Le Jardin des Silences – Mélanie Fazi

Le Jardin des SIlences, recueil de nouvelles de Mélanie Fazi

A l’honneur dans un numéro récent de Bifrost, Mélanie Fazi a vu paraître dernièrement un recueil de nouvelles chez Bragelonne, Le Jardin des Silences, que je me suis dépêché d’acheter.

Résumé (source éditeur)

Un bal secret au cœur de l’hiver, une violoniste dont les notes soulèvent le voile des apparences, une dresseuse d’automates dépassée par sa création : à travers ces douze textes ciselés, découvrez ou retrouvez l’univers envoûtant de Mélanie Fazi, auteure rare à la plume délicate, qui joue des mots-émotions avec une justesse bouleversante.

Mon avis

J’ai eu la chance de rencontrer il y a peu Mélanie Fazi qui m’a gentiment dédicacé Le Jardin des Silences lors des Oniriques de Meyzieu. Un recueil de nouvelles à la couverture réussie, que j’ai ensuite lu sans trop attendre, et qui comprend 12 textes écrits depuis 2005, dont deux que j’avais déjà lus en anthologies et deux inédits.

Swan le bien nommé : inspiré d’un conte d’Andersen, un récit où une jeune fille doit aider son frère à redevenir humain après avoir été transformé en cygne. Une belle façon de revisiter ce conte.

L’Arbre et les Corneilles : une nouvelle très émouvante dans laquelle une jeune femme enceinte voit chaque jour un oiseau lui amener un cadeau, objet qui ravive ses souvenirs, et fait le lien entre les femmes de la famille. Touchant et très émouvant.

Miroir de porcelaine : un mélange de danse, marionnettes, sculpture, amour et déception sentimentale. Original et troublant.

L’Autre Route (inédit) :  une route perdue en rase campagne, qui change de direction et attire ceux qui s’y arrêtent. Un récit inquiétant et une belle histoire d’amour entre un père divorcé un peu paumé et sa fille qui le repousse.

Les Soeurs de la Tarasque : déjà lue dans l’Anthologie Reines et Dragons (Imaginales 2012), cette histoire d’école pour jeunes filles dont l’une sera une Élue bien particulière, est toujours aussi réussie et glaçante.

Le Pollen de Minuit : que font les fées modernes autour de nous, dans nos villes et nos appartements ? C’est à cette question que répond cette histoire, avec un être fantastique qui tourne autour d’un couple, de ses rêves et de son enfant à venir. Un beau récit de souhait d’humanité et d’incarnation, ainsi que d’amour.

L’Eté dans la Vallée (inédit) : doté d’un don magique (sa voix), une jeune femme est tentée de le rejeter pour quitter sa région et se délivrer d’un fardeau. Le fera-t’elle, s’il faut sacrifier un amour naissant au passage ? Une courte nouvelle délicate et réussie.

Le Jardin des Silences : une jeune femme erre dans Paris et découvre un jardin dont l’emplacement change régulièrement. Et qui distille peu à peu ses secrets et des fragments de son passé. Un beau portrait de femme, une histoire d’amour passé douce-amère, qui parle aussi du passage à l’âge adulte et des conséquences de ses choix.

Née du Givre : une très courte nouvelle, glaçante (uh uh), où le reflet d’une jeune femme prend peu à peu vie. Etrange et horreur en quelques pages, un tour de force.

Dragon  Caché : une histoire fantastique avec un jeune garçon qui communie avec la nature, tandis qu’il horrifie et attire en même temps son précepteur. Vraiment étrange.

Un Bal d’Hiver : une famille recomposée, une voisine étrange, des musiques dans la nuit et des… fantômes ? Un conte de Noël émouvant, un récit qui porte aussi sur le deuil et son acceptation.

Trois Renards : une nouvelle déjà lue dans l’Anthologie des Coups de Coeur des Imaginales. L’occasion de retrouver cette fantasy urbaine mais surtout ce beau portrait de femme blessée qui se reconstruit grâce à la magie de sa musique.

Les nouvelles de Mélanie Fazi composant ce recueil sont toutes réussies et empreintes de sensibilité et de délicatesse. On y trouve aussi une grande poésie, y compris quand elles tendent vers l’étrange, le fantastique voire l’horreur. Ce sont souvent des portraits de femmes en rupture ou en souffrance, dans la vie desquelles l’étrange s’invite et aide (parfois) à aller mieux. En tout cas, j’ai été très touché par plusieurs textes, et tous sont très bien écrits, avec des mots judicieusement choisis, comme ciselés.

Une auteure trop rare à laquelle réussit le format court, et que j’ai hâte de découvrir dans ses autres oeuvres. Ce qui tombe bien, j’ai son roman Arlis des Forains en attente.

D’autres avis chezLhisbei – Lorhkan – Efelle – Le BibliocosmeBlackwolf – …

je lis des nouvelles et novellas
JLNND #19
Publicités

10 réflexions sur “ Le Jardin des Silences – Mélanie Fazi ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s