secte des Assassins ; son destin sera lié à celle-ci. Et la princesse maudite, poussée par son ambition dévorante, se voit emportée dans les tourments d’une terre dont l’histoire s’écrit trop souvent dans le sang…

De Byzance à Jérusalem, d’Alep à Damas, une grande fresque où se côtoient l’histoire et le fantastique, dans le fracas des batailles incessantes entre Turcs, Byzantins et Croisés.

L’Auteur

(source éditeur)

Jean-Louis Fetjaine est né en 1956. Diplômé de philosophie et d’histoire médiévale, il est journaliste et éditeur. L’immense succès de sa Trilogie des Elfes (Belfond, repris chez Pocket) a fait de lui un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy. Le Pas de Merlin (prix Imaginales 2003) confirme sa popularité ainsi que sa série Les Reines pourpres.

Mon avis

Djinn est au croisement du roman historique et d’un récit de fantasy. Il est situé dans un contexte particulièrement ardu, le Moyen-Orient des années 1100 où de multiples factions, religieuses ou pas, s’affrontent et se disputent ce pays où « seuls poussent les cailloux ». Pas évident donc au début du roman de savoir qui est allié avec qui, qui trahit qui, et de s’y repérer un petit peu (heureusement, des cartes en début de volume permettent de s’y retrouver un peu dans les frontières et les zones d’influence des uns et des autres).

L’héroïne principale, Alix d’Antioche, femme ambitieuse qui ne rêve que d’accéder au trône, usera de tous les moyens, même les moins avouables pour arriver à ses fins. Maudite lors de son accouchement, alors qu’elle voulait se débarrasser de l’enfant illégitime qui pouvait la déshonorer, elle va hériter de pouvoirs magiques maléfiques puisqu’un mauvais djinn (génie oriental) va prendre possession d’elle.

Guerres, combats et escarmouches vont se succéder, ainsi que luttes d’influence diplomatiques entre les divers peuples qui composent alors les habitants de la région : turcs, sarrasins, francs, assassins… Sans compter l’aspect religieux – on est quand même en pleine période de Croisades. L’érudition de l’auteur force le respect, même si je me suis parfois un peu senti perdu parmi tous ces protagonistes.

Il en ressort quand même quelques personnages passionnants, tels le connétable Renaud Mazoir, archétype du chevalier droit et fidèle. Mais aussi Saïf Ibn Ammar, seigneur de la secte des Assassins, qui a élu domicile au sommet de montagnes escarpées dont les bois alentours sont gardés par des créatures surnaturelles. Les deux devenant amis, ou en tout cas se témoignant un profond respect. On notera aussi la présence de la troublante Malaïka… Et bien sûr il y a la belle Alix, décidée à régner coûte que coûte, mue à la fois par son ambition personnelle et par le mauvais génie qui la hante et la pousse aux pire atrocités.

En conclusion, j’ai apprécié cette fantasy historique orientale dépaysante, un brin exigeante mais qui embrasse bien la complexité de cette région du monde (complexité qui n’a pas disparu, loin de là, on pourra d’ailleurs déceler ici ou là quelques allusions à des situations plus récentes).

D’autres avis : AlbédoAu Pays des Cave Trolls – Bibliocosme (Boudicca) – Lorhkan –  Le Monde d’Elhyandra – …

Bonus : interview chez ActuSF

Publicités

30 réflexions sur “ Djinn la Maudite – Jean-Louis Fetjaine ”

  1. Je trouve la couverture étonnante, on dirait presque plus celle d’une BD que celle d’un roman. En tout cas, j’avais repéré ce livre, et ta critique ne fait que confirmer le bon feeling que j’avais à son sujet. Merci !

    J'aime

  2. J’avais beaucoup aimé sa trilogie des elfes (moins son dyptique autour de Merlin), le pitch de ce roman ainsi que ta critique me donnent envie d’aller jeter un oeil sur ce nouveau roman ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s