Archives du mot-clé Médiéval

Royaume de Vent et de Colères – Jean-Laurent Del Socorro

Royaume de Vent et de Colères Jean-laurent Del SocorroAvec des critiques dithyrambiques lues ça et la chez mes collègues blogueurs, j’étais très tenté d’acheter Royaume de Vent et de Colères, premier roman écrit par Jean-Laurent Del Socorro. Et je l’ai fait d’autant plus facilement que j’ai pu bénéficier d’une promotion sur la version numérique 🙂 Lire la suite Royaume de Vent et de Colères – Jean-Laurent Del Socorro

Le Sentiment du Fer – Jean-Philippe Jaworski

Le Sentiment du Fer - Jean-Philippe JaworskiRetour avec Jean-Philippe Jaworski dans l’univers du Vieux Royaume, découvert dans Janua Vera puis le célébrissime Gagner la Guerre avec ce recueil nommé Le Sentiment du Fer.

Lire la suite Le Sentiment du Fer – Jean-Philippe Jaworski

Mordred – Justine Niogret

Mordred Justine Niogret

Présentation

J’étais un peu inquiet avant de commencer la lecture de ce nouveau livre de Justine Niogret. Chien du Heaume m’avait plu, mais Mordre le bouclier nettement moins, et je n’avais pas aimé sa nouvelle dans l’Anthologie Reines et Dragons. Enfin, les passages que j’avais parcouru de son post-apo Gueule de Truie m’avait largement dissuadés de l’acheter. Retour à la fantasy, ou du moins au médiéval, cette fois, avec ce récit dédié au chevalier félon Mordred. Lire la suite Mordred – Justine Niogret

Janua Vera – Jean-Philippe Jaworski

Janua_Vera-Jean-Philippe_Jaworski

Présentation

Alors que j’hésitais depuis un bon moment à acheter Gagner la Guerre, auréolé de bonnes critiques mais au poids imposant (un pavé de près de 1000 pages, en tout cas en version poche), mon excellent libraire grenoblois m’a incité à découvrir Jean-Philippe Jaworski par l’intermédiaire de Janua Vera. Un recueil de nouvelles ayant pour cadre le Vieux Royaume, dans une belle édition augmentée chez Les Moutons Électriques (maison lyonnaise donc forcément recommandable^^).

Et je ne peux que me féliciter de l’avoir écouté !

Lire la suite Janua Vera – Jean-Philippe Jaworski

Mordre le bouclier – Justine Niogret

mordre-le-bouclier-justine-niogret

Présentation

J’avais beaucoup aimé Chien du heaume et le style de Justine Niogret, je n’ai donc pas attendu la sortie en poche de la suite, Mordre le bouclier, et je l’ai acheté lors du festival de la SF de Lyon. La présence du stand de l’éditeur Mnémos, et la superbe couverture (de Johann Bodin), m’ont fait craquer !

Résumé (source éditeur)

Castel de Broe. Six mois ont passé depuis la mort de Noalle et Chien du heaume, anéantie par la perte de ses doigts, s’abîme dans la contemplation de sa griffe de fer, cadeau de Regehir le forgeron. Bréhyr entend lui redonner vie et l’entraîne sur les routes à la recherche du dernier homme qu’elle doit tuer: Herôon. Parti en Terre sainte, celui-ci reviendra par le Tor, une tour mythique où le monde des vivants s’ouvre à celui des morts. Les deux guerrières remontent alors le sillage de sang, de larmes et de pourriture des croisades, arpentant côte à côte la voie de la folie et de la vengeance. Dans ce calvaire, Chien rencontrera Saint Roses, chevalier à la beauté d’icône, au savoir de maestre et dont la foi s’est érodée au pied des hautes murailles de Jérusalem. Une faible lueur qui annonce peut-être un espoir de rédemption.

L’auteur (source éditeur)

Née en 1978 et vivant aujourd’hui dans les Alpes-Maritimes, Justine Niogret est amoureuse de la fantasy et du Moyen Âge. Elle approfondit ses connaissances romanesques et théoriques en pratiquant la forge et l’équitation.

Mon avis

Suite directe de Chien du heaume, je pense qu’il est indispensable de lire le premier pour bien comprendre l’histoire et les psychologies des personnages. Car c’est dans l’esprit des deux personnages principaux, Chien et Bréhyr, que va se passer une bonne partie du roman. Si « Chien du heaume » comprenait quelques longueurs entre des scènes d’action fulgurantes, « Mordre le bouclier » est beaucoup plus axé sur les questionnements intérieurs des deux héroïnes. Peu d’action, mais un long cheminement qui les voit quitter le Castel de Broe, pour aller temporairement s’installer dans une grande ville, avant de rejoindre un fort abandonné, où elles vont attendre le retour d’un ennemi de Bréhyr, qui veut assouvir une vengeance implacable.

