Kings of the Wyld – Nicholas Eames

kings-og-the-wild-nicholas-eames

Petit détour par la V.O. avec ce premier tome d’une saga d’un groupe d’aventuriers nommé… Saga !

Résumé

(source éditeur)

Clay Cooper and his band were once the best of the best, the most feared and renowned crew of mercenaries this side of the Heartwyld.

Their glory days long past, the mercs have grown apart and grown old, fat, drunk, or a combination of the three. Then an ex-bandmate turns up at Clay’s door with a plea for help–the kind of mission that only the very brave or the very stupid would sign up for.

It’s time to get the band back together.

Editeur : Orbit – Date de parution : février 2017 – 544 pages

L’Auteur

(source auteur et Babélio)

Nicholas Eames est né de parents infiniment patients et au soutien indéfectible à Wingham, en Ontario. Bien qu’il ait fréquenté le collège des arts du spectacle, il a renoncé au théâtre pour poursuivre la profession infiniment plus accessible de « romancier de fantasy épique. » Kings of the Wyld est donc son premier roman et le premier de la trilogie The Band. Nicholas aime le café noir, le whisky pur, le mois d’Octobre, et les jeux vidéo. Il vit actuellement en Ontario, au Canada, et est très probablement en train d’écrire en ce moment.

Mon avis

Que deviennent les héros une fois rattrapés par la limite d’âge ? Deviennent-ils gardes d’un petit village, comme Clay ? Magicien effectuant des recherches sur une maladie mortelle, comme Moog ? Souverain obèse (et cocu) d’un petit royaume comme Matrick ?

Telles sont les destinées de certains des membres du groupe Saga, anciennes « stars » ayant affronté moult dangers mortels en leur jeunesse. Un temps béni qui les a vu tuer des monstres fabuleux et gagner gloire et richesse. Mais cette époque révolue est derrière eux et le groupe s’est séparé.

jusqu’à ce que Rose, la fille de Gabriel, se retrouve en danger mortel en voulant marcher sur les traces de son père en tant qu’aventurière. L’équipe vieillissante va donc se reformer afin de lui venir en aide, enfin, s’ils ne meurent pas en route…

Chaudement recommandé par deux « monstres » sacrés de la blogosphère, Apophis et l’Ours Inculte, j’ai donc franchi une fois de plus l’écueil de la V.O. pour me lancer dans cette lecture qui parle à la fois à mes goûts musicaux (les aventuriers faisant furieusement penser à un groupe de hard rock) et à mon lointain passé rôliste puisque l’ambiance et les monstres ne détonneraient pas dans une partie de Dungeons & Dragons !

 

(KotW – AC/DC même combat)

Je ne suis habituellement pas très fan de romans qui mêlent action et humour mais ici, le mélange est bien dosé, les clins d’oeil nombreux, et surtout… les personnages sont attachants. Clay, le guerrier dont l’arme principale est un bouclier en bois d’ent, rappelle le bassiste du groupe et en est le ciment, même s’il n’est pas le plus charismatique. Gabriel, alias Golden Gabe, rappelle le chanteur/guitariste. Ganelon, le guerrier sanguinaire, le guitariste solo. Moog, le magicien… ne rappelle personne et fait souvent n’importe quoi ! Enfin, Matrick, le roi déçu et déchu, préfère partir que les routes que de subir sa femme.

Surclassés par les héros plus jeunes, rackettés (plusieurs fois !) par un groupe de filles (la honte !), humiliés par un grand méchant sorcier (presque-elfe) à oreilles de lapin (si, si !), les vieux croulants vont montrer qu’ils ne sont pas encore finis en dérobant une épée magique à leur ancien manager peu scrupuleux, en s’aventurant dans une forêt maudite, en volant un navire volant, en combattant un dragon ou encore une horde de milliers de monstres. Et bien d’autres choses !

Une grande « saga » tragi-comique savamment dosée, sans excès de pitreries, avec des personnages intéressants ayant chacun leur personnalité propre et un côté attachant. Avec en filigrane un côté nostalgique et des tonnes de références au jeu de rôle, bref une bonne lecture de fantasy détente accessible malgré la V.O. (merci quand même au dictionnaire Kindle intégré, dommage par contre que la carte du monde soit peu lisible). J’attends maintenant de pied ferme la suite consacrée à la fille de Gabe, titrée Bloody Rose, et sous-titrée Girls just want to have fun, tout un programme !

D’autres avis : Apophis – l’Ours Inculte

Commander : format papier – format Kindle (liens affiliés)

Bonus

Publicités

21 commentaires sur “Kings of the Wyld – Nicholas Eames

  1. Merci pour le clin d’œil 😉 J’étais sûr que tu apprécierais : vu tes goûts musicaux et ton passé de rôliste, tu ne pouvais qu’aimer. Et oui, vivement Bloody Rose ! Si ce n’est qu’à moitié aussi bien, on va se régaler 😀

    Sinon, d’après le site de l’auteur, les droits français ont été vendus. Il ne précise pas à qui, mais peu importe, cela veut dire que tous nos petits camarades non-anglophones vont pouvoir en profiter aussi, hourra !

    Aimé par 2 personnes

  2. Ah! toi aussi, tu te laisses convaincre avec des titres qui ne te pralaient pas forcément. Ils sont forts, n’est-ce pas?
    Ben, ton avis ne va pas arranger mon tour de PAL déjà que l’achat était quasi entériné…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.