Bifrost 101 : Dan Simmons

bifrost 101 dan simmons revue imaginaire

Après un numéro 100 tonitruant, on repart pour 25 nouvelles années de revue Bifrost ! Le numéro 101 est consacré à un monument de l’Imaginaire, mais pas que, Dan Simmons. Avec une couverture signée Pascal Blanché qui est particulièrement réussie et inquiétante.

Edito

Olivier Girard dresse le bilan d’une année 2020 plus que compliquée pour l’édition et les lecteurs d’Imaginaire. Lesvents du virus (sic) ont soufflé fort, les voilures ont été réduites, quelques livres ont heureusement surnagé, et la SF semble avoir un peu émergé… 2021 est pleine d’incertitudes, espérons ne pas sombrer.

Les nouvelles

Quatre textes au sommaire de ce numéro, signés Greg Egan, Christian Léourier, Hannu Rajaniemi et bien sûr Dan Simmons himself.

La Fièvre de Steve est une nouvelle signée Greg Egan. J’ai eu un peu de mal à adhérer à cette histoire de nanomachines qui infectent les humains et les pilotent dans un but précis, un peu comme des fourmis répondant à des signaux qui submergent leur volonté. Peut-être le ton un peu froid de l’ensemble.

Je vous ai donné toute herbe de Christian Léourier est plutôt intéressant, avec une terraformation qui ne s’est pas déroulée complètement comme il l’aurait fallu. Enfin, si, mais non (pas de spoiler !). Et si l’I.A. (encore !) est au coeur du récit, c’est pour mieux laisser la place à l’humain. Hélas, le personnage principal m’a peu parlé.

Je me méfie de Hannu Rajaniemi depuis que j’ai abandonné son Voleur Quantique. Et sa nouvelle Le Serveur et la Dragonne, traduite par Apophis himself, enfonce encore le clou avec un festival de termes scientifiques (à croire que l’auteur s’était promis d’en mettre un maximum en un minimum de pages) qui cachent peut-être, de la poésie + voire plus. Difficile à dire car j’ai arrêté la lecture, dommage car il y avait du potentiel.

La Barbe et les cheveux : deux morsures, enfin, est de Dan Simmons, le héros du jour. Le titre ne donne pas envie, mais la nouvelle, sur le postulat de base que les coiffeurs sont des vampires (si, si !) est redoutablement efficace !

Le dossier

Comme d’habitude dans Bifrost, un dossier complet sur l’écrivain est au menu (avec encore de l’Apophis, mais aussi du Nébal). On y découvrira la vie de l’auteur, son parcours, ses débuts avec des nouvelles de haute volée puis sa carrière de romancier assez particulier, écrivant principalement des pavés mêlant érudition poussée et Imaginaire. Mais aussi des polars semblant distrayants – si on aime le genre.

Fun fact : je suis venu au blogging (en tant qu’invité sur un blog ami) suite à la lecture du diptyque Ilium/Olympos, que je n’ai du coup jamais chroniqué ici – en même temps, mon article faisant quelques lignes seulement, je débutais, et la blogosphère n’a rien perdu à son effacement. Ici, vous pourrez lire mon avis (tardif) sur Hypérion puis La Chute d’Hypérion, ou encore Flashback, à partir duquel l’auteur semble bien moins fréquentable comme en atteste l’interview de son ancien traducteur Jean-Daniel Brèque.

Guide de lecture des romans de SF et policiers, des nouvelles, interview, étude sur les Cantos d’Hypérion, bibliographie exhaustive… un bon gros dossier complet comme Bifrost sait les faire. J’en retire quelques idées de lecture : Le chant de Kali, L’échiquier du mal, Le Styx coule à l’envers

Les rubriques

Au sommaire, les rubriques habituelles avec un gros pavé sur les sorties récentes, Le coin des revues (et fanzines), que Thomas Day aime toujours autant ne pas aimer, l’interview d’un… interviewer. Scientifiction nous entraîne « À rebrousse-temps », sur les traces du « cours du temps » et de la « flèche du temps », vous m’en direz… tant (désolé). Pas simple…

Et maintenant, j’attends avec impatience le prochain numéro, consacré à Arthur C. Clarke.

13 commentaires sur “Bifrost 101 : Dan Simmons

  1. Marrant les voix qui nous amènent au blogging ^^

    J’ai trouvé la nouvelle Le serveur et le dragon très étonnante. Je ne sais pas trop si ça m’a plu ou non, j’y ai trouvé une certaine poésie et l’histoire est étrangement compréhensible (vu le nombre de termes que je ne comprends pas qu’elle contenait) mais alors, jamais au grand jamais, je ne lirai cet auteur au format long XD

    J'aime

Laissez un commentaire (modération manuelle car trop de spams)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.