L’occasion bien sûr de creuser la psychologie des personnages et de leur faire rencontrer d’autres anti-héros perdus, tels ce chevalier infirme ou cette maigrichonne porteuse d’arbalète. Justine Niogret confirme son style, avec un ensemble d’une haute tenue et des dialogues incisifs.

Mais j’ai trouvé ce roman un peu au dessous de « Chien du heaume ». Peut-être parce que le premier m’a beaucoup surpris, et énormément plu. Ou plus sûrement car il est plus lent et moins rythmé que le précédent, avec de longues pages d’interrogations existentielles. Pour autant, cela reste un très bon livre, et la fin, sans la dévoiler, est d’une grande puissance, tout en ayant un côté onirique très développé. Si vous avez aimé « Chien du heaume », vous ne pourrez logiquement qu’apprécier sa suite.

A noter un lexique moins hilarant que celui de « Chien du heaume » mais qui confirme le sens de l’humour assez particulier de Justine Niogret, et une postface de Jean-Philippe Jaworski, qui apporte quelques éléments très intéressants sur la composition du récit.

Lire aussi les avis de :

CITRIQ

Chien du heaume – Justine Niogret

chien-du-heaume-justine-niogret

Présentation

J’avais lu beaucoup de bien de Chien du heaume, et été intrigué par le titre du roman, peu banal quand même. Avec sa pléthore de prix littéraires (Grand prix de l’imaginaire 2010, Prix des Imaginales 2010, Meilleur roman français, excusez du peu…), je n’ai donc pas hésité à le prendre dans sa version livre de poche. D’autant que sa faible épaisseur fait du bien entre les pavés auxquels semblent être abonnées mes lectures préférées !

Résumé (source éditeur)

Chien du heaume, un surnom gagné au prix du sang et de la sueur par celle qui ne possède plus rien que sa hache, dont elle destine la lame à ceux qui lui ont pris son nom. Mais en attendant de pouvoir leur sortir les viscères, elle loue son bras et sa rage au plus offrant, guerrière parmi les guerriers, tueuse parmi les loups. De bien curieuses rencontres l’attendent au castel de Broe où l’hiver l’a cloîtrée : Regehir, le forgeron à la gueule cassée, lynge à la voix plus douce que les moeurs, le chevalier Sanglier et sa cruelle épouse de dix printemps. Au terme de sa quête, Chien trouvera-t-elle la vengeance, la rédemption ou… autre chose ?

L’auteur (source éditeur)

Née en 1978 et vivant aujourd’hui dans les Alpes-Maritimes, Justine Niogret est amoureuse de la fantasy et du Moyen Âge. Elle approfondit ses connaissances romanesques et théoriques en pratiquant la forge et l’équitation.

Mon avis

Chien du heaume est une vraie bonne surprise ! Captivé dès le prologue, qui donne tout de suite le ton de ce qui va suivre, j’ai dévoré rapidement le roman.

Un livre court, direct, âpre et sombre. J’ai beaucoup aimé le style de Justine Niogret qui reste accessible bien qu’utilisant des expressions médiévales.  De courts chapitres, des passages remarquables de sobriété, au service d’une histoire et de personnages originaux.

On nage en plein Moyen-Age, tel qu’il a dû être réellement plutôt que tel que nous le supposons (ou l’imaginons ou le fantasmons !). A ce titre, l’étiquette fantasy accolée au roman peut paraître trompeuse, car vous ne trouverez pas dans cette histoire d’elfes ou de dragons, de magiciens ou de monstres. Quoique l’on puisse avoir un léger doute sur certains personnages, et que les pires monstres sont souvent parmi nous…

Une histoire qui parle de la quête de son nom, de ses racines et de son histoire. Mais aussi du temps qui passe, lentement comme l’hiver dans un château glacial, de la fin d’une époque, où les chevaliers vont peu à peu disparaître.

A noter la présence d’un lexique hilarant en fin de tome, qui prend d’autant plus de force que l’histoire lue précédemment est rude et nous donne peu l’occasion de sourire. Un sacré contraste !

Premier livre de Justine Niogret, Chien du heaume est une grande réussite. Des premiers pas impressionnants !

Il me tarde maintenant de poursuivre les aventures de Chien, dans Mordre le bouclier !

D’autres avis chez :

CITRIQ