Les Créateurs – Thomas Geha (Des Nouvelles du Dimanche #4)

thomas geha les createurs critic

Présentation

Je lorgnai sur le recueil de nouvelles de Thomas GehaLes Créateurs, depuis un petit moment, et la chance m’a souri car je l’ai gagné sur le blog de Lune suite à ma participation au fameux challenge JLNN ! Et hop, ce sera donc aussi un article Des Nouvelles du Dimanche.

Résumé (source éditeur)

Il était une fois rien du tout. Il était une fois six histoires où des hommes et des femmes se trouvent confrontés à des situations improbables, quoiqu’étrangement familières. Et si vous pouviez faire revivre un être disparu ? Et si votre rêve le plus fou pouvait se réaliser ? Et si votre vie était factice ? Et si l’amour n’était qu’un éternel recommencement ? Et si…

Voulons-nous vraiment connaître le jardin secret des personnes que l’on aime ? Quel prix sommes-nous prêts à payer pour le découvrir  Toutes les vies animées au coeur de ces pages participent à la création d’univers originaux ou alternatifs, proches du nôtre ou éloignés, réalistes ou fantasmagoriques. Mais tous ces univers, tous ces personnages introduisent les mêmes questions essentielles : qui sommes-
nous et d’où venons-nous ? Qui donc se cache derrière nos existences et nos destins ? Les nouvelles composant ce recueil ne tentent pas de répondre à ces questions, elles les explorent avec toujours la même ambition : découvrir qui nous sommes au travers de notre humanité.

L’auteur (d’après Wikipédia)

Thomas Geha est un écrivain français né en 1976 à Guingamp. Il est l’auteur d’une vingtaine de nouvelles en revues ou anthologies et d’une demi-douzaines de romans qui se réclament de l’influence de Jack Vance et, surtout, de Julia Verlanger, comme il le dit dans une interview sur le site ActuSF. Il a été plusieurs fois finaliste du Prix Rosny aîné et lauréat en 2013 pour sa nouvelle Les Tiges.

Mon avis

Après avoir découvert Thomas Geha à la lecture du Sabre de Sang, un diptyque de fantasy (dont vous pouvez retrouver mes avis ici et ), j’avais bien l’intention de continuer à le découvrir, notamment avec Les Créateurs, recueil de nouvelles déjà parues (et révisées pour l’occasion) accompagnées d’une inédite. Voici mes avis.

La Voix de monsieur Ambrose : une plongée dans le Paris de la fin du XIXe siècle, très bien documenté et rendu, en suivant un acteur de théâtre qui rate de grandes opportunités à cause d’une voix trop timide. A mi-chemin entre pacte faustien et réflexions allégoriques sur l’art et la création, un joli texte, peut-être un peu frustrant par une fin chargée d’incertitudes.

Là-bas : Thomas Geha visite Prague et revisite le mythe du Golem dans une histoire de malédiction, plutôt classique mais bien écrite.

Copeaux : un joli conte de Noël, tendre et délicat, avec une jeune fille élevée par ses parents. Un texte émouvant qui confine au fantastique sur la fin.

Bris : une histoire d’amour étrange avec pertes de mémoire, magie, tarot et un peu de nano-technologies ! Étrange, disais-je…

Dans les jardins : l’histoire posthume d ‘un homme tombé amoureux d’une maison et des ses jardins, au point que ceux-ci lui ont bien rendu. Un texte fantastique là aussi sensible et agréable, empreint de nostalgie.

Sumus vicinae : sans doute celui que j’ai le moins apprécié, peut-être car il mêle trop d’influences. Partitions musicales, faux-semblants, existence factice, castes de créatures et magie, l’ensemble m’a paru un peu trop hétéroclite.

Un bon recueil de nouvelles qui n’a finalement qu’un seul défaut, celui d’être trop court ! Et qui m’a permis de découvrir un autre Thomas Geha, dans des textes très bien écrits et émouvants, où le quotidien, les souvenirs, la magie et le fantastique sont entremêlés.

D’autres avis chez : LuneBook en StockBlackwolf – Lorhkan – …

Retrouvez Thomas Geha au travers des critiques de ses oeuvres et ses interviews sur le site Book en Stock qui lui dédie le mois de février 2014 !

je lis des nouvelles et novellas
JLNND #4
Publicités

7 réflexions sur “ Les Créateurs – Thomas Geha (Des Nouvelles du Dimanche #4) ”

  1. Ca surprend hein ? 😉
    On passe d’un Thomas Geha plutôt romans d’aventures populaires à un Thomas Geha beaucoup plus personnel, plus doux, plus introverti. Moi j’adore ! Une des mes lectures marquantes de 2013.

    1. C’est sûr, j’en avais lu du bien, et je n’ai pas été déçu. Par contre, très différent du « Sabre de Sang » ou de « Sous l’ombre des Etoiles » que je viens de finir !

  2. Comme toi, je viens de finir « sous l’ombre des étoiles » et « le sabre de sang ! ». De bons moments de lectures, son style devrait s’adapter parfaitement aux nouvelles, car il est précis dans ses écrits et ne s’embarrassent pas de détails superflus ! Tu as l’air de confirmer par ton enthousiasme. Je note donc ! Belle journée Xapur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s