L’Etrangère – Gardner Dozois

L'Étrangère de Gardner DOZOIS

Les histoires d’amour finissent mal, en général, même avec des extra-terrestres !

Résumé

(source éditeur)

La première fois que Joseph Farber vit Liraun Jé Genawen, il la trouva pleine de mystères. C’était durant l’Alàntene, « la Pâque du solstice d’hiver, l’Ouverture-des- Portes-de-Dûn » sur la planète Lisle. Pour l’extraterrestre, Farber bravera tous les interdits et tabous, jusqu’à se faire modifier génétiquement pour pouvoir s’unir à elle. Et pourtant, comme toutes les plus grandes histoires d’amour, leur idylle connaîtra une fin tragique…

Nouvelliste et anthologiste inséparable de son complice George R.R. Martin, Gardner Dozois est un auteur rare. L’Étrangère, fable crépusculaire et mélancolique, inscrit ses héros dans la grande tradition des amants maudits.

Editeur : ActuSF – Date de parution : juin 2016 – Traduction : Jacques Guiod – 264 pages

L’Auteur

(d’après Wikipédia)

Écrivain délicat au style personnel et spécialiste de la nouvelle, il a remporté le prix Nebula de la meilleure nouvelle courte à deux occasions : pour Apaisement (The Peacemaker) en 1983 et pour Enfant du matin (Morning Child) en 1984. . Il a également écrit un roman en solo, L’Étrangère (Strangers) (1978), et en collaboration avec George Alec Effinger, Poison bleu (Nightmare Blue) (1975).

Il a remporté treize prix Hugo comme meilleur rédacteur en chef de magazine professionnel. C’est également un anthologiste réputé. Après avoir quitté le magazine Asimov’s Science Fiction, il publie The Year’s Best Science Fiction, anthologie annuelle créée en 1984. Il a aussi publié d’autres anthologies à thèmes : Cats, Dinosaurs, Seaserpents, Hackers. Son compère Michael Swanwick a publié en 2001 Being Gardner Dozois, un livre-interview de Dozois portant sur son œuvre. Il reçoit le prix World Fantasy de la meilleure anthologie 2014 en compagnie de George R. R. Martin pour Dangerous Women.

Mon avis

L’étrangère est un curieux et atypique roman de SF. Joseph Farber, l’un des rares hommes à avoir la chance de se déplacer dans l’espace, se retrouve sur la planète Lisle peuplée par les humanoïdes Cians. Appréciant peu ses confrères humains, cantonnés comme lui dans une Enclave à l’écart des extra-terrestres autochtones, il déambule dans la cité proche et observe ces aliens si proches et à la fois si différents des humains. Il fait alors la rencontre d’une créature qui le trouble et dont il tombe amoureux. Et la réciproque est vraie, au point qu’un mariage a lieu et que Joseph va subir les interventions qui vont le rapprocher génétiquement des Cians afin de pouvoir enfanter. Mais les différences de culture compliquent singulièrement les choses. Les non-dits sont nombreux et l’incompréhension règne vite, malgré l’amour existant, montré ou caché.

Bien sûr, outre l’aspect contact et découverte de la culture alien, on peut voir ce roman sensible et délicat comme une allégorie de l’amour entre deux êtres humains, qui parait parfois si absolu mais si difficile à faire durer. Connait-on vraiment l’autre ? Peut-on vraiment le satisfaire et lui donner ce qu’il recherche ? Les apparences, l’éducation, la culture sont des choses tellement compliquées que les liens peuvent se distendre alors que tout laisse à croire que les choses pourraient bien se passer. Et malgré les efforts, les sacrifices, tout reste compliqué.

Un livre qui n’est pas destiné aux amateurs de space opera pétaradant mais plutôt aux fans de Le Guin ou de Léourier, avec des questions profondes, un rythme lent mais prenant, sensible et émouvant.

Ce livre a reçu le Prix Lucioles de l’Imaginaire 2016, du nom de la libraire de ma bonne ville de Vienne qui l’a décerné.

D’autres avis : Le Chien CritiqueLorhkan – Nevertwhere – Un Papillon dans la Lune – Quoi de Neuf sur ma Pile –  …

Challenges

Dix-neuvième chronique pour le challenge « maison » Summer Short Stories of SFFF saison 3

Challenge Summer Short Stories of SFFF - saison 3

Douzième chronique pour le challenge de Lhisbei : Summer Star Wars Rogue One

challenge summer star wars rogue one

 

Publicités

13 réflexions sur “ L’Etrangère – Gardner Dozois ”

  1. Avant d’arriver à la fin de ta chronique je me suis dit « tiens c’est un peu dans le genre Le Guin ». La fin me l’a confirmé ^^. Je vais justement commencé les Dépossédés de Le Guin. J’aime beaucoup les textes SF anthropologiques. L’Étrangère m’a l’air pas mal en ce sens. Je le note !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s