L’Océan au bout du chemin – Neil Gaiman

L'ocean au bout du chemin neil gaimanCela faisait bien longtemps que je n’avais pas lu du Neil Gaiman (mis à part une courte nouvelle dans une anthologie). Depuis la sortie en poche d’American Gods en fait, tandis que Nevertwhere sommeille dans ma PAL…

Résumé (source éditeur)

« Les adultes suivent les chemins. Les enfants explorent. » De retour dans le village de sa jeunesse, un homme se remémore les événements survenus l’année de ses sept ans. Un suicide dans une voiture volée. L’obscurité qui monte. Et Lettie, la jeune voisine, qui soutient que la mare au bout du chemin est un océan…

L’Auteur (d’après Wikipedia)

Neil Gaiman naît le 10 novembre 1960 à Portchester. Dans sa jeunesse, il est très attiré par les comics. Après avoir vu certains de ses manuscrits être refusés par plusieurs éditeurs, il suit des études de journalisme dans le but de se créer des contacts pouvant l’aider, du moins l’espère-t-il, à être publié plus tard. C’est à cette époque qu’il écrit son premier livre, la désormais très recherchée biographie du groupe Duran Duran ainsi que de nombreux articles pour Knave magazine.

Son intérêt pour les comics renaît lorsqu’il découvre le Swamp Thing d’Alan Moore. Après des échanges épistolaires, les deux hommes deviennent amis et Moore enseigne à Gaiman l’art d’écrire un scénario de comics. Gaiman va proposer plusieurs idées à des éditeurs jusqu’à ce que Karen Berger, rédactrice en chef à DC Comics décide de publier sa version de Sandman. Il collaborera avec Terry Pratchett sur De bons présages (Good Omens), à propos de l’imminence de l’apocalypse. Il écrit deux romans illustrés anglais avec son vieil ami et collaborateur favori Dave McKean : Violent Cases et Signal / Bruit. Il travaille également pour DC Comics qui publie Orchidée noire.

Il a eu trois enfants avec son ex-femme Mary McGrath. Il est marié à Amanda Palmer depuis le 2 janvier 2011.

Mon avis

Retour dans l’enfance avec ce court roman dont le héros, suite à un décès, se retrouve sur les lieux de sa jeunesse. Maison familiale, voisins étranges et une petite mare qui pourrait bien cacher plus de choses qu’elle n’en a l’air…

Partant du réel, et d’une situation dramatique, le récit bascule peu à peu vers le fantastique au fur et à mesure que les souvenirs affluent. D’abord une gouvernante terrifiante, puis une jeune et jolie voisine dont la famille sembler maîtriser une forme particulière de magie, enfin une porte ouverte vers un ailleurs mystérieux pas si inaccessible que cela. Craintes enfantines, amitié ou amour de jeunesse, croyance dans le merveilleux, rôle de la mémoire, Gaiman intègre avec justesse ces éléments dans son récit.

Alors certes l’originalité n’est pas toujours là, mais l’histoire est tellement bien menée et racontée (elle est fort justement courte), avec ce qu’il faut de nostalgie et de sensibilité qu’elle emporte l’adhésion et fait passer un joli moment de lecture.

A lire aussi les avis de : BlackwolfImaginelfLast Exit to NowhereJulien le naufragéGromovarLivrement – LuneAnudarVertLe BibliocosmeLorhkanStelphique – …

Publicités

21 réflexions sur « L’Océan au bout du chemin – Neil Gaiman »

  1. Je n’avais pas du tout entendu parler de ce livre, mais effectivement j’aimerais bien découvrir l’histoire qu’il renferme ! 🙂

    J'aime

  2. C’est sûr que c’est pas son plus original (j’étais limite un peu déçue à la première lecture), mais il ne laisse pas indifférent pour autant ^^.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s