Le trône d’ébène – Thomas Day

le trone d'ebene thomas day

Ayant eu la chance de discuter avec Thomas Day aux Rencontres de Sèvres 2019, en ces désormais lointains et heureux « temps d’avant », je lui avais demandé conseil sur sa bibliographie et il m’avait conseillé Le trône d’ébène. Je me le suis donc procuré et le voici enfin sorti de ma PAL, quelques temps plus tard, le numéro 100 de Bifrost m’ayant, si j’ose dire, servi de piqure de rappel, en attendant mes prochaines injections…

Résumé

(source éditeur)

« Nous, Zoulous! avons une prophétie. Cette prophétie dit qu’un jour un enfant aux grands pouvoirs naîtra et qu’avec lui s’ouvrira une ère durant laquelle « amazoulou » signifiera terreur et mort pour tous les peuples du pays n’guni et des pays voisins, jusqu’à la mer, au sud, à l’ouest et à l’est, jusqu’aux Montagnes-De-La-Lune, au nord. Nous, Zoulous! avons une prophétie… »
Voici l’histoire de Chaka, roi des Zoulous! Une histoire pleine de magie, de folie et de sang. Celle d’une Afrique où les dieux ont encore tous leurs pouvoirs… une Afrique d’avant l’homme blanc.
Retrouvant la veine épique de La Voie du Sabre, Thomas Day livre avec Le trône d’ébène un grand roman de fantasy historique récompensé par le prix Imaginales 2008.

Editeur : FolioSF – Date de parution : 30/04/2010 – 336 pages

L’Auteur

(source éditeur)

Né en 1971, Thomas Day s’est imposé en quelques années comme l’un des auteurs les plus passionnants de l’imaginaire francophone, au fil d’une centaine de nouvelles et d’une quinzaine de romans qui tous se caractérisent par une propension avouée au mélange des genres : L’école des assassins et Le double corps du roi, écrits en collaboration avec Ugo Bellagamba, L’instinct de l’équarrisseurLa Voie du Sabre (prix Julia Verlanger 2003) et sa suite L’Homme qui voulait tuer l’EmpereurLa cité des crânesLe trône d’ébène (prix Imaginales 2008), Dæmone, La maison aux fenêtres de papier et Du sel sous les paupières qui a reçu le grand Prix de l’Imaginaire en 2013. Ce dernier prix a également récompensé Sept secondes pour devenir un aigle.

Mon avis

Le trône d’ébène est sous-titré Naissance, vie et mort de Chaka, roi des Zoulous et c’est une fantasy historique que l’on découvre en occultant comme il se doit la préface légèrement divulgâchante de l’auteur. Les thèmes, que dis-je les clichés, de la fantasy sont bien là : jeune élu, arme magique, sorcière qui se penche sur le berceau puis lui donne des capacités surhumaines, enfance difficile suivie d’une progression vers le pouvoir à la force du poignet et surtout à la pointe de la lance, tout est là où presque. Historique, parce que la base du récit est la vie de Chaka Zoulou, fondateur du royaume zoulou vers la fin du XVIIIème et au début du XIXème siècle. Et d’ailleurs l’article Wikipédia et le récit se rejoignent souvent, tant la vraisemblance historique, malgré bien sûr le caractère romanesque du livre, a été respectée.

Guerrier légendaire, leader charismatique, Chaka grimpe les échelons jusqu’au pouvoir suprême grâce à un caractère intransigeant et à des capacités stratégiques supérieures, mais aussi grâce à une volonté d’expansion du royaume zoulou, d’assimilation des tribus conquises, sans aucun remord quand il s’agit de massacrer ceux qui lui résistent ou lui sont inutiles. Habité par sa légende, et la fameuse prophétie à laquelle il croit lui-même (le plus souvent), il n’aura de cesse de faire grandir son empire et son armée. Et observer les nations colonisatrices, tout en guettant l’arrivée de sa Némésis : les anglais. Mais l’ivresse du pouvoir, le chagrin de perdre les êtres qui lui sont chers vont progressivement le faire devenir fou, un fou tyrannique et sanguinaire qui m’a fait penser à un certain colonel Kurtz.

Thomas Day est un excellent conteur et explique en bonne partie les événements de la vie de Chaka par la magie, et souvent une magie divine, avec peut-être des déités qui manipulent les humains et s’en servent pour éviter d’être balayées par l’arrivée de l’homme blanc. Héros, légende, visionnaire ou fou sanguinaire, Shaka est tout cela à la fois et bien plus, et ce roman assez court se dévore rapidement, d’autant qu’il porte sur un continent et sur des peuples bien peu présents en littératures de l’Imaginaire. Une franche réussite, encore, de Thomas Day, couronnée par un prix Imaginales.

En bonus, une filmographie et une bibliographie dédiées à Chaka complètent l’ouvrage.

D’autres avis

Au Pays des Cave TrollsRSF blogLes Lectures d’Efelle233 °C – …

Les autres œuvres de Thomas Day sur ce blog :

15 commentaires sur “Le trône d’ébène – Thomas Day

Laissez un commentaire (modération manuelle car trop de spams)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.