Redemption’s Blade – Adrian Tchaikovsky

Redemptions Blade After The War T1 - Adrian Tchaikovsky

Redemption’s Blade est le premier tome d’une série de romans, After the War, partageant le même univers créé par Adrian Tchaikovsky, même si pour le moment seuls deux d’entre eux sont publiés (le second est titré Salvation’s Fire et est signé Justina Robson) et que le projet semble à l’arrêt.

Résumé

(source éditeur)

Ten years ago, the Kinslayer returned from the darkness. His brutal Yorughan armies issued from the pits of the earth, crushing all resistance, leaving burnt earth and corruption behind. Thrones toppled and cities fell.

And then he died.

Celestaine – one of the heroes that destroyed him – has tasked herself with correcting the worst excesses of the Kinslayer’s brief reign, bringing light back to a broken world. With two Yorughan companions, she faces fanatics, war criminals and the Kinslayer’s former minions, as the fragile alliances of the War break down into feuding and greed.

The Kinslayer may be gone, but he cast a long shadow: one from which she may never truly escape.

Editeur : Solaris – Date de parution : 31/07/2018 – 520 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Adrian Tchaikovsky is the author of the acclaimed 10-book Shadows of the Apt series published by Tor UK. His other works for Tor UK include standalone novels Guns of the Dawn and Children of Time and the new series Echoes of the Fall starting with The Tiger and the Wolf. Other major works include short story collection Feast and Famine for Newcon Press and novellas The Bloody Deluge (in Journal of the Plague Year) and Even in the Cannon’s Mouth (in Monstrous Little Voices) for Abaddon. He has also written numerous short stories. In 2016 he won the Arthur C. Clarke Award and he has been shortlisted for the David Gemmell Legend Award and the British Fantasy Award.

Mon avis

J’avais bien aimé Spiderlight de Tchaikovsky, une épopée de fantasy teintée de jeu de rôle et d’humour, et bien sûr Dans la Toile du Temps, un incontournable de la S.F. de ces dernières années.

Le pitch de la série After the War me semblait prometteur : s’intéresser à ce qui se passe une fin le générique de fin terminé, une fois le méchant vaincu. Ici, ce n’est pas la/le Comté et le destin de Sar(o)uman(e) mais plutôt le Mordor après la chute de Sauron : des hordes de monstres désœuvrés sont encore là, rêvant de la splendeur passée de leur chef quasi-divin et essayant parfois de s’intégrer à un monde qui les rejette à cause de leur nature ou de leurs actes passés.

Mais il n’y a pas que les méchants qui ont le blues, les héros aussi. Celestaine, la guerrière mythique à l’épée magique qui tranche tout, capturée par le Kinslayer puis ayant participé à sa défaite (elle lui a notamment tranché la main, un clin d’oeil à Isildur ?), erre dans un monde où elle ne se sent pas à sa place. Accompagnée de deux Yorughan (comprenez : Uruk-hai) dont un doté de pouvoirs magiques, elle cherche un nouveau sens à sa vie. Et quoi de mieux qu’une quête, comme celle consistant à retrouver une couronne maudite et à l’utiliser pour restaurer une ancienne race malmenée par le tyran ?

Autant le dire tout de go, je n’ai pas été passionné par ce roman. Certes, je l’ai lu en V.O., donc beaucoup plus lentement et laborieusement qu’en V.F. mais je l’ai aussi posé et repris un certain nombre de fois, ayant du mal à accrocher. Rythme mollasson, manque d’enjeux épiques (sauf vers la fin), continuel atermoiement des personnages, les idées sont bonnes mais médiocrement exécutées et j’ai eu l’impression d’un sacré gâchis. Adrian Tchaikovsky insère de plus des séquences comiques avec deux personnages assez farfelus de chasseurs et collectionneurs de trésors magiques dont la présence m’a profondément agacée. Au lieu d’un souffle épique et de lieux marquants, il nous livre un bien modeste jeu de piste avec, certes, sa dose de monstres et de combats, mais qui ne m’a pas convaincu Dommage, j’utiliserai pourtant bien ce background à fort potentiel pour une partie de D&D.

Et vu que le second tome de la série est jugé mauvais par Apophis qui a aimé le premier, je vais faire allègrement l’impasse dessus… La série semble à l’arrêt, ce n’est peut-être pas une mauvaise chose. Moi, je retrouverai l’auteur prochainement, mais avec Chiens de guerre !

D’autres avis : Le Culte d’ApophisBlog-o-livre – …

Commander : format ebook Kindlebrochélivre audio

15 commentaires sur “Redemption’s Blade – Adrian Tchaikovsky

  1. Je vais peut-être passer mon chemin alors, j’ai aussi chiens de guerre qui patiente, ça sera une bien meilleure introduction a l’auteur a priori.

    J'aime

  2. C’est fou parce qu’en lisant tes explications de base j’étais hyper hypée par le concept que je trouve génial. Puis finalement… Non. Ça craint d’avoir une aussi bonne idée mais de se planter.

    J'aime

  3. Ouais, bien dommage car comme pour tout le monde, le concept me bottait bien. Tu m’épargnes une perte de temps et d’argent, et pour ça, je te couvre de baisers virtuels mais non moins sincères.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.