Bloody Rose – Nicholas Eames

bloody-rose-nicholas-eames

J’avais beaucoup aimé Kings of the Wyld, le premier tome de la série The Band de Nicholas Eames. Je me suis logiquement lancé dans la suite, Bloody Rose, qui je pense est même meilleure !

Résumé

(source éditeur)

Tam Hashford is tired of working at her local pub, slinging drinks for world-famous mercenaries and listening to the bards sing of adventure and glory in the world beyond her sleepy hometown.

When the biggest mercenary band of all, led by the infamous Bloody Rose, rolls into town, Tam jumps at the chance to sign on as their bard. It’s adventure she wants – and adventure she gets as the crew embark on a quest that will end in one of two ways: glory or death.

It’s time to take a walk on the wyld side.

Editeur : Orbit – Date de parution : 28/08/2018 – 560 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Nicholas Eames est né de parents infiniment patients et au soutien indéfectible à Wingham, en Ontario. Bien qu’il ait fréquenté le collège des arts du spectacle, il a renoncé au théâtre pour poursuivre la profession infiniment plus accessible de « romancier de fantasy épique ». Nicholas aime le café noir, le whisky pur, le mois d’Octobre, et les jeux vidéo. Il vit actuellement en Ontario, au Canada, et est très probablement en train d’écrire en ce moment.

Mon avis

Bloody Rose est la suite de Kings of the Wyld, sans l’être vraiment puisqu’on change de personnages principaux et d’époque (quelques années plus tard). Pour autant, les nombreuses allusions au premier opus font qu’il est quasiment obligé, et très fortement conseillé, de passer par lui avant de démarrer cette lecture.

Cette fois, l’action se concentre sur la jeune Tam, serveuse dans une auberge où passent de nombreux groupes d’aventuriers. Enfin, aventuriers, il faut le dire vite car les héros (aux spécialités très inspirées de Dungeons & Dragons) vont plutôt d’arènes en arènes combattre des monstres captifs, à la manière des groupes de musiques en tournée, plutôt que dans la campagne tuer du monstre en liberté. Une situation déjà vue dans le premier tome mais ici même amplifiée puisqu’il n’y a quasiment plus de monstres errants, tellement les aventuriers ont « pacifié » ce monde de fantasy.

Suite aux combats du premier tome, une nouvelle horde se forme et tous les héros se ruent vers celle-ci pour la stopper. Mais un groupe décide de continuer sa tournée, Fable, dirigée par la célèbre Bloody Rose, la fille du célébrissime Golden Gabe déjà connu des lecteurs. Rose, délivrée par Gabe et ses amis dans le premier tome, a toujours un compte à régler avec son propre ego, qui supporte mal ce fait, et aimerait sortir de l’ombre de son père. Au point de mener son groupe au bout du monde, sur les traces d’un monstre légendaire qui pourrait bien avoir raison d’eux.

C’est là que Tam intervient et rejoint les héros de Fable, en tant que barde (elle est elle-même fille d’une chanteuse connue et disparue). On n’échappera pas au désormais rituel running gag sur les bardes qui ne survivent jamais aux aventures, mais Tam va bien réussir à s’intégrer à la petite bande constituée de Rose, cheveux rouges et tempérament de feu, son amant druin (sorte d’elfe aux oreilles de lapin), du shaman Brune (qui peine à se métamorphoser en animal) et de la magicienne Cura, capable de donner vie aux monstres tatoués sur sa peau. Sans oublier leur imprésario et chauffeur, un satyre nommé Roderick !

bloody-rose-nicholas-eames
illustration de Felix Ortiz

Le récit alterne phases de calme et de combats, humour et émotion, Nicholas Eames étant très doué pour instiller une grande tendresse entre ses personnages et le lecteur. A ce titre, le recrutement de Tam, et son départ de la maison où elle vit avec son père (qui ne veut pas qu’elle prenne la route) est un grand moment. Les personnages forment une vraie famille, se chamaillent, se disputent mais volent au secours les uns des autres, tout en se respectant et en s’adorant.

L’action est bien sûre toujours là, avec de nombreux monstres issus du bestiaire de D&D : géants, gnolls, trolls, dragons, wyvern, armée de zombies et même des ours-hiboux ! Les amateurs de combats dantesques seront servis, il y a de quoi faire et Eames arrive toujours à renouveler son histoire et à l’orienter vers des chemins inattendus. Je suis resté plusieurs fois « choqué » par ses décisions qui ne sont pas les plus courantes en fantasy mais surprennent agréablement le lecteur.

Avec un monde de fantasy hommage à D&D, des personnages très travaillés et attachants, ce roman est aussi une ode à la différence et un appel à la tolérance, tout en intégrant de nombreuses références musicales . Que ce soit dans les noms des groupes ou des villes, par exemple, et bien sûr dans les tournées. Avec un humour sous-jacent mais jamais envahissant (on ne sombre pas dans le loufoque), et surtout en mettant l’accent sur le fait qu’un groupe est ou devient une famille. Je disais en introduction que Bloody Rose me semblait meilleur que Kings of the Wyld et je persiste, c’est vraiment une excellent saga (sic) qui gagne à être connue (elle devrait arriver en France prochainement selon les informations apophisiennes). Maintenant, j’attends avec impatience le prochain tome, même si celui-ci a une vraie fin et qu’il n’y a donc pas de frustration. Si ce n’est celle de dire au revoir à ces personnages que j’ai vraiment appréciés…

Bonus : playlist sur Spotify

D’autres avis : Le Culte d’ApophisL’Ours Inculte – …

Commander : brochéebook Kindle (liens affiliés)

Publicités

8 commentaires sur “Bloody Rose – Nicholas Eames

  1. (merci pour le lien)

    On est tous d’accord pour le moment, ce second opus est encore mieux que le précédent, qui était pourtant déjà excellent. Et je suis totalement d’accord, il y a de sacrés moments de vraie émotion là-dedans. Vivement la suite, et merci pour cette excellente critique 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour le lien aussi !
    Effectivement tu décris bien la tendresse et l’impression de cohésion « familiale ». Dès le recrutement de Tam j’ai failli verser ma petite larme, ça commençait très fort. J’ai hâte de lire le 3

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, ça ne me parait pas une lecture idéale, outre le fait que ce soit un second tome. C’est très référencé D&D et groupes de hard rock, il y a pas mal de violence et un peu de sexe… Il y a sans doute plus approprié.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.