Neverwhere – Neil Gaiman

Neverwhere Neil Gaiman

J’avais acheté il y a quelques mois Neverwhere, roman réputé de Neil Gaiman, et il sommeillait (tranquillement) dans ma PAL. La Lecture Commune du mois de Novembre 2015 du Cercle d’Atuan a été l’occasion de le lire enfin !

Résumé

Londres, un soir comme tant d’autres. Richard Mayhew découvre une jeune fille gisant sur le trottoir, l’épaule ensanglantée. Qui le supplie de ne pas l’emmener à l’hôpital… et disparaît dès le lendemain. Pour Richard, tout dérape alors : sa fiancée le quitte, on ne le reconnaît pas au bureau, certains. même, ne le voient plus… Le monde à l’envers, en quelque sorte. Car il semble que Londres ait un envers, la  » ville d’En Bas « , cité souterraine où vit un peuple d’une autre époque, invisible aux yeux du commun des mortels. Un peuple organisé, hiérarchisé, et à la tête duquel les rats jouent un rôle prépondérant. Plus rien ne le retenant  » là-haut « , Richard rejoint les profondeurs…

L’Auteur (d’après Wikipedia)

Neil Gaiman naît le 10 novembre 1960 à Portchester. Dans sa jeunesse, il est très attiré par les comics. Après avoir vu certains de ses manuscrits être refusés par plusieurs éditeurs, il suit des études de journalisme dans le but de se créer des contacts pouvant l’aider, du moins l’espère-t-il, à être publié plus tard. C’est à cette époque qu’il écrit son premier livre, la désormais très recherchée biographie du groupe Duran Duran ainsi que de nombreux articles pour Knave magazine.

Son intérêt pour les comics renaît lorsqu’il découvre le Swamp Thing d’Alan Moore. Après des échanges épistolaires, les deux hommes deviennent amis et Moore enseigne à Gaiman l’art d’écrire un scénario de comics. Gaiman va proposer plusieurs idées à des éditeurs jusqu’à ce que Karen Berger, rédactrice en chef à DC Comics décide de publier sa version de Sandman. Il collaborera avec Terry Pratchett sur De bons présages (Good Omens), à propos de l’imminence de l’apocalypse. Il écrit deux romans illustrés anglais avec son vieil ami et collaborateur favori Dave McKean : Violent Cases et Signal / Bruit. Il travaille également pour DC Comics qui publie Orchidée noire.

Il a eu trois enfants avec son ex-femme Mary McGrath. Il est marié à Amanda Palmer depuis le 2 janvier 2011.

Mon avis

Issu d’une série télévisée éponyme, Neverwhere est un roman d’Urban Fantasy par excellence et nous entraîne avec un anglais « moyen » dans un Londres d’En-Bas, bien différent de celui que nous connaissons. Croisant par hasard une jeune femme blessée, curieusement nommée Porte, Richard va voir sa vie basculer du tout au tout. Sa fiancée rompt avec lui, plus personne ne le remarque, son appartement est loué, il perd son travail et deux redoutables tueurs se lancent à ses trousses !

Certes les ficelles sont parfois un peu grosses, mais le but de Neil Gaiman semble être de nous entraîner dans des péripéties aussi inquiétantes que loufoques, et de revisiter Londres sous un autre angle, en prenant par exemple au pied de la lettre les noms des stations de métro.

Suivre le pauvre Richard permet au lecteur de découvrir des lieux étranges comme ce Marché où tout se troque et que seuls ses participants remarquent, mais aussi des souterrains, des quartiers issus de différentes époques, un monastère, la tanière d’un ange au British Museum etc…

Les personnages ne sont pas moins bizarres, à commencer par le duo de tueurs campé par Mrs Croup et Vandemar, inquiétant, horrifique mais au pouvoir comique indéniable jouant sur le contraste entre les deux monstres. Étrange aussi, le fantasque marquis de Carabas, ou Chasseur, la garde du corps assoiffée de gloire, ou encore Porte la bien nommée, et bien sûr Richard, le petit employé perdu dans cet univers déjanté.

Neverwhere tient aussi du conte, et sa conclusion est à ce propos éloquente, car comment revenir à une vie normale et terne quand on a côtoyé la magie et le fantastique ? Sans être exceptionnel, le roman se lit facilement et rapidement, et comporte suffisamment de péripéties et de surprises, le tout saupoudré d’humour typiquement british, pour emporter l’adhésion.

D’autres avis chez :  BibliocosmeBlog-O-Livre – Dragon GalactiqueLivrement – MqlSz – Naufragés Volontaires –  Nevertwhere – …

Publicités

14 réflexions sur “ Neverwhere – Neil Gaiman ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